jeudi 13 juillet 2017

Petit retour sur ma nouvelle vie profesionnelle

Chers amis, il y a un an, je vous annonçais que je m'étais lancé dans un nouveau défi professionnel en créant les Jardins de Lornay (www.jardins-lornay.com). Je voulais produire des plantes (bambous et graminées) à vendre aux particuliers et aux professionnels, tout en créant un jardin à visiter.

Depuis maintenant 1 an, l'activité de pépinière fonctionne et je suis très heureux car de nombreux haut-savoyards sont déjà venus acheter leurs plantes chez moi. J'y vois une reconnaissance pour le travail et les choix que j'ai fait, notamment de cultiver des plantes adaptées à nos climats, d'être spécialisé sur quelques plantes pour apporter le meilleur conseil, et de n'utiliser aucun produit chimique.

Ce contact avec la clientèle me plait beaucoup. C'est un contact simple, sympathique.

Le 3 juin dernier, en présence de Madame la Maire et de membres du conseil municipal de Lornay, ainsi que Madame et Monsieur les conseillers départementaux, de représentants des Offices du tourisme et de nombreuses personnes,  nous avons inauguré le parc et lancé la saison des visites. Dorénavant je me transforme régulièrement en guide pour expliquer la beauté des bambous... C'est une facette du métier qui me plait aussi beaucoup.

J'avoue ne jamais m'ennuyer et l'été s'annonce très prometteur ! Cette semaine j'ai accueilli des enfants d'un centre de loisirs, je vais accueillir prochainement des personnes âgées d'EHPAD, des associations... et bien sûr touristes et habitants locaux qui souhaitent venir déambuler dans les jardins.

J'ai aussi créé une saison culturelle aux jardins pour cet été, avec au programme : veillées contées, pièce de théâtre, peinture. Des choses simples et vraies.

Je voulais partager cette joie avec vous car certains s'étonnent de me voir un peu moins souvent à certaines réceptions en mairie (même si je continue à être très présent). Mais il est vrai que toujours jouer les potiches, les "opposants" comme dit M. le Maire, ne m'intéresse plus beaucoup. J'aime créer et relever des défis. Je pensais pouvoir mettre cette énergie au profit de notre ville mais le maire verrouille tout et ne prends jamais le temps de nous écouter. Alors je crée dans mon entreprise.

Parti de rien ou presque, sur une friche horticole de 3 ans, nous avons créé un espace de convivialité, de culture et de beauté. Oh, tout n'est pas fini, il reste encore beaucoup de travail. Mais j'ai la satisfaction des cris des enfants, des remerciements de nos visiteurs, et du retour de nos acheteurs.

Pouvoir vivre dans le positif, dans les projets pour demain, procure une satisfaction immense, à mille lieux des désillusions de la politique. Ici chacun reconnait le travail qui a été fait. Ici chacun voit l'énergie et la passion qui est mise à transmettre à tous un peu de bonheur, un peu de savoir. Ici personne ne s'invente des titres, des ambitions ou des légitimités. La seule réalité c'est celle des saisons qui passent.

Je ne regrette pas un instant mon choix d'avoir quitté l'enseignement (que j'aimais beaucoup) car mes visites guidées, l'accueil de groupes, les conseils aux potentiels acheteurs mobilisent mes compétences de pédagogie et d'empathie.

J'ai aussi trouvé en Albanais un territoire où chacun réfléchit à s'aider mutuellement, à grandir ensemble, à progresser sans rien renier. Dans le monde agricole, j'ai trouvé un milieu humainement très riche.

Aux jardins de Lornay, l'écologie ce n'est pas qu'un mot, l'entraide pas qu'un slogan. Ici, par exemple, on sue ensemble, on cherche des solutions naturelles pour moins désherber, on écoute et on conseille.

Je reste attaché à la politique et à mon mandat que je mène de front comme depuis toujours car je sais qu'Annecy a de grands potentiels sous-employés. J'aime cette ville et ses habitants. Mais le recul m'a fait comprendre que face à un mur, il vaut mieux utiliser son énergie à autre chose. Continuer à représenter dignement les gens qui ont voté pour moi, voire préparer l'alternance. Mais ne plus s'évertuer à vouloir être de la partie quand la majorité vous rejette. Et croire, un peu fièrement c'est vrai, qu'au regard de ce que j'arrive à faire ailleurs, il est bien dommage qu'on nous écoute pas ici. Se dire enfin que l'on n'est pas responsable de la gestion calamiteuse de la ville. Après tout, les Annéciens ont voulu Rigaut, ils l'ont... Peut-être le début de la sagesse ? Allez savoir...

La politique est ingrate. Elle se réinvente chaque jour pour mieux ne rien changer. C'est désespérant. Avec la nature, il n'est jamais possible de tricher. Et cela apporte une sérénité et une harmonie indescriptibles.





mardi 11 juillet 2017

Pôle métropolitain : attention danger !


Je lis dans le compte-rendu très succinct du bureau de l'agglomération du 23 juin que la question de la création d'un pôle métropolitain englobant Chambéry, Aix-les-Bains et Annecy a été de nouveau abordée.

On sait que c'est une marotte de notre maire. Il semblerait que Chambéry soit d'accord.

Le pôle métropolitain est une nouvelle couche dans le mille-feuille administratif, plus grand que les communautés de communes, et en même temps en décalage par rapport aux départements (il peut d'ailleurs être discontinu territorialement). Rigaut vend cela comme la solution miracle pour la gestion des transports, le développement économique, etc... comme d'ailleurs il avait vendu l'agrandissement de la C2A pour devenir le Grand Annecy avec les mêmes arguments... avec les résultats qu'on connait puisque les transports sur le pays d'Alby ou les rives du lac vont encore attendre longtemps...

Créer une nouvelle couche administrative pour donner plus de pouvoirs à des personnels politiques comme M. Rigaut (quand on sait la vision du territoire qui est la sienne...) j'adhère déjà franchement pas trop.

Donner un empire plus grand à notre roitelet : bof bof.

Mais le rêve secret de M. Rigaut, c'est qu'une fois créé (il avance la date du 01 janvier 2018) en toute opacité (puisqu'aucun débat n'a jamais eu lieu en conseil sur cette question et que tout se passe de nouveau sans les élus et sans la population), ce pole métropolitain absorbe les compétences du département et finisse par l'évincer (à l'image de Lyon Métropole). Ainsi M. Rigaut nouvel empereur du pôle métropolitain aurait les manettes de maire, de président du Grand Annecy et de duc du pole métropolitain. Plus rien ne pourrait arrêter son égo et son ambition personnelle.

On sait que les relations entre M. Rigaut et le conseil départemental (notamment son président) ne sont pas très bonne, notamment depuis les JO2018. Le pôle métropolitain est une bonne occasion pour reléguer un "adversaire" loin de son pré-carré.

Au final, la philosophie du pôle métropolitain est claire. Unissons les espaces urbains situés à l'ouest des deux départements (on nous dira de nouveau pour peser face à Lyon, dans une vision quasi-guerrière de la guerre des autres contre nous) pour garder notre argent. Ne partageons surtout pas. Notamment avec les culs terreux des vallées de l'Est des départements... qui en plus on l'outrecuidance de ne voter que pour des gens de droite... (Ainsi M. Rigaut pourra certainement trouver quelques socialistes, voire des marcheurs, pour appuyer son projet).

Bref au pole métropolitain les richesses des villes. Aux départements la gestion des espaces de l'arrière-cour, montagneux et bouseux.

Evidemment moi qui suis né en Haute Savoie, et non pas à Meaux, je ne partage pas cette vision de la dissection de notre pays de Savoie. La Savoie est depuis plus de 1000 ans un espace commun, cohérent qui marche sur ses deux pieds : les villes et leurs industries;  les vallées et leur tourisme. Chacun vient renforcer l'autre et c'est la globalité du territoire qui fait sens. Vouloir découper les choses c'est se couper une jambe.

C'est évidemment faire preuve d'une vision égoïste, loin d'une forme de solidarité territoriale.

Il existe un projet alternatif, porteur d'avenir et équilibré. Malheureusement, il ressemble trop souvent à un serpent de mer : c'est la fusion des deux départements en un seul ! Je crois à ce projet porteur de complémentarités et de dynamisme, de solidarité et de prospérité.

M. Rigaut va de nouveau essayé de nous enfumer en disant que le pole métropolitain n'est pas incompatible avec la fusion des départements. Pourtant ce sont bien deux projets concurrents, porteurs de deux visions concurrentes. Nul doute, avec les promesses de campagne du candidat Macron que le législateur va bientôt offrir la possibilité (tant attendue) d'expérimentations locales dans des domaines divers. Il faut se tenir prêt à les saisir.

J'exhorte donc, face à la volonté de M. Rigaut de prendre tout le monde de court avec son pôle métropolitain, les deux présidents des conseils départementaux à franchir enfin le pas de la fusion, rapidement. Ils doivent le faire pour sauver l'unité de nos pays de Savoie, leur dynamisme et garantir une place aux territoires ruraux. Je leur demande de nous prouver qu'ils sont à la hauteur de l'Histoire qui s'écrit. 

Le temps presse. Certains rêvent de concentrer les richesses et les pouvoirs. Je sais que d'autres travaillent pour leurs territoires. A eux de comprendre l'enjeu qui se joue et de réagir vite ! Dans 6 mois, il sera peut-être trop tard...

mardi 4 juillet 2017

Parking de Bonlieu, en rire ou en pleurer ?

La ville, propriétaire et gestionnaire du parking souterrain de Bonlieu, a décidé de rénover cet espace.

Les peintures, notamment, ont été refaites. Mais elles s'effritent et partent en lambeaux. Mais de nombreux témoignages me remontent sur la dangerosité de ce revêtement : les voitures sont difficilement contrôlables, on glisse dès que l'humidité est là...

La ville et l'entreprise se renvoient la balle... Chacun dit c'est la faute de l'autre.

https://www.francebleu.fr/infos/societe/jean-luc-rigaut-s-accroche-son-centre-des-congres-1498806904

Je vous invite à écouter cet entretien, la dernière question surtout... On entend que M. Rigaut, plus préoccupé par son pouvoir à la commune nouvelle et le Grand Annecy, ne maîtrise pas le sujet et s'en f...

A-t-on encore un maire à Annecy qui s'intéresse aux questions quotidiennes des Annéciens ? Qui commande à la ville ? Pourquoi ne tape-t-il pas du poing sur la table ? "On m'a dit..."

M. Rigaut ferait mieux d'abandonner ses rêves de monuments grandioses en bord de lac et de s'atteler pour de vrai aux préoccupations réelles des Annéciens.

Pour finir, les réponses de M. Rigaut sur le centre des congrès sont pour beaucoup complètes erronées (dire qu'une seule juridiction s'est prononcée sur les rives du lac est un mensonge), ou franchement manipulatoires (dire que quand il existe un SCOT - établi et voté par M. Rigaut et ses amis, le serpent qui se mord la queue... - la loi littoral ne s'appliquerait pas). Mais cela on le savait déjà !