samedi 29 avril 2017

A ceux (notamment de gauche) qui veulent s'abstenir


Le vote du second tour n'est pas acquis. L'extrême droite est présente, en force, pour ce second tour. C'est en soi un choc qui devrait nous faire réagir.

J'entends depuis plusieurs jours des gens, parfois des amis voire des ex-camarades qui m'annoncent qu'ils souhaitent s'abstenir au second tour et ne pas choisir "entre la peste et le choléra".

Bien sûr mon point de vue est biaisé, j'ai voté pour Emmanuel Macron dès le premier tour, je le soutiens depuis des mois et je crois en son projet.

Mais vous qui n'y croyez pas, réfléchissez. Pensez-vous sincèrement qu'il n'existe pas de différence de nature entre Macron et Le Pen ? Avez-vous oublié l'histoire du FN, ses propositions, ses attaques pour fracturer la société ? Vous savez, j'ai assisté cette année à une contre-manifestation pour faire barrage à une manifestation FN contre les migrants à Annecy. Les slogans scandés par les néo-fascistes m'ont glacé le sang. Cette image me hante et rien que pour cela, vous qui avez toujours milité contre le racisme, contre la xénophobie, contre le rejet de l'autre, vous ne pouvez pas vous abstenir au second tour.

Personne ne vous demande d'adhérer au programme d'Emmanuel Macron si vous êtes convaincus qu'il n'est pas bon. Je me permettrai simplement de vous inviter tout de même à lire avant de colporter les caricatures que certains en ont fait. Je crois que vous y trouverez des progrès sociaux et sociétaux qui ont été passés sous silence par ceux pour qui vous avez voté au premier tour.

Avec Emmanuel Macron, vous aurez toujours la possibilité de manifester vos désaccords, de descendre dans la rue, d'exprimer vos opinions librement. Avec l'héritière Le Pen qui se dit la candidate du peuple et qui n'a jamais travaillé que par et pour la politique en recevant ses revenus d'une Europe qu'elle combat, êtes-vous certains de pouvoir encore longtemps vous exprimer aussi librement ? Regardez ses "exemples" russes, turcs, polonais, hongrois... Ecoutez les remontées des sociétés de journalistes sur les agissements du FN envers la presse, entendez les syndicats qui s'inquiètent, les chercheurs et universitaires qui prennent position, le monde de la culture, etc...

Ils ne disent pas qu'ils sont d'accord avec tout ce que propose Macron. Personne ne vous demande cela. Au premier tour on choisit, au second on élimine.

Le Président de la République représente la France à travers le monde. Il est, pour 5 ans, l'image des Français. Il est le garant de nos institutions, en particulier de notre sécurité intérieure et extérieure, de l'indépendance de la justice et du respect du parlement. Pensez une seconde au FN à l'Elysée...

J'entends enfin que Macron aujourd'hui, ce serait le FN dans 5 ans. Donc il vaut mieux mettre le FN au pouvoir tout de suite ? Car s'abstenir pour les démocrates, c'est faire le lit du FN, dont l'électorat reste plus que jamais mobilisé (électorat auquel il faudra apporter des réponses car je ne crois pas que cet électorat soit fasciste, mais il se compromet avec un parti extrémiste).

Mes amis, j'irai évidemment voter Macron au second tour comme je l'ai fait au premier, par conviction. Mais à vous qui n'y croyez pas, pensez à la République, pensez à la France. Le seul moyen de faire barrage au FN, à ses idées, à sa vision de notre société, c'est de voter Macron. Vous aurez le temps au moment des législatives de vous exprimer sur le programme de gouvernement que vous voulez. Ne vous trompez pas d'élection. On élit dimanche 7 Mai une certaine idée de la France et là le choix est clair entre les deux candidats. En Juin vous choisirez la politique qui devra être menée par le gouvernement.

mercredi 26 avril 2017

Centre des congrès : audience le 11 mai

Il y a 2 ans, Claire Lepan et moi même, conseillers d'agglomération, nous avions voté contre la délibération validant l'avant projet définitif d'un nouveau Centre des congrès sur la presqu'île  d'Albigny. Cette délibération est la base du projet profondément contesté parce que contestable porté avec entêtement par MM. Rigaut et Accoyer. C'est elle qui a permis de lancer la procédure de déclaration d'utilité publique (dont on sait qu'elle a largement permis à la population de dire son opposition à ce projet, lié au choix du lieu; et aux commissaires enquêteurs d'émettre un avis très négatif sur ce projet).

Avec constance et rigueur, depuis octobre 2010, avec  le monde associatif et de nombreux citoyens nous avons construit des arguments juridiques solides.

Sur cette base, avec Claire nous avions décidé d'attaquer cette délibération  et donc le fond du projet devant le tribunal administratif de Grenoble. Après 2 ans de procédure, le tribunal a fixé une date d'audience pour juger cette affaire.

Le rendez-vous avec la justice aura lieu le 11 mai.

Forts de vos soutiens, de notre travail collectif, en parfaite complémentarité avec les recours portés par d'autres, c'est sereins et confiants que nous attendons ce jugement. Nous vous tiendrons évidemment informés de ses conclusions.


lundi 24 avril 2017

Macron arrive en tête à Annecy !

Hier soir, avec une participation forte, les Français ont placé Emmanuel Macron en tête du premier tour de la Présidentielle. C'est pour moi une très grande joie. 

Ce score d'Emmanuel Macron est d'abord le fruit d'un travail de terrain minutieux, constant et répété de tous les "Marcheurs", notamment en Haute Savoie, qui ont fait un travail formidable. Il faut les remercier, leur travail a payé !

C'est bien sûr le résultat d'un effondrement des partis de gouvernement traditionnels qui payent lourd la gestion de la France depuis des décennies. Avec Emmanuel Macron renaît l'espoir d'un changement, d'un renouveau du personnel politique, des pratiques et d'une plus grande place faite aux citoyens.

C'est aussi le choix de l'ouverture sur l'Autre, sur l'Europe, sur la tolérance et la Fraternité. C'est aussi, pour moi, la réconciliation entre la Liberté et l'Egalité, entre les besoins de libérer le pays pour qu'il aille de l'avant, qu'on investisse, qu'on embauche, qu'on crée des richesses ; et l'absolue obligation de ne laisser personne sur le bord du chemin, d'apporter de nouvelles sécurités aux individus.

Vous savez que, depuis plusieurs mois (bien avant les primaires de certains et les calculs politiciens du "c'est pas mon candidat qui a gagné, je vote Macron") par conviction, je me suis engagé pour Emmanuel Macron, son programme et ses idées. A l'époque peu y croyait et voila où leur courage, leu travail peur persévérance nous a mené. Bravo à vous !

Emmanuel Macron se retrouve face au Front National, à l'extrémisme, la xénophobie, la peur et le repli. La Haute Savoie est un département frontalier, naturellement ouvert sur l'Europe, où notre tissu économique et industriel, notre tourisme, ont depuis longtemps compris l’intérêt de savoir s'ouvrir aux Autres, sans être dupes de la guerre économique mondiale qui a lieu.

Je sais que de nombreuses caricatures ont été faites sur Emmanuel Macron. Certains lui reprochent d'avoir travaillé dans le privé, dans une banque. D'autres, sa loi Macron, etc... J'ai depuis des mois tenté de convaincre que ces caricatures n'avaient rien à voir avec son projet pour la France. J'y ai laissé des anciennes connaissances. C'est la vie.

Je suis très heureux de voir que mon candidat est en tête à Annecy, où je suis élu. Nous avons réussi à convaincre les Annéciens, qui sont des gens modérés, de la justesse de l'analyse et des solutions portées par Emmanuel Macron. Le FN, toujours trop haut à mon gout, marque le pas. Le PS s'écroule.


Aujourd'hui, il faut repartir en campagne pour faire gagner Emmanuel Macron au second tour, le 7 Mai. J'invite tous les Annéciens, tous les Français à voter pour Emmanuel Macron parce que je crois depuis longtemps que c'est le Président qu'il nous faut. Le renouveau est en marche. Annecy ne peut rester à l'écart de cette dynamique, elle qui a si souvent portées hautes et fières les valeurs du centrisme. 

Il faudra également rester mobilisé en Juin pour les législatives. Là encore des surprises sont possibles. La Haute Savoie doit envoyer des députés macronistes à Paris pour porter la voix de nos intérêts et de nos inquiétudes ; mais aussi pour offrir du pluralisme politique à notre département et ainsi le faire respirer face à une droite hégémonique qui se croit tout permis.

J'ai annoncé ma décision d'être candidat sur la 2e circonscription parce que je l'aime, je la connais bien et je crois que c'est possible. Les résultats d'hier soir montrent que c'est possible. La France aura besoin d'une majorité derrière celui qui deviendra, je l'espère de tout cœur, son Président. la Haute Savoie doit participer de cet élan pour son avenir, pour être écoutée et entendue, pour elle aussi se mettre en Marche ! J'ai commencé ce travail depuis plusieurs semaines. Il est passionnant parce qu'avec tous ceux que je rencontre, nous parlons de la vie, des problèmes, des envies et des solutions des gens d'ici.



vendredi 21 avril 2017

Dimanche, je vote Emmanuel Macron


C'est vrai, mon choix est fait depuis de nombreux mois. Je vous l'avais annoncé début janvier après avoir pris le temps de l'écoute et de l'analyse. Je n'en ai pas changé.

J'ai décidé de voter pour Emmanuel Macron dès ce dimanche, par conviction. Je vous appelle à lui donner un maximum de poids, dès le premier tour, pour apporter une dynamique à sa candidature et remettre la France en Marche.

Je sais que beaucoup d'entre vous êtes sceptiques. C'est vrai que certains ralliements d'opportunistes, certains revirements, certaines postures tiennent plus de la stratégie politicienne que de l'engagement en faveur d'un programme. Mais cela n'est pas l'essentiel.

L'essentiel, c'est que Macron et son équipe portent, pour moi:
- une vision d'une société ouverte, ouverte sur ses minorités, sur l'Europe et sur le monde. Une société qui a confiance dans l'avenir malgré les difficultés, et les embûches qui ne manque(ro)nt pas.
-un programme crédible, économiquement, socialement et environnementalement, garant de réelles avancées.
- un changement de pratiques politiques qui passe par un renouvellement des personnels politiques, un rajeunissement et une plus grande implication des citoyens dans les prises de décisions.

Je n'ai jamais cru à l'élu providentiel. Le programme de Macron a des faiblesses, je ne suis pas dupe. Mais il est le seul à pouvoir redonner à la France sa place dans le concert des Nations, à nous offrir un avenir pour nous et nos enfants.

Il faut que M. Macron soit élu Président, pour la France. C'est ce que je crois profondément.

On ne trouve jamais le candidat parfait. Mais on choisit un Président pour sa ligne politique, l'horizon qu'il trace pour l'avenir et la pratique du pouvoir qu'il insuffle.

Fidèle à mes idéaux de progressisme, d'honnêteté, de loyauté, ceux que je m'évertue à promouvoir localement, je choisis Emmanuel Macron dès dimanche et vous invite à en faire autant, pour notre pays, son avenir et sa place dans le monde.


mercredi 19 avril 2017

Locations saisonnières : le maire s'en fout depuis des années

Bienvenue à Disneyland Annecy !

Je lis ce matin le dossier réalisé par le Dauphiné sur les locations saisonnières à Annecy. La fédération des hôteliers (FAGITH) vient d'écrire au maire (et à d'autres élus) pour les alerter sur ces pratiques qui constituent aujourd'hui une concurrence déloyale face à l’hôtellerie.

Selon les comptes de la FAGITH, ce sont aujourd'hui 1346 logements d'Annecy qui sont inscrits sur les plateformes de locations saisonnières type Airbnb.  La croissance est fulgurante puisqu'en juin 2015, il y a à peine deux ans lorsque j'écrivais déjà un article sur ce sujet ( Réguler les locations saisonnières à Annecy ), le même syndicat n'en dénombrait que 600...

S'il ne s'agit évidemment pas, comme je l'écrivais déjà, d'interdire les locations saisonnières (comme l'a fait Barcelone) car elles constituent un atout touristique indéniable bénéfique à notre économie locale, il faut réguler. Le maire, comme je le disais déjà il y a 2 ans et comme je n'ai eu de cesse depuis de le demander, a des moyens réglementaires pour agir. Mais à Annecy il ne le fait pas : c'est la loi de la jungle. Car il faut réguler. Pourquoi ?

1) Les locations saisonnières de particulier à particulier ne sont pas soumises aux mêmes règles et obligations que les professionnels en terme d'hygiène, de sécurité et de fiscalité. Elles créent une concurrence déloyale qui détruit (comme l'indiquent beaucoup d'études) des emplois dans l'hôtellerie. La taxation (taxe de séjour de quelques dizaines de centimes par nuit) ne rétablit pas du tout, comme le prétend M. le maire, cette distorsion de concurrence. Seule la régulation par la fixation d'un nombre maximum annuel de nuitées de location peut résoudre ce problème.

2) Les locations saisonnières sont bien plus rentables que les location à l'année à des habitants locaux. Les propriétaires préfèrent donc louer 6 mois en saisonnier que 12 mois en location "normale" car cela rapporte plus et évite bien des ennuis (un mauvais locataire ne reste que quelques nuits).
Là encore, il faut réguler. Ce phénomène provoque une véritable désertification du centre-ville d'Annecy. Les Annéciens ne trouvent plus à s'y loger. On crée un Disneyland à ciel ouvert... Ce sont, en  conséquence, les commerces de la vie courante, les services publics, tout ce qui fait la vie quotidienne qui est impacté.

Ces phénomènes sont bien connus et de nombreuses villes ont pris des dispositions pour réguler, sans pour autant nier l’intérêt touristique et financier de ces locations pour la ville et les propriétaires.

L'absence de décisions de M. le maire n'est pas un oubli. C'est une volonté claire : celle de favoriser son électorat qui s'enrichit aujourd'hui de ces locations et auquel il promet de ne rien changer quitte à tuer l'hôtellerie et à transformer sa ville en un formidable casino à ciel ouvert.

Seul l'argent intéresse M. Rigaut. Les vieux et les propriétaires. Les locataires, il s'en moque, tout comme les hôteliers, ces râleurs invétérés.

Il feint à chaque nouvelle demande des professionnels de s'intéresser au sujet. Il promet d'étudier la chose. Il me l'a dit aussi à chacune de mes questions à ce sujet. Résultat : 2 ans après mes premières interventions (et celles de la FAGITH) rien n'a changé, parce qu'il s'en fout.

Tout ce qui l'intéresse c'est d'être l'empereur du Grand Annecy, pour les euros et la gloriole. La vie des Annéciens, il s'en f... au fait, c'est quoi un annécien ????

dimanche 16 avril 2017

Je suis candidat aux législatives de juin

Denis Duperthuy
Conseiller municipal d'Annecy
Conseiller communautaire du Grand Annecy


COMMUNIQUE DE PRESSE
ELECTIONS LEGISLATIVES 2017

La vie politique française est obnubilée par l'élection présidentielle. Les territoires locaux sont oubliés, leurs problématiques négligées. Dans moins de deux mois auront lieu les élections législatives et pour l'instant au niveau local c'est le silence le plus absolu. Pourtant, notre territoire connait des difficultés et exige que nous prenions le temps d'en faire le diagnostic et de construire collectivement des solutions.

Un député est certes un élu de la Nation qui se doit de voter les lois et de contrôler le travail du gouvernement. Mais je conçois également son rôle comme un acteur politique local, en connexion avec son territoire pour faire remonter à Paris ses spécificités et ses attentes. Pour cela, il doit faire les bons diagnostics et proposer les modifications législatives et réglementaires qui s'imposent pour aider son territoire, tout en gardant chevillé au corps l'intérêt général.

La deuxième circonscription de Haute Savoie est un territoire divers, avec des zones urbaines et des zones rurales, une économie de tourisme, d'industrie et de services. Par beaucoup d'aspects les problématiques qui se posent à Thônes n'ont pas grand chose à voir avec celles d'Annecy, le tissu économique favergien n'est pas celui d'Alby. Pourtant, des questions communes se posent et doivent être traitées pour avancer et aller de l'avant : 
*la rareté du logement et le prix de l'immobilier, 
*la conversion écologique pour améliorer la qualité de l'air en revoyant nos moyens de déplacements et de chauffage,
* l'appui à nos entreprises pour développer l'emploi, l'innovation et nos marchés à l'exportation,
* le pouvoir d'achat des hauts-savoyards dont les inégalités de revenus ne cessent de croitre,
* le soutien au secteur du tourisme par la formation des équipes (permanentes et saisonnières), par l'aide à la promotion nationale et internationale, mais aussi par l'appui à la qualité de notre agriculture, la préservation de nos paysages et savoir-faire, etc...

En tant qu'élu local, depuis 9 ans, je connais bien ces problématiques. J'y suis confronté chaque jour. J'ai des propositions à faire et j'agirai en tant que député pour construire des solutions réalistes et réalisables.

J'aime profondément le territoire de la deuxième circonscription où j'ai des attaches familiales fortes (je vis à Annecy et j'ai ma famille dans les Aravis). J'ai déjà eu l'honneur de me présenter en 2012 sur cette circonscription et d'y faire un score largement salué à l'époque en arrivant second au soir du deuxième tourCe territoire nécessite qu'on s'intéresse à lui, non comme un tremplin vers une carrière nationale, non comme un territoire de conquête électorale, non comme un bastion à conserver, mais comme un territoire avec une population diverse qui a ses propres atouts mais aussi ses difficultés. On ne s'improvise pas candidat à une élection législative. J'y réfléchi depuis des mois.

J'ai décidé de me présenter à l'élection législative de juin prochain sur la deuxième circonscription de Haute Savoie pour porter un regard neuf, celui d'un actif, chef d'entreprise horticole de 36 ans, engagé pour le bien-être des hauts-savoyards. Je souhaite que l'on parle enfin des sujets de terrain. Je souhaite que l'on renouvelle le personnel politique local pour donner de l'air à notre vie démocratique. 

Lionel Tardy a fait déjà deux mandats. Il est candidat à un troisième, contrairement à ce qu'il avait promis lors de sa première élection. Chacun pourra à loisir chercher ses réalisations sur la mandature qui se termine. Pour ma part, à part rouler le tapis rouge à Fillon (d'abord pour devenir président des Républicains, puis candidat à la Présidentielle), j'ai beaucoup de difficultés à voir les projets concrets pour les hauts-savoyards portés depuis 5 ans... C'est un député qui s'essouffle et qui divise.

Je me présente sans parti politique pour rassembler les hauts-savoyards derrière une candidature de terrain, pragmatique et sérieuse, tournée vers les enjeux locaux et nationaux. Je souhaite incarner une candidature de rassemblement de tous ceux qui ne veulent pas du Front National ou bien du programme de casse sociale et sociétale prônée par M. Fillon. J'ai demandé l'investiture au mouvement En Marche! d'Emmanuel Macron, que je soutiens pour l'élection présidentielle. Je verrai si c'est le choix de ce mouvement. Mais pour part, je considère que la deuxième circonscription a droit à un débat de fond qui ne peut s'improviser en quelques jours.

Je suis un candidat issu de la société civile qui croit au renouvellement des pratiques, à l'intégration des citoyens dans les prises de décisions. C'est pourquoi, en tant que député, je mettrai en place des outils de démocratie participative comme les ateliers citoyens pour associer les habitants à la rédaction des textes législatifs. De la même façon, je rendrai transparente la distribution des fonds parlementaires à destination des collectivités locales et des associations.

Rassemblement, renouveau démocratique, solutions concrètes, proximité : tels sont les maitres mots de ma candidature.

Je présenterai prochainement ma suppléante.

vendredi 14 avril 2017

Budget 2017 du Grand Annecy


Hier soir avait lieu le conseil du Grand Annecy Agglomération pour le vote de ses budgets.

Au menu des dépenses d'investissement 2017, on pouvait trouver notamment :
- Nouvelle voie urbaine pour le tunnel sous le Semnoz : 1 041 000 €
Il s'agit des études pour les voies d'accès au tunnel sous le Semnoz côté Annecy/Seynod. Je rappelle qu'au total le coût de ces voies d'accès pour le Grand Annecy (sans compter le prix du tunnel lui-même payé par le conseil départemental) est estimé à 75 millions d’euros... qui seraient mieux utilisés à développer réellement les transports en commun

- Centre des congrès à Albigny : 6 750 000 €
On retrouve ici la même somme que l'année dernière, qui avait fini par être annulée au cours d'année à cause de nos recours qui ralentissent (et c'est très bien !) le projet. Mais à part cela, M. Rigaut continue de dire que le projet avance selon la programmation initiale...

Ces investissements sont aujourd'hui financés à 70% par l'endettement. Et même si, pour des raisons qui m'échappent, les résultats 2016 n'ont pas été intégrés (alors que quand on vote un budget en avril c'est toujours le cas...) ce qui viendra réduire un peu l'endettement, cela reste une gestion périlleuse des deniers publics. Avec un excédent de 3 M€ seulement prévu pour cette année (différence entre recettes et impots pour financer les investissements) il est clair qu'on ne peut pas se payer ce genre de projets pharaoniques. L'agglo n'a pas les moyens financiers.

Avec Claire Lepan, nous avons été les deux seuls à voter contre ce budget 2017. En effet, j'ai toujours combattu à la fois le tunnel sous le Semnoz et le choix d'implanter un nouveau centre des congrès sur la presqu'île d'Albigny. Je reste donc cohérent avec mes convictions et mes déclarations antérieures. Chacun pourra à loisir contempler le courage des autres élus d'agglomération si prompts à faire des leçons d'écologie et des grands discours contre le centre des congrès dans la presse... et à s'abstenir sur ce genre de vote.

Concernant le budget des transports, il apparaît qu'en 2016 nous avons réalisé pour 1.8 M€ de travaux pour le BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) et que l'on prévoit 440 000 euros pour 2017. Une misère alors que les études menées dans le cadre du projet "Agglo 2030" pour réaliser la croix de BHNS (les deux lignes structurantes Nord/Sud et Est/Ouest) nécessite 2.5M€ minimum par an.

Le plan de réalisation du BHNS prend un retard effarant. Il n'existe pas de volonté politique de soutenir réellement ce projet. Ce budget n'est évidemment pas en adéquation avec les enjeux réels des habitants : pollution de l'air, santé publique et saturation des réseaux routiers.

Autre problème, à partir de cette année, les entreprise de plus de 11 salariés des communautés de communes qui nous ont rejoint au sein du Grand Annecy vont commencer à payer du Versement Transports (une taxe dédiée au financement des transports en commun) sans avoir le moindre service en retour.

Face à cette inertie coupable, à ce choix d'inscrire de l'argent pour le tunnel sous le Semnoz et quasiment rien pour le BHNS, c'est-à-dire les transports en commun, avec Claire nous avons décidé de voter contre ce budget.
Au moment des tractations pour l'élargissement de l'agglo, M. Rigaut avait soutenu l'argument qu'il existe des problématiques qui doivent se traiter sur des espaces territoriaux plus larges. Il citait notamment les transports. Il avait raison. Mais on voit aujourd'hui la réalité de ces discours : du bla-bla pour endormir les populations et les élus.

jeudi 6 avril 2017

Un office du tourisme qui évolue dans la bonne direction

Je lis ce matin dans le Dauphiné libéré un article concernant la politique et les orientations de l'office du tourisme du lac d'Annecy pour les années à venir. 


L'office du tourisme a (enfin!) décidé de mettre en oeuvre une politique de fidélisation de nos clients/touristes en mettant tout en oeuvre pour qu'un touriste content soit un touriste qui revienne.

J'ai très souvent sur ce blog (et son prédécesseur) fait part de cette vision. J'ai écrit dès 2011, puis 2012 et en fin 2014, à chaque élection à laquelle je me suis présenté, qu'il fallait arrêter de vouloir faire venir "plus" de touristes, mais qu'il fallait prendre le virage de la fidélisation pour faire revenir ceux qui étaient déjà venus.

Je note avec un très grand plaisir que cette analyse que je faisais il y a 6 ans déjà, est aujourd'hui au coeur de la stratégie de la nouvelle équipe de l'office du tourisme. C'est une stratégie ambitieuse, qui doit mobiliser l'ensemble des acteurs du tourisme. Car oui, c'est une politique de qualité qu'il faut développer : qualité d'accueil, qualité des prestations offertes, diversité des activités, renouvellement et dynamisme culturel, patrimonial, récréatif...

Et, en lisant cet article ce matin, on peut toucher du doigt toute la cohérence du projet de la nouvelle direction de l'OT qui parle aussi de promotion du tourisme vert et du tourisme industriel, deux thèmes que j'ai souvent développés. Oui, il y a la neige et nul ne souhaite l'abandonner. Mais il y a aussi d'autres activités complémentaires qu'il faut développer, en lien avec le profil de nos touristes, notamment les randonneurs, les familles, etc... On notera aussi avec satisfaction que l'office du tourisme s'appuiera sur tous les atouts de TOUT son territoire, sortant ainsi des "limites" psychologiques de, seulement, Annecy ville.

Retrouver le lien avec notre passé industriel et en faire un atout est un enjeu fondamental porteur de développement touristique et de fierté collective.

Cette politique de fidélisation est un vrai tournant que je veux vraiment saluer et que, si le besoin s'en fait sentir, je souhaite accompagner de toutes mes forces. Le temps du "one shot" c'est-à-dire du touriste qui arrive et à qui on prend le maximum d'argent est révolu. La société ne le tolère plus. Il est préférable de faire revenir les touristes, plusieurs fois, notamment les régionaux qui ont eu tendance à se détourner d'Annecy (Genevois, Piémontais...). Et puis, il faut essayer de les faire rester plus longtemps, en faisant tout pour augmenter le nombre moyen de nuitées par séjour.

Cette politique de fidélisation est une réelle révolution en profondeur par rapport à notre modèle de développement touristique depuis la fin de la guerre. Bien sûr, je parle ici en général sur notre territoire, et on trouvera toujours des contre-exemples. Cela demande une profonde interrogation de la part des acteurs touristiques, des pouvoirs publics (notamment en mobilisant de nouvelles formes de salariat, la formation, etc...) et des collectivités territoriales qui doivent offrir les équipements nécessaires pour faire revenir les touristes (par exemple: un grand musée du cinéma d'animation).

Oh, je sais que tous les élus en place vous diront qu'il n'y a rien de nouveau dans tout cela et qu'ils étaient intimement convaincus de ce changement. Pourtant je me souviens très bien d'échanges musclés à ce sujet et de réticences très fortes. Mais cela semble le passé et il faut s'en réjouir (on a toujours tort d'avoir raison trop tôt).

Bravo à l'office du tourisme pour ce choix judicieux et nécessaire. Il est temps de tous nous relever les manches. Nous ne partons pas de rien. Des choses ont déjà été faites. Il faut s'appuyer sur ces expériences pour les généraliser.

Vous comptez déjà, et cela depuis des années, un élu convaincu et désireux de vous aider.

samedi 1 avril 2017

Fusion de communes : mea culpa

Finalement, j'ai eu tout faux. Sur cette fusion de communes, je me suis planté sur toute la ligne et j'ai injustement critiqué M. Rigaut.

Il a eu tout à fait raison de ne pas consulter la population sur un projet aussi complexe : les gens ne votent jamais pour la question posée, et là c'était trop important. D'ailleurs, il fallait avancer vite.

L'accord de 6 maires, de tendances politiques extrêmement différentes, nécessitait des compromis, et notamment en terme de postes et d'indemnités. Chacun était légitime à rester en poste. Ce qui a été fait est très bien.

Et puis, il fallait avancer et ne pas s'occuper de tout le monde, des critiques, des grincheux. L'équipe resserrée autour des 6 maires et DGS était le solution adéquate. Tant pis pour les autres.

J'ai eu tort de voir dans cette fusion une manœuvre politicienne, alors qu'elle est toute entière tournée vers le bien-être des populations, l'amélioration des services publics. Le choix de M. Accoyer, personnage au charisme national reconnu de tous et au pouvoir important à Paris, comme premier adjoint était parfaitement justifié.

Les 6 maires ont su être pionniers. Je regrette de ne pas l'avoir compris plus tôt.

Tout comme je regrette de ne pas avoir voté le budget d'assemblage en début de semaine. Il faut être bête pour ne pas voir que ce budget répond en tous points aux attentes de tous, gauche et droite confondues. Partir sur une maîtrise drastique des dépenses de personnels est la seule chose à faire. D'ailleurs, la fusion doit permettre des économies d'échelle, et faire faire des économies. C’est la même chose pour les associations que l'on continue de soutenir avec convictions en maintenant à l'euro près leurs subventions, alors que tant d'autres communes les réduisent...

Non, vraiment, je n'avais rien compris. J'ai été aveuglé par mon idéologie khmer-démocrate, de ceux qui ne savent plus faire la différence entre croyances et réalité.
Je le confesse en ce 01 avril car cela me pèse sur la conscience et m'interroge : comment n'ai-je pas pu me remettre davantage en question avant ? Cette fusion est enviée dans la France entière. C'est un progrès gigantesque qui sera un jour enseigné à l'ENA et servira de modèle. Il faut lui laisser le temps et ne pas chercher à ce que tout soit parfait tout de suite.

Les 6 maires me l'avaient bien dit. Et je n'ai pas écouté, obnubilé par ma volonté insensée de faire participer la population.

Tristesse.