jeudi 29 septembre 2016

Agglo : la voiture de nouveau à l'honneur

Hier soir, le conseil communautaire avait à valider deux délibérations concernant la création et le réaménagement de nouvelles voiries sur la commune de Seynod.

Ces délibérations sont en droite ligne de la convention signée en juin entre le conseil départemental et la C2A concernant les aménagements de mobilité sur notre territoire. Je rappelle que nous avions déjà voté contre cette convention en juin car elle fait de nouveau la part belle à la voiture (80% des montants inscrits) et laisse la portion congrue aux transports en commun (moins de 20%).

Schéma présent dans le magazine du conseil départemental de ce mois

Hier soir, de nouveau, nous nous sommes opposés à ces deux délibérations qui concernent la liaison entre la route des creuses et la RD 1201 d'une part, et la requalification de la RD 1201 à Seynod d'autre part. Il y en a au total pour près de 29 millions d'euros dont la moitié (14.5 M€)à la charge de la C2A...

Ces équipements, même si chacun a bien pris soin de ne pas aborder ce sujet, sont nécessaires pour le tunnel sous le Semnoz car sinon, quel est intérêt en venant de Rumilly de rejoindre la RD 1201 au rond point de la Mouette ?

Toutes les études montrent qu'il faut revaloriser le transport en commun sur notre agglomération en y mettant des moyens financiers plus importants. Ce n'est que comme cela que l'on pourra régler le problème (réel) de l'encombrement de nos routes : en créant des lignes structurantes avec parking-relais en périphérie d'agglo. Au lieu de quoi on améliore les routes pour faire venir plus de voitures jusqu'au rond point de Quick et asphyxier l'agglo...

Les plans et engagements pris par l'agglo, en parole, disent aussi cela... mais les votes et les décisions vont à l'encontre...

Le Conseil Local de Développement (instance consultative regroupant de nombreux membres dont des acteurs du monde économique, des associations, des experts...) le redit encore dans son rapport remis aux élus hier à l'entrée du conseil.


J'ai rappelé hier que d'après les études, la pollution atmosphérique sur notre bassin de vie faisait perdre 11 mois d'espérance de vie à chacun d'entre nous (contre moins de 6 mois au niveau national). Il s'agit là d'un enjeu de santé publique sérieux.

Mais rien n'y fait. Les élus communautaire ont de nouveau ouvert grand les vannes de l'argent public pour construire des routes et favoriser la voiture. Comme nous l'avons rappelé hier soir, par comparaison, nous sommes toujours dans l'attente d'un plan de programmation des investissements pour les transports en commun. On sait qu'il faut au moins 2.5 millions d'euros d'investissements annuels pour réaliser les lignes structurantes du BHNS d'ici 2030. Cette année nous n'y serons pas, loin de là. Vous imaginez ce que l'on pourrait faire comme lignes structurantes avec 14.5 M€ ? Ca accélérerait beaucoup le développement des transports en commun, et donc leur part modale dans les déplacements des habitants.

Mais non, ces élus sont toujours du siècle dernier. Le siècle de la voiture reine et de la pollution cachée. Tant que nous n'aurons pas cette programmation sur les investissements en transports en commun, nous continuerons à nous opposer aux investissements routiers polluants.


Sans compter que l'on prend des délibérations avec de tels montants sans attendre l'avis des communautés de communes qui vont nous rejoindre (et donc payer) au 01 janvier prochain...

mardi 27 septembre 2016

Conseil municipal d'hier soir

Le conseil municipal d'hier soir aura duré moins de 2 heures, questions diverses comprises pour 31 poins à l'ordre du jour.

Une rapidité qui s'explique par l'absence de grands sujets. Comme je l'avais dit, cette rentrée politique sera terne, molle car les vrais débats, les grands enjeux ne se décident plus en conseil municipal, mais à 6 maires, dans le cadre des discussions qu'ils ont sur la fusion de communes.

Les conseils municipaux sont mis sur la touche et nous assistons spectateurs aux décisions prises.

Un exemple ? Hier soir je suis intervenu en questions diverses sur la décision du Maire d'armer la police municipale. Mon propos n'était pas de parler du fond. C'est une perte de temps puisque le maire a décidé tout seul, sans nous concerter, de prendre cette décision.

C'est l'illustration même que, pendant qu'on nous fait voter sur des points techniques sans intérêt, les vrais débats ont lieu ailleurs. Certes, c'est le pouvoir du maire de prendre ces décisions. Mais j'estime pour ma part qu'un débat aurait pu avoir lieu et une discussion être menée plutôt que d'apprendre cela par la presse.


Au fond, comme je l'ai dit à M. Rigaut, ces 6 maires n'ont pas compris ce que cela signifiait d'être maire. Oui, le maire est le chef de sa majorité (qui n'a recueilli que 45% des voix à Annecy...). Oui cela lui donne quasiment tous les pouvoirs et il peut donc faire ce qu'il veut. Mais, pour moi, un maire c'est plus que cela. Pour devenir un vrai maire, il faut savoir se dépasser, transcender sa propre appartenance politique pour réunir tous les Annéciens et être leur porte-parole à tous. Cela se construit dans un dialogue et un respect continu et soutenu avec les minorités qui, elles aussi, portent l'avis des citoyens. Etre un vrai maire, c'est savoir que l'on peut faire ce que l'on veut sans dialogue, mais c'est choisir la voie de l'union, du rassemblement pour pouvoir ensuite porter à l'extérieur une voix plus forte car plus rassemblée.

Un vrai maire, c'est celui qui sait qu'il peut se passer de ses minorités et décider seul, mais qui ne le fera pas. Car au long terme et pour l’intérêt général des habitants, il considère que ces minorités ont des choses à dire qui méritent d'être écoutées car elles enrichissent les débats et peuvent améliorer les décisions prises. Un vrai maire doit choyer ses minorités car il sait qu'il peut les écraser, mais il ne le fera pas car pour lui, leur opinion compte même si chacun sait, et c'est normal, que c'est bien lui qui a la fin tranchera.

Au regard de la manière dont les décisions sont prises depuis un an dans le cadre du projet de fusion des communes, je suis au regret de constater (et l'exemple de l'armement de la police municipale en est la caricature) qu'aucune concertation n'a lieu avec les minorités (pas un rendez-vous, pas un appel téléphonique). On convoque les conseils municipaux pour maintenir l'illusion démocratique mais on décide ailleurs.

Ces maires ne sont pas des vrais maires, ils n'ont pas compris quel était leur rôle. Ils jouent les chefs de majorité et ignorent les minorités convaincus de détenir à eux seuls la science infuse et la réponse à toutes les questions. Cette manière de faire cache la peur du débat et de la contradiction. Ce sont de petits maires qui portent un projet bien trop grand pour eux, d'autant plus rabougri qu'ils le lisent uniquement par le prisme des intérêts de leurs petites majorités.

Au passage, j'ai demandé combien allait nous coûter cette décision. M. Rigaut m'a répondu que l'évaluation des coûts allait être menée. Dit autrement, il a pris une décision politique sans savoir combien allait coûter au contribuable...

mercredi 21 septembre 2016

La police municipale sera donc armée

M. le Maire annonce qu'il a décidé d'armer la police municipale. Lui qui s'y était toujours opposé, à l'instar de son prédécesseur, a donc changé d'avis. C'est son droit.

Ce qui est plus savoureux à lire c'est le pourquoi de ce revirement. A lire M. Rigaut ce serait pour plus de sécurité... C'est vrai qu'à Annecy, ses banlieues chaudes, ses événements risqués, le risque d'attentat terroriste est extrêmement élevé, la menace sur nos policiers municipaux quasi-quotidienne... Il fallait donc réagir et l'armement de la police municipale est LA solution. Celle prônée depuis des décennies par l'UMP locale (cette proposition était dans le programme de M. Herisson en 2008, et depuis largement portée par Mme André). M. Rigaut continue sa conversion continue et volontaire aux choix les plus radicaux de la droite, s'éloignant toujours plus du centre...

En réalité, vous l'aurez compris à l'humour dont j'ai fait l'usage ci-avant, la véritable raison de ce revirement n'a rien à voir avec une quelconque montée de je-ne-sais quelle menace. C'est plus simplement un renoncement et un alignement sur les pratiques de Seynod et d’Annecy-le-Vieux, dans le cadre de la fusion des communes.

Donc si Rigaut a dit oui, il y a de fortes chances pour qu'il en soit de même pour les autres maires de Cran-Gevrier, de Meythet et de Pringy.

C'est déjà Accoyer qui commande dans la nouvelle commune. Ca promet ! Et tous lui disent "Amen". Rigaut a eu sa fusion et l'assurance qu'Accoyer ne se présentera pas comme maire de la nouvelle commune et président de la nouvelle agglomération, il peut donc bien céder sur quelques principes...

Au fond, j'ai toujours été hostile à l'armement de la police municipale car cela n'est pas ma conception de la répartition des rôles entre police nationale et police municipale. C'est à la police nationale d'assumer les fonctions de protection des personnes. Avec ce schéma choisi par notre maire, les communes riches pourront se payer des policiers municipaux et sécuriser leur territoire, et les communes pauvres pourront subir violence et délinquance... Je combats cette vision.

De même, cette décision est lourde de conséquences financières pour le contribuable. L'armement des policiers municipaux veut dire une formation initiale longue et coûteuse, puis des formations régulières. De plus, il faudra équiper les policiers d'armes. Là encore, on se demande où sont les économies promises par la fusion des communes.

J'arrêterai là cette condamnation d'une décision prise en solitaire, sans discussion ni en conseil municipal ni en Conseil Local de la Sécurité et de la Prévention de la délinquance. Le Maire, notre baron tout puissant, a pris sa décision et la volonté du roi est un ordre.
Certains disaient que Paris vaut bien une messe. M. Rigaut pourrait dire: mon poste de maire d'une ville de 122000 habitants (et les indemnités qui vont avec) vaut bien quelques renoncements politiques.

Je souhaite que nos enfants ne soient pas trop sévères avec nous, le jour où ils se rendront compte de la société de violence qu'on est en train de leur construire. Mais le gout du pouvoir pousse certains hommes politiques à toutes les compromissions...

lundi 19 septembre 2016

Point sur la convention Ville/ETG


Quelle est la situation actuelle entre la ville et l'ETG ?

Cette question a été abordée lors de la dernière commission "Sports". Ce que nous avons appris:

1) La convention liant la ville et l'ETG avait encore une durée d'un an. Mais aux vues des résultats de l'ETG et de sa situation financière (la SASP est en redressement judiciaire), le maire a demandé l'arrêt de cette convention dès cette année. L'ETG ne joue donc plus à Annecy.

2) 5 millions d'euros de travaux ont été mis en oeuvre sur le stade. Cette somme a bien été payée par l'ETG soit directement, pour 3 M€, pour ses investissements propres (bâtiments modulaires, tribunes sud...) qui appartiennent donc encore à la SASP et peuvent être démontés et revendus pour payer les dettes ; soit par la mairie qui a refacturé 2 M€ à l'ETG (dûment payés) pour des travaux "d'accompagnement" dont les réalisations appartiennent à la ville. Une difficulté réelle existe quant au démontage de certains équipements appartenant à l'ETG (on pense notamment à la sonorisation) car ce démontage pourrait causer quelques dégâts aux structures. Une partie de ces équipements pourraient (rien n'est décidé et une étude sérieuse devra être menée) être rachetée par la ville pour servir à nos clubs. A voir.

3) Concernant les coûts de fonctionnement liés aux matchs, la convention prévoyait que la ville facture 10 000 € par match pour la saison 2015/2016 au titre de la location du stade + les frais supplémentaires liés aux intempéries (déneigement, chauffage contre le gel...). A ce jour, les 10 derniers matchs + quelques frais supplémentaires n'ont toujours pas été réglés, soit une somme totale de 123 400 €. Depuis Février, l'ETG n'a pas payé son loyer. C'est l'ardoise qu'ils nous laissent. Pourra-t-on récupérer cette somme ? Ce sera à l'administrateur judiciaire, aux vues des dettes accumulées, d'essayer d'honorer les sommes dues. mais la ville n'est pas un créancier prioritaire...

Au fond, chacun pourra se faire son opinion sur le réussite ou non de cette opération. Personnellement, j'ai toujours dit que le montage financier était intelligent et je pense que la ville s'en sort plutôt bien. Elle a "récupéré" 2 M€ de travaux d'amélioration du stade contre une ardoise de 123400 €. Il y avait de bien plus gros problèmes au niveau des riverains, mais aussi des autres clubs sportifs.

Maintenant l'avenir réside dans nos clubs locaux, ancrés sur notre territoire. Nous avons des clubs qui évoluent dans des divisions intéressantes. Je pense toujours, en jardinier averti, qu'il vaut mieux s'occuper de nos petites pousses bien ancrées dans leur territoire, que faire venir des belles plantes d'ailleurs mais qui risquent de péricliter.

Je souhaite à tous nos clubs une très belle saison sportive, de belles émotions et de beaux résultats. Je continuerai à militer, pour ce qui me concerne, pour que les enfants et les jeunes qui veulent faire de la compétition ou pas, puissent trouver leur place et leur plaisir dans tous nos clubs (je sais que c'est généralement le cas). Le sport pour tous, dans des clubs où l'élite côtoie les amateurs, avec un encadrement professionnel et formé. Tout cela dans une ambiance joyeuse et conviviale grâce aux bénévoles.

samedi 17 septembre 2016

Fusion des communes : où seront les économies ?

On apprend grâce au dauphiné de mercredi dernier, dans le compte-rendu du conseil municipal de Seynod, que l'on envisage de recruter un nouveau "super" Directeur Général des Services (DGS) pour piloter la Commune nouvelle (née de la fusion des 6 communes). Les 6 DGS actuels des communes devraient tous des Directeurs Généraux Adjoints (DGA). (Et donc les DGA actuels deviendraient ???)

Voici ce qu'on pouvait lire dans le dépliant distribué dans toutes les boites aux lettres pour justifier l'idée de fusion :

"POURQUOI FUSIONNER ? 

Depuis plusieurs années, la France a engagé un important travail de réorganisation du territoire national, tant à l’échelle des régions, des communautés de communes, que des communes et favorise le rapprochement de ces dernières. Outre cette participation à un mouvement national, la fusion de communes représente aujourd’hui une réelle opportunité qui doit se traduire dans un véritable projet de territoire. Une fusion de nos communes permettrait : 
> le maintien d’un bon niveau de services publics et d’investissements, afin de préserver notre modèle économique et social, que chacune de nos communes serait incapable de maintenir seule ; 
> des économies de gestion par le regroupement de moyens et le maintien d’un niveau de fiscalité maîtrisé ; 
> un aménagement et un développement équilibrés de notre territoire (équipements, logements, entreprises…). 

La commune nouvelle de plus de 120 000 habitants pourra alors peser comme un acteur clé tant au niveau de la C2A qu’au niveau de la grande région Rhône-Alpes-Auvergne. "

Depuis le début on nous vante les économies que la fusion des 6 communes permettrait de dégager. On nous dit notamment que cela permettrait de rationaliser et donc de réduire) les postes d'encadrement pour faire baisser la masse salariale. Et la première décision qui est prise c'est que l'on va recruter un "super" encadrant supplémentaire !!!! On garde tout le monde et on recrute encore un cadre avec un super salaire !

Ne pouvait-on promouvoir un directeur déjà existant ? A moins que les 6 maires (soi-disant tellement "sur la même longueur d'onde" comme ils aiment à le crier haut et fort) ne réussissent même pas à se mettre d'accord sur un DGS... Ca promet pour de vrais sujets importants pour la vie quotidienne...

Alors va-t-on faire les économies sur les agents de catégorie B et/ou C, c'est-à-dire ceux qui sont sur le terrain (espaces verts, social, personnes âgées, équipements culturels et sportifs, etc...) ? Mais alors comment peuvent-ils affirmer qu'ils fusionnent pour "garder le même niveau de service public" alors que ce serait exactement le contraire ?

On apprend également que les économies ne se feront pas au niveau du bulletin municipal, qui va devenir un véritable annuaire téléphonique avec ses pages destinées à chaque ex-commune... Je crois qu'ils n'ont vraiment pas compris ce que signifiait une fusion, ils l'envisagent comme une superposition où chacun garde son petit pouvoir... ce qui ne permet pas de réelles économies.

Cette fusion opaque révèle chaque jour son vrai visage, celui de la précipitation et des arrangements entre amis, loin des belles promesses d'économies et de démocrate renforcée. Alors que l'on sait que les tarifs de nombreuses prestations vont augmenter, que les impôts de nombreux Annéciens vont également augmenter, on apprend à présent que les économies risquent bien de ne pas être au rendez-vous...

Alors pourquoi avoir fusionné ?

Nous demandons que la décision de recruter un nouveau super DGS soient ajournée et que des solutions de reclassement et de promotion internes soient trouvées. De même le format du bulletin municipal doit être rationalisé pour faire de réelles économies.

mercredi 14 septembre 2016

Annecy côté pile et côté face

Voici ce que je vois quand je pars de chez moi à pieds pour aller en ville (Annecy côté face) :

On nous avait dit que l’arrêt de l'usage des produits chimiques (qui est une bonne chose) serait remplacé par des désherbages à la main... visiblement l'avenue de Brogny fait exception


 Un acacias (et ses épines!!) a trouver sa place et ne manque pas d'agresser les passants ! Même si cet arbre pousse vite, je pense qu'il n'est pas sorti de terre hier matin...


 Vous pouvez admirer la magnifique taille des haies


 Le lierre si qualitatif qui se déploie le long de l'avenue de Brogny


 Et la culture d'herbes sauvages en bordure des trottoirs


Puis, comme par enchantement, lorsque vous passez le rond-point du lycée Berthollet, les choses changent (Annecy côté pile) :




M. le maire nous dit que ce n'est pas vrai : qu'il n'y a pas deux catégories d'Annéciens. Et pourtant vous êtes nombreux, dans les quartiers à me remonter cette différence de traitement flagrante entre le centre-ville et la ville-ville d'un côté qui sont nettoyés régulièrement, avec de très belles fleurs, des espaces verts bien entretenus ; et les quartiers d'un autre coté que l'on délaisse et qui voient le résultat de ce laisser-faire (détritus partout, espaces verts non entretenus, présence de fleurs minimale...).

Oui, pour le maire, tous les Annéciens ne sont pas égaux. Il y a Annecy pour les touristes (la carte postale) et Annecy que l'on cache aux touristes. La ville se dégrade. Le nettoyage et la propreté urbaine deviennent de plus en plus laxistes.

Notre maire (qui a des vues plus hautes avec sa fusion de communes, ca promet pour les autres communes qui nous rejoignent...) n'aurait-il pas délaissé le quotidien des Annéciens ? C'est évident.

Comment avec une telle avenue de Brogny, par exemple, notre ville a-t-elle pu obtenir une "Fleur d'or"? Il faut croire que les critères ne sont pas si drastiques que cela...

Une dernière question me vient : est-ce que mes impôts seront plus faibles puisque visiblement les services auxquels j'ai droit sont inférieurs ? Va-t-on encore longtemps laisser de propager cette réalité de deux catégories d'Annéciens : ceux qui ont droit au meilleur et les autres?

Ce n'est pas ma vision d'Annecy. Tous les Annéciens doivent être traités à égalité. Mais le maire s'intéresse-t-il encore aux Annéciens...

lundi 12 septembre 2016

Stupéfaction : le préfet signe l'arrêté de DUP

Le site internet du Dauphiné nous apprend que le Préfet aurait signé l'arrêté de Déclaration d'Utilité Publique pour le projet de centre des congrès sur la presqu'île d'Albigny. C'est effarant, stupéfiant et hallucinant !! Comment un Préfet, garant des lois, peut-il à ce point se moquer de la loi littoral ? Comment peut-il s’asseoir sur le dossier des commissaires enquêteurs ? Comment peut-il passer outre les demandes des ministères ???

Ce soir, beaucoup de questions... et il faut le reconnaître de tristesse.

Dans quel pays vivons-nous où le copinage et les "combinazione" font la loi ?

Je vous rassure, nous allons rapidement en savoir plus sur les raisons de cette signature et les pressions qui en sont à l'origine. Pour ma part, je ne lâche rien. Une fois l'arrêté préfectoral publié, nous l'étudierons et nous l'attaquerons au tribunal administratif.

Seule la justice, indépendante et loin de ces arrangements haut-savoyo-savoyards, peut nous sortir de cette situation scandaleuse. J'ai confiance. Ne baissez pas les bras, nous avons la loi, la population et l'Hsitoire avec nous ! Il en faudra plus pour nous abattre !

jeudi 8 septembre 2016

Centre des congrès : le gouvernement aussi a des doutes

Expliquer et faire connaître nos arguments

Depuis que nous avons eu la joie de lire les conclusions négatives des commissaires enquêteurs sur le projet de centre des congrès à Albigny, 
nous ne sommes pas restés sans rien faire. Nous savions que l'étape suivante était la saisie du Préfet pour déclarer, quand même, le projet d'utilité publique.

Il fallait donc faire connaitre aux supérieurs hiérarchiques du Préfet nos arguments. Chacun a pu activer ses réseaux pour informer les ministères de nos arguments et des risques que fait peser ce projet sur la loi Littoral notamment (mais aussi sur les finances locales).

Pour ma part, je souhaitais que l
es ministres puissent agir en toute connaissance de cause. Nous avons donc fait le nécessaire. Je remercie ici tous ceux qui ont participer à cette entreprise et nous ont permis d'ouvrir les portes pour plaider notre cause. Je remercie les ministères pour leur écoute attentive et sérieuse.

Les ministres s'interrogent 

Le résultat de l'analyse menée par le ministère de l'écologie (sous l'autorité de Mme Royal) et le ministère du Logement et de l'habitat durable (en charge des expropriations sous l'autorité de Mme Cosse) est tombé sous la forme d'une l
ettre adressée au préfet de Haute-Savoie et au Préfet de Région.

Dans cette lettre on retrouve bon nombre de nos arguments qui visiblement ont été entendus par les ministres. De plus, elle cite explicitement les jugements de justice concernant la modification du PLU d'Annecy-le-Vieux.

Elle se termine par ces mots :

« Au vu des doutes sérieux qui pèsent sur la légalité et le bien fondé de ce projet, nous vous saurions gré de bien vouloir nous faire un état précis du projet, tant au regard des règles d’urbanisme qui s’imposent que son caractère d’utilité publique ».

« Nous vous demandons, dans l’attente, de surseoir à toute décision que vous seriez susceptible de prendre dans le cadre de l’avancement de ce projet ».

Il va sans dire que la tonalité de toute la lettre est très sceptique quant au projet. Cette mise en attente pour amener des éléments nouveaux de la part du Préfet en dit long sur l'opinion des ministères. Je veux rappeler que cela est le fruit d'abord de la grande mobilisation au moment de l'enquête publique. Par leurs commentaires les citoyens ont emporté la conviction des commissaires enquêteurs mais aussi mis le doute au sein des ministères. Se mobiliser, ça paie !

Bien sûr ce contre-temps est fâcheux pour MM. Rigaut et Accoyer... Contrairement à leur desiderata, 
le Préfet n'a pas pu signer vite l'arrêté de DUP. J'imagine assez bien leur colère.

L'isolement de MM. Rigaut et Accoyer

Mais la colère est mauvaise conseillère. Et l'évidence éclate chaque jour davantage : 
ce projet n'est pas conforme à la Loi littoral et il n'est pas d'utilité publique. Il doit être abandonné. Les ministres citent nos arguments, les commissaires enquêteurs reprennent nos analyses, les juges argumentent sur ces mêmes éléments, et la population se mobilisent en nombre pour reprendre ces évidences...

En vérité, 
MM. Accoyer et Rigaut sont totalement isolés sur ce dossier. Quiconque regarde ce dossier avec un peu de sérieux voit qu'il n'est pas d'utilité publique et qu'il est dangereux pour nos littoraux. Mme Royal nous a bien fait savoir l'intéret et l'importance qu'elle porte au respect de la loi littoral.
Alors oui, il reste bien à ces 2 barons locaux des élus bénis oui-oui (qui leur doivent leurs postes) pour continuer à s'entêter sur ce mauvais dossier. Ils trouvent bien quelques présidents d'associations subventionnées par la C2A (et qui n'ont donc pas le choix) pour rédiger des lettres ouvertes...

Mais la réalité est bien plus simple : l'isolement de MM. Rigaut et Accoyer est total. Ils peuvent toujours tenter des agitations de dernières minutes comme le fait de tenter d'obtenir à Evian ou au MIFA un arbitrage du Président de la République. 
Mais ce sont des agitations vaines et assez pathétiques. J'ai été immédiatement mis au courant de ces tentatives de passer par-dessus les ministres...

Revenir au dialogue et trouver des solutions sérieuses

Messieurs, revenez à la raison, de grâce. Vous faites perdre son temps (et son argent) à la C2A, aux ministères, aux tribunaux. Pire, vous gâcher un temps précieux pour construire une véritable voie d'avenir pour l'industrie du film d'animation. 
Votre entêtement vous isole et montre chaque jour un peu plus que ce sont vos égos qui vous guident dans cette affaire et pas l'intérêt général.

Renoncez à ce projet et revenez à la table des discussions pour trouver ensemble une porte de sortie convenable à cette piteuse affaire. Beaucoup de secteurs économiques attendent cela. Il n'appartient qu'à vous de sortir de votre logique d'affrontement et d'ouvrir le débat. Personnellement j'y suis prêt. Nous avons besoin de discuter sereinement de l'avenir du tourisme d'affaire sur Annecy, loin de votre totem : ce projet pharaonique de centre des congrès.


mardi 6 septembre 2016

Centre des congrès : souriez, vous payez !

Je viens de recevoir, comme beaucoup de propriétaires de leur logement, leur avis de taxe foncière 2016 à payer avant le 17/10/2016 (j'ai volontairement effacé les autres montants).


Dans l'absolu, même si je ne saute pas de joie à l'idée de payer des impôts, j'estime que c'est mon devoir de citoyen de participer à la solidarité.

Mais là, l'addition me reste en travers de la gorge. Sur cette feuille d'impôt, on peut lire à la colonne "Intercommunalité" (c'est-à-dire l'agglo pour nous) le passage du taux d'imposition de 0.40% (il était à zéro il y a un an...) à 1.65% soit une hausse de +340 % !!!

Alors, évidemment en tant qu'élu, je ne découvre pas cette hausse. Elle est le résultat du budget voté par la majorité et contre lequel je me suis élevé. Car à quoi vont bien pouvoir servir les 17€ supplémentaires que je vais devoir verser à la C2A cette année ? Vous avez deviné ? Eh oui, à commencer à mettre de l'argent de côté pour payer le caprice de MM. Rigaut et Accoyer, à savoir leur centre des congrès sur la presqu'île d'Albigny.

Alors ils vont vous expliquer (parce que je sais qu'ils lisent ce blog ;-) ) par voie de presse que : pas du tout ! C'est pour tout le reste des services de l'agglo. Eh bien je peux vous garantir qu'il n'en est rien puisqu'on racle, on rabote partout... sauf pour les délires à plusieurs centaines de millions d'euros de ces messieurs !

Et oui, tous ces débats peuvent parfois sembler un peu théoriques. Certains voudraient même les faire passer pour de la chamaillerie politicienne... Mais non, c'est bien réel ! Et c'est vous qui payez !!!

Il est bien loin le temps où M. Rigaut jurait que le centre des congrès n'aurait aucun impact sur les impôts... Et ce n'est que le début !

Heureusement certains élus, citoyens et associatifs se mobilisent pour arrêter les frais et orienter vos sous vers des actions et des projets mieux préparés, plus utiles et servant l'intérêt général.

samedi 3 septembre 2016

Capucins : plusieurs recours gracieux déposés

Comme je vous l'annonçais récemment, l'association "Les Amis du Domaine des Capucins" a déposé un recours gracieux contre le permis de construire 7 immeubles sur le terrain des capucins qui bétonnerait ainsi l'ensemble du parc. Ce recours gracieux a été adressé à M. le Maire autour du 20 août pour lui demander d'annuler ce permis et de tenir sa promesse de protéger le parc et de l'ouvrir au public. 
L'association a décidé de faire un recours gracieux et non pas directement contentieux (devant les tribunaux) pour offrir un dernier espace de dialogue avec M. le Maire. C'est une main tendue pour un retour à la discussion, évitant ainsi des procédures judiciaires coûteuses et souvent longues (le contentieux sur le projet des Trésums a duré 10 ans, bien que les plaignants aient à chaque fois été déboutés, ce qui ne sera pas notre cas).

Le Maire a 2 mois pour donner sa réponse. Nous l'attendons avec espoir d'être écoutés et entendus, et volonté de participer activement au devenir de cet espace précieux au cœur de notre ville.

Par ailleurs, j'apprends qu'en plus de ce recours gracieux, de façon indépendante, une soixantaine de riverains ont également déposé un recours gracieux dans le même objectif. Bravo à eux ! Cela démontre que le projet contenu dans le permis de construire n'a pas du tout le soutien d'une majorité de riverains, et au-delà d'Annéciens.

Nous ne sommes pas des empêcheurs de tourner en rond, mais nous sommes des Annéciens soucieux de l'avenir urbanistique de notre ville, du bien-être de ses habitants et du respect de la parole donnée. Nous voulons que M. le Maire ouvre enfin le dialogue sur l'avenir de ce lieu, avec tous les acteurs et notamment les riverains.

Nous sommes prêts à aller devant les tribunaux et nous le ferons si besoin car l'enjeu est trop important. Mais la voie du dialogue nous semble toujours la meilleure pour peu que chaque partie le souhaite vraiment. C'est notre volonté !

jeudi 1 septembre 2016

Les premières surprises de la fusion des communes

J'apprends dans le Dauphiné de mardi certains impacts que la fusion des communes d'Annecy, Annecy-le-Vieux, Cran-Gevrier, Meythet, Pringy, Seynod va avoir sur les prix du scolaire et du périscolaire.

Je remarque au passage que, bien que membre de la commission "Vie scolaire" de la ville, ces sujets n'ont jamais été abordés par les élus. Ah oui, c'est vrai j'oubliais, la fusion des communes était chasse-gardée des 6 maires... Silence... (C'est un peu comme un "secret défense" local, ça permet de décider dans le dos des citoyens)

Bref, que lit-on dans le journal ? La loi oblige (égalité du citoyen) toutes les anciennes communes à harmoniser leurs tarifs du scolaire (cantine principalement) et du périscolaire...

On nous a tant vanté les mérites de cette fusion qui allait être l'eldorado pour les Annéciens... Résultat ? Les tarifs du périscolaire vont augmenter. Certes ils étaient faibles à Annecy, mais cela était le résultat d'un choix politique et de combats menés durant des années, budget après budget, pour ce que nous considérions le bien des familles annéciennes. Tout cela est balayé,sans concertation ni discussion, avec l'ouragan de la fusion des communes. Et ce n'est que le début du tsunami qui va emporter tout ce qui a fait l'équilibre modéré et la politique sociale et familiale d'Annecy depuis des décennies.

On s'aligne non pas sur le mieux-disant (ce que tout le monde pensait et ce qu'on n'a cessé de nous dire pour vendre la fusion des communes) mais sur une espèce de moyenne basse. A ce jeu les Annéciens ont tout à perdre. Je l'avais dit avant le vote sur la fusion et on me riait au nez. Maintenant on voit la vérité ! D'ailleurs les Cran-Gevriens vont nous montrer la voie dès cette année puisque les tarifs du périscolaire vont tripler!

On attend de voir ce que cela va donner pour les tarifs de la cantine...

Alors certes une fusion de communes ne peut pas apporter que du positif. Je ne suis pas naïf. Mais puisque tout cela s'est négocié à 6, loin de la population et des élus, pour mieux détricoter les acquis arrachés de longue lutte par des générations d'élus, on peut craindre le pire. Dans quels domaines les Annéciens vont-ils être gagnants dans cette fusion ? Nul ne le sait puisqu'on n'était pas les bienvenus aux discussions.

Cette hausse des tarifs est une augmentation déguisée des impôts sous couvert de fusion de communes. Elle n'est pas acceptable. Elle va frapper de plein fouet les familles souvent modestes. Or, à Annecy, elle n'était pas nécessaire aux vues de nos excédents budgétaires. En attendant les hausse de la taxe d'habitation (qui elle aussi touche les modestes) de 10%  avec la suppression de l’abattement à la base...

Le beau discours sur la fusion heureuse (par analogie avec "la mondialisation heureuse") prônée par les 6 maires en prend un sacré coup. Qu'on nous explique enfin l’intérêt pour les Annéciens de cette fusion (maintenant que de toutes façons elle a été votée). J'ai bien dit pour les Annéciens, et pas pour le maire d'Annecy qui lui se voit déjà maire d'une très grosse commune... avec les indemnités qui vont avec.