mardi 31 mai 2016

Musées: unir Annecy et Chambéry

Au 1er janvier prochain, l'agglomération d'Annecy va s'élargir. Ce changement va s'accompagner d'un très malheureux retour en arrière. De nombreuses compétences jusque-là déléguées à l'agglo vont revenir aux communes : gestion des équipements sportifs et culturels mais aussi de la compétence petite-enfance sur certaines communautés de communes qui nous rejoignent.

Je regrette profondément ce contre-sens de l'histoire, ce choix fait par nos élus. Peut-on croire que Bonlieu, le Brise-Glace, le palais de l'Ile, le musée-chateau, la piscine-patinoire, les gymnases... ne sont pas d'un intérêt qui dépasse la seule ville d'Annecy ? Pourquoi ne pas avoir ouvert la discussion sur la compétence petite enfance dont je pense qu'il aurait été plus que judicieux de l'établir à un échelon plus large, plus cohérent ?

Le musée-château d'Annecy géré depuis plus d'une décennie par l'agglo va donc revenir à la commune.

Afficher l'image d'origine

Pour ma part, je pense que nous pouvons saisir cette opportunité de changement pour réfléchir à son avenir. 
Je milite depuis longtemps pour une véritable politique culturelle et patrimoniale de la Savoie. Notre culture, notre passé, nos spécificités ne sont pas suffisamment mises en avant, souvent méconnues et reléguées au rang de folklore (péjoratif). C'est une erreur pour un amoureux de notre territoire comme je le suis, mais aussi, plus pragmatiquement, dans un soucis de rayonnement culturel et touristique.

C'est pourquoi je crois utile de réfléchir à un rapprochement du musée-château d'Annecy avec le musée savoisien de Chambéry. Je suis convaincu qu'en matière de musée (d'ailleurs l'exemple du Louvre délocalisé à Metz nous le prouve) il faut atteindre une taille critique. En fusionnant à terme ces deux musées (et je crois que d'autres musées de pays à Thonon, Saint Jean de Maurienne, Chamonix, etc... pourraient à terme rejoindre le mouvement) nous pourrions créer un acteur majeur de la culture et du patrimoine de Savoie.

En regroupant ainsi les musées nous offririons d'abord une taille importante nécessaire aux négociations budgétaires avec les financeurs (et en particulier le ministère), donnant ainsi une assise financière plus importante pour enrichir les collections et dynamiser les événements. Nous enrichirions également les collections en les réunissant, et en les rapprochant des citoyens. Ainsi un annécien pourrait voir à Annecy des œuvres présentées à Chambéry et inversement. D'un point de vue de la communication, cela aurait évidemment un réel intérêt.

En redevenant un "simple" musée communal, le musée-château perdra de son prestige et de son dynamisme (déjà souvent critiqué en ce qui concerne son exposition permanente). En alliant ces deux structures nous créerions un instrument puissant, visible et intéressant (tout en rationalisant les coûts) de promotion de la culture savoyarde, de son histoire et de son patrimoine, ceux d'hier mais aussi ceux d'aujourd'hui et de demain (film d'animation, histoire industrielle, or blanc, alpinisme...). Nous donnerions des moyens financiers suffisant à un outil interdépartemental, au rayonnement décuplé.

Le futur retour du musée-chateau dans le giron communal n'est pas une fatalité. Je crois que nous devrions ouvrir ce débat, avec les conseils départementaux et l'assemblée des pays de Savoie. Notre Savoie mérite que son patrimoine soit mis en valeur dans un bel écrin, un musée savoisien délocalisé à Annecy et à Chambéry.

jeudi 26 mai 2016

Centre des congrès : question au gouvernement par C. Premat

Suite à la remise du rapport des commissaires enquêteurs (et son avis défavorable très argumenté) sur le projet de centre des congrès sur la presqu'ile, j'ai pris l'initiative de prévenir mes réseaux pour alerter des ministères sur la situation afin que toute décision prise localement soit bien le reflet d'une position gouvernementale éclairée et réfléchie (notamment quant au risque considérable que ce projet fait peser sur l'application de la loi littoral partout en France).

Je remercie Christophe Prémat, député des Français de l'étranger, natif d'Annecy, de s'être fait le relais de nos inquiétudes auprès du ministère de l'Ecologie. Lui qui habite maintenant en Suède, après avoir grandi aux bords du lac d'Annecy, peut voir chaque jour l'importance qu'il faut accorder à la protection des littoraux et au respect des paysages marins et lacustres.

Il a donc déposé ce mardi une question en ce sens, publiée au Journal Officiel(cliquez pour accéder à la question). En parallèle, d'autres actions sont bien évidemment menées et je remercie d'avance tous ceux qui sont mobilisés sur cette question.

Pour certains roitelets locaux qui ne supportent pas la contradiction, les convictions même défendues depuis plus de 6 ans et portées au grand jour à travers de nombreuses actions sont qualifiées de "diarrhée verbale" et de "donneurs de leçons". Je les inquiète ! Et bien j'en suis heureux car voyez-vous, je continuerai à dire ce que j'ai à dire et à faire ce que j'ai à faire pour l’intérêt général. Annecy n'est pas un duché dirigé par quelques autocrates mais bien un territoire où les lois de la République s'appliquent aussi.

Vous pouvez compter sur ma constance, mon dévouement et mon énergie (ainsi que ceux de Claire Lepan) pour mettre un pont final à ce projet de centre des congrès sur la presqu'île. Merci pour vos soutiens !

Voici le communiqué de presse rédigé par Christophe Prémat, Claire Lepan et moi-même. Je vous ferai connaitre la réponse apportée par le ministère.



mardi 24 mai 2016

Centre des congrès : cacher la réalité du désastre

Vous trouverez ci-joint le communiqué de presse envoyé suite aux propos de MM. Rigaut et Accoyer concernant les conclusions de l'enquête publique sur la construction d'un nouveau centre des congrès sur la presqu'île. "Quand le maitre désigne la lune, l'idiot regarde le doigt ": ne soyons pas ces idiots...

Afficher l'image d'origine

Denis Duperthuy, conseiller communautaire
Claire Lepan, conseillère communautaire

Annecy, le 21 mai 2016


Communiqué de presse
Réaction aux propos de MM. Rigaut et Accoyer sur le centre des congrès


Depuis plusieurs jours, MM. Rigaut et Accoyer (président et premier vice-président de l'agglomération d'Annecy) disent "analyser les conclusions" de l'enquête publique concernant le futur centre des congrès.

Voici donc la stratégie de communication qu'ils ont choisi de mettre en place : passer pour les élus compétents qui travaillent leur dossier.

Des conclusions sur la table depuis des années

Mais cela ne berne personne. Car, enfin, ces conclusions des enquêteurs ne tombent pas du ciel ! Cela fait des années que les opposants à ce projet (associations, citoyens, élus) portent ces arguments dans le débat public et souvent à la tribune du conseil d'agglomération. La C2A avait tout le temps nécessaire pour étudier nos arguments depuis bien longtemps. De plus, les commissaires enquêteurs ont eu un large temps de dialogue, après la fin de la phase d'enquête publique, avec la C2A pour poser toutes leurs questions. Ils y ont déjà répondu directement auprès des commissaires.

Or, ce sont les mêmes arguments (et pour cause, nous avons été plusieurs à publier dans le temps de l'enquête publique des "Argumentaires" qui ont souvent nourris les contributions des citoyens) qui sont aujourd'hui dans le rapport des enquêteurs. Est-ce à dire que la parole des opposants (population, associations, élus) a été méprisée depuis tant d'années ? Oui cela conforte notre analyse du mépris qui est celui des promoteurs de ce projet depuis le début. Comment dès lors continuer à donner un crédit quelconque aux déclarations passées de MM. Rigaut et Accoyer comme celles affirmant que le projet est "conforme à la loi littoral", s'ils n'ont jamais travaillé ces questions avant ?

Une phase de communication : passer pour des élus responsables

Par cette phase de communication, MM. Rigaut et Accoyer cherchent à gagner du temps pour affuter leurs arguments. Ils font aussi un coup de communication en faisant croire qu'ils travaillent, qu'ils sont responsables. En réalité, cela montre d'autant plus le mépris qu'ils ont eu depuis des années pour tous ceux qui tiraient la sonnette d'alarme et ont tout fait pour alerter (demandant ainsi un arrêt des frais financiers depuis bien longtemps pour sauvegarder le contribuable) de l'impasse de ce projet. 

Cela montre aussi l'absence de travail en amont et l'incompétence des porteurs de ce projet qui hier encore répondaient du tac-au-tac, dans un esprit politique partisan polémique, à leur adversaire les traitant avec le mépris qui leur est coutumier, et qui aujourd'hui se taisent sur les mêmes arguments ?

Oui, la communication de MM. Rigaut et Accoyer est perverse car elle cherche à cacher la réalité du désastre de ce dossier, mal travaillé et porté par des élus enfermés dans leurs certitudes depuis 6 ans.


Il aurait été préférable qu'ils analysent nos arguments depuis des années plutôt que d'attendre ce rapport de l'enquête publique. Cela aurait fait économiser énormément de temps et d'argent à la collectivité.

samedi 21 mai 2016

Centre des congrès : intervention au conseil communautaire

Jeudi soir, en conseil d'agglomération, j'ai pris la parole pour faire la déclaration suivante. J'associe bien évidemment à cette prise de parole ma collègue Claire Lepan (avec qui je l'ai rédigée), mais aussi tous ceux qui nous ont soutenu depuis des années dans ce combat.

SI vous préférez écouter plutôt que lire mon intervention, elle est également disponible à l'adresse suivante, en vidéo : http://www.magazine-annecy.com/component/k2/item/830-porteur-projet.html

"Chers collègues,

la décision de la commission d'enquête concernant le projet de centre des congrès sur la presqu'île d'Albigny est tombée. Ce projet n'est pas d'utilité publique. L'avis des commissaires enquêteurs, après analyse des contributions déposées par les citoyens et des réponses fournies par la C2A, est défavorable.

La commission d'enquête détaille en 17 points les raisons de cet avis défavorable. Ce véritable réquisitoire est à la fois croustillant et stimulant pour quelqu'un qui n'a jamais douté de l'inutilité publique de ce projet et le combat depuis plus de 6 ans ; mais il laisse tout autant sans voix, dans un état presque d'incrédulité totale tant il démontre la fragilité juridique, économique et environnementale de ce projet; et donc l'incompétence de ses promoteurs.

Citons ces points car ils valent vraiment le détour et je me contenterai des points de la synthèse mais j'invite chacun d'entre vous à aller lire le rapport exhaustif car il contient aussi, dans les mots et dans l'esprit, des perles qu'il ne faut pas rater.

Dans le rapport, il est écrit : "la plupart des études sont obsolètes ou citées de manière tronquée", "les perspectives de développement sont aléatoires", "l'argumentaire du maître d'ouvrage est grevé d'incomplétude", "les incertitudes concernant le développement du marché du tourisme d'affaires sont pour le moins peu encourageantes", "l'intégration dans le tissu urbain est extrêmement subjective" (ils n'ont pas dit juste "subjective", mais bien "extrêmement subjective"!), "les éléments financiers ne permettent pas de se faire une opinion raisonnable sur le cout prévisible du projet",  "le cout financier et humain des expropriations est élevé", "le cout du bâtiment est très élevé au regard de ses performances énergétiques", "les lourdes incertitudes qui pèsent sur le projet constituent un véritable risque pour les finances de la C2A", "les chiffres communiqués ne sont pas homogènes", "les éventuels surcoûts liés à l'emplacement du projet en bord de lac ne sont pas évoqués", l'"accessibilité de la ville d'Annecy présente de graves lacunes difficilement remédiables", "les préconisations de la loi littoral ne semblent pas respectées", "l'impact environnemental et paysager du projet est extrêmement prégnant".

Le réquisitoire est sans appel. Plusieurs spécialistes qui ont déjà eu à traiter d'enquêtes publiques m'ont assuré qu'ils n'avaient jamais lu un rapport si déterminé, si accablant et en même temps parfaitement argumenté. Il va d'ailleurs, en ce qui concerne la constructibilité en bord de lac, dans le sens de l'arrêt de la cour administrative d'appel de Lyon qui a rejeté en partie la révision du PLU d'Annecy-le-Vieux dans son jugement du 23 février dernier.

Dans l'avis des commissaires enquêteurs, deux points ont particulièrement retenu mon attention :

-d'abord, il est écrit : "la nécessité du projet n'est pas démontrée". On nous balade donc depuis 6 ans, on a dépensé des millions d'euros, mis à contribution des heures et des heures de temps d'agents de la collectivité, accordé des dizaines d'interviews... tout çà pour un projet qui n'est pas nécessaire ! C'est fort, une telle gabegie d'énergie et d'argent pour un projet qui n'est pas nécessaire ! J'aimerais que chacun s'interroge ici sur cette conclusion et fasse sa propre autocritique sur ses responsabilités soit d'avoir porté un tel projet inutile soit pour l'avoir tacitement soutenu. Avions-nous 6 ans à gaspiller ? N'avions-nous pas d'autres projets, eux nécessaires et d 'utilité publique à porter depuis 2010 ? Pourquoi vouloir porter avec tant de fougue un projet inutile si ce n'est pour des raisons d'égos, de gloriole personnelle, de rêve de grandeurs.

On peut tous avoir des ambitions pour notre agglomération et notre bassin de vie. Mais encore faut-il que ces ambitions reposent sur l'intérêt général et non sur des intérêts personnels. Encore faut-il que ces ambitions soient portées par des élus responsables, respectueux des deniers publics et compétents. Force est de constater qu'à l'agglomération après la gabegie de la candidatures des Jeux Olympiques qui nous a couté 28 millions d'euros en pure perte, le projet de centre des congrès suit exactement la même pente: celle de l'argent public gaspillé pourquoi ? Pour tisser des couronnes de lauriers à MM. Rigaut et Accoyer ? Et encore, nous avons, grâce là encore à une forte mobilisation échappé à l'aventure désastreuse de la construction d'un nouveau stade pour l'ETG à Seynod, autre idée farfelue défendue en son temps par notre président à cette tribune... Quand on voit où est et va l'ETG... quel manque de discernement !

-Le second point qui a particulièrement attiré mon attention concerne bien évidemment la concertation avec la population. Là encore la commission n'est pas tendre avec les méthodes utilisées par les porteurs du projet. Il est écrit : "La commission constate un grave déficit de concertation avec la population". Vous avez bien lu. Dans le corps du rapport, ce point est particulièrement bien détaillé : pétitions non remises, absences de réunions publiques sur le sujet, défaut d'informations, manipulation de l'opinion... tout y est ! Je dénonce ces agissements depuis des années. Mais c'est vrai qu'à force de côtoyer ce mode de gouvernance mis en place par notre président, on finit presque par s'habituer. Et ce mépris pour la population, s'il me reste insupportable, finit par devenir habituel. Mais pour des commissaires enquêteurs qui en ont vu d'autres, d'autres élus, d'autres manières de travailler, ce dédain vis-à-vis de la population est, à très juste titre, injustifiable.

Combien de fois ai-je demandé ici, à ce conseil, une concertation réelle et vraie avec la population ? Combien de quolibets ai-je reçu ? Mes demandes de réunions publiques : rejetées ! Mon vœu pour l'organisation d'un référendum : balayé ! Je n'ai eu de cesse avec les associations et les collectifs citoyens de réclamer cette concertation et ce débat véritable, sans relâche, sans rien lâcher de notre conviction qu'un tel projet parce qu'il touche à notre lac, à notre histoire et à l'âme d'Annecy ne pouvait se faire sans les habitants, contre les habitants.

Grâce aux près de 2000 observations déposées par les citoyens que je veux ce soir remercier et applaudir pour leurs contributions souvent très argumentées et justes (ce point est d'ailleurs relevé par la commission) car sans eux nous ne serions pas là ce soir à  chercher à en finir avec ce projet ; sans le travail courageux et efficace des associations et des collectifs citoyens qui, par tous les temps, même quand tout semblait perdu et que le désespoir gagnait parfois les esprits ont tenu bon fidèles à leurs convictions et à la certitude de la vérité de nos arguments; sans tous les acteurs de cette population, ce rapport n'aurait pas été celui qu'il est et le bon sens n'aurait pas triomphé comme il le fait à travers la plume des commissaires enquêteurs. Merci à tous ceux qui se sont battus et ont mobilisé cette population que vous méprisez, pour venir s'exprimer massivement. M. le Président, vous nous prédisiez une mobilisation faible, c'est tout le contraire qui s'est produit. Vous nous affirmiez avec forte conviction que la population soutenait votre projet, que les acteurs économiques étaient  prêts sabre au poing à montrer leur envie de ce centre des congrès... où sont vos soutiens parmi la population quand 11% des contributions (soit environ 150 personnes) seulement se déplacent pour soutenir votre projet. Et qu'en serait-il encore si on enlevait les contributions des collaborateurs municipaux ? MM. Rigaut et Accoyer, visiblement vos appels à la mobilisation en faveur de ce projet sont restés vains. Même l'office du tourisme  a joué de ses réseaux pour tenter un rebond de mobilisation: sans succès.

La vérité est que ce projet n'est pas soutenu par la population, pas plus qu'il l'est par les professionnels qui ont bien compris qu'il irait enrichir de nouveaux concurrents sur les bords du lac et n'apporterait pas le surplus d'activités qu'ils attendaient. Pour tous ces citoyens, pour le monde économique et touristique, ce projet n'est pas d'utilité publique. Il doit donc être abandonné sans délai.

Plus globalement, ce rapport met le doigt sur 3 caractéristiques du mode de gouvernance de notre agglomération, mode de gouvernance malheureusement soutenu par le silence trop assourdissant de beaucoup d'entre vous chers collègues:

- première caractéristique : le mépris pour la population (et au passage pour tous ses représentants, y compris ceux d'opposition qui ne pensent pas comme vous). Alors j'ai bien compris que votre vision de l'efficacité de la prise de décision politique sur ce sujet comme sur tant d'autres : fusions, projets, investissements, transports... passe par la mise à l'écart de la population et ses représentants légitimes qui sont vus non comme des partenaires avec qui débattre, mais comme des opposants avec qui combattre. Je ne cesserai de vomir cette oligarchie qui se croit tout permis parce qu'elle aurait reçu un jour l'onction populaire, je hais cette vision de la politique comme toute puissante. C'est elle qui alimente aujourd'hui ici comme ailleurs, la défiance et le rejet de nos concitoyens contre l'élite politique que vous incarnez si bien.

- deuxième caractéristique : vos égos MM. le président et le premier vice-président vous ont enfermé dans vos certitudes et vos rêves mégalomaniaques. La faiblesse de la mobilisation de vos soutiens et la force de la mobilisation de très nombreux citoyens montrent votre enfermement dans votre bulle, dans vos tours d'ivoire. Vous êtes totalement déconnectés des réalités de nos concitoyens. Vous êtes dans vos calculs politiciens et vous avez tourné le dos aux vrais gens, aux vrais défis qui sont pourtant nombreux et qu'il faut relever sur notre territoire pour l'avenir.

- enfin, troisième caractéristique : votre entêtement et la perversité de vos arguments. Je lis depuis la publication de ce rapport des choses hallucinantes qui sortent de vos bouches. "C'est un obstacle qu'il s'agit de contourner". La population est un obstacle qu'il s'agit de contourner ! Belle vision de la démocratie: le peuple n'est pas bon : changeons le peuple ! Je ne pensais pas pouvoir entendre cela de responsables politiques qui se prétendent démocrates et républicains. Depuis des jours, vous cherchez à construire des arguments avec l'aide de communicants pour inventer un nouveau discours qui tente d'effacer l'évidence, écrite noir sur blanc : ce projet n'est pas d'utilité publique ! Ce soir encore, j'imagine que vous allez nous jouer ce grand jeu : celui des contradictions que vous prétendez lire dans ce rapport, alors que les contradictions sont dans votre projet ; celui du prétendu parti-pris de la commission, alors que c'est vous qui êtes parti-pris ; celui de la nécessité économique de cet équipement à cet endroit; alors que le monde économique, par son silence vous a déjà répondu que ce projet ne l'intéressait pas.

Peut-on changer cette gouvernance faite de mépris de la population, d'incompétence sur le fond des dossiers, d'intérêts personnels et d'entêtement ? Je ne le crois plus. Pour cela il faudrait changer les hommes qui sont à la tête de cette agglomération ou bien il faudrait des conseillers communautaires plus courageux qui parfois, comme c'est leur rôle, rappellent à l'exécutif les limites qui sont celles de la démocratie, de la concertation, du respect pour l'argent public et de la réalité de la vie de nos concitoyens.

A présent, il est temps de tourner la page. Trop de temps a été perdu, trop d'argent a été gaspillé. Oui, le tourisme d'affaire est une chance pour Annecy. Oui c'est un secteur qui souffre. Personnellement je ne me satisfait pas, par exemple, des déficits observés chaque année par le centre des congrès de l'Impérial. Il faut donc soutenir ce secteur et trouver ensemble les bonnes solutions pour l'intérêt général, c'est-à-dire celui des professionnels du secteur et celui de la population en terme de protection du lac et de sauvegarde des deniers publics.

Cette question doit être totalement remise à plat. De nouvelles études, moins "obsolètes" et plus conformes à la réalité doivent être menées sans préjuger de leurs conclusions. Conduiront-elles à la préconisation de la construction d'un nouveau centre des congrès ? Peut-être mais il devra se faire ailleurs, pas sur les bords du lac. Conduiront-elles à améliorer le centre des congrès existant? Peut-être et cela à moindre cout et sans grand impact sur l'environnement.

Je vous tend de nouveau la main pour nous réunir autour d'une table car je continue de croire que le rôle d'un élu est de construire l'avenir, avec les habitants et les forces vives de ce territoire, sans dogmatisme mais avec quelques valeurs chevillées au corps. J'espère sincèrement que vous saurez saisir cette main tendue pour revenir à la table des discussions en abandonnant dès aujourd'hui votre projet qui n'est pas nécessaire et qui n'est pas d'utilité publique.

Permettez-moi de conclure en ayant une double pensée : d'abord une pensée pour les propriétaires résistants qui ont été à l'avant-garde de ceux qui ont refusé ce projet. Vous les avez souvent fait passer pour des personnes cupides seulement animées par leur intérêt financier personnel. Je sais, pour ma part, qu'elles ont résisté à des pressions parfois fortes, pour défendre un avenir et une vision pour le lac. Sans leur résistance, pas de nécessité d'expropriations et sans expropriations nul besoin de DUP. Merci à elles du fond du coeur.

Et une seconde pensée pour tous ceux qui avant nous se sont battus, souvent à contre-courant, pour défendre notre lac, sa pureté et son accessibilité à tous. Animés par des valeurs humanistes et d'une certaine manière écologistes, nos prédécesseurs ont commencé un travail qu'il nous faut poursuivre et conclure. Grâce à la mobilisation des citoyens qui sont autant d'amoureux du lac, notre lac voit aujourd'hui les pelles mécaniques reculer. Souvent attaqué, menacé notre lac peut compter sur ses amoureux pour se défendre du béton et de la privatisation. Je souhaite que les mauvais nuages qui ont pesé sur lui depuis 6 ans se dissipent, que le soleil revienne. Tant que Annecy sera Annecy et les Annéciens seront ce qu'ils sont, ils sauront se lever, se dresser pour défendre leur lac. Je suis optimiste: personne ne pourra porter atteinte au lac, notre joyau, impunément.

Je vous remercie."

Denis Duperthuy

jeudi 19 mai 2016

Conseil municipal Jeunes à Annecy, suite

Afficher l'image d'origine

Lors du conseil municipal du 16 novembre dernier, notre groupe "Avec vous, Annecy pour tous" avait déposé une motion demandant la création d'un conseil municipal des Jeunes à Annecy. Article à retrouver ici.

Dans notre idée, il s'agissait d'offrir un lieu de débat et de réflexion pour nos jeunes (d'âge du collège et lycée) vivant à Annecy. Ce projet portait un triple enjeu :
- démocratique : il s'agissait d'écouter notre jeunesse, lui donner la possibilité de s'exprimer et de faire des propositions
- civique : connaitre la vie citoyenne et y participer, pour faire vivre une certaine idée de la citoyenneté
- de vivre-ensemble : en "mélangeant" des jeunes d'origines diverses, scolarisés ou non dans des établissements annéciens.

On se souvient que cette motion avait été rejetée par la majorité. Mais, néanmoins, le maire avait offert la possibilité qu'un groupe de travail se réunisse autour de la première adjointe, Mme Brasier pour réfléchir au moyen de créer quelque chose pour donner la parole aux jeunes.

Depuis lors, avec des collègues de la majorité et des oppositions, je participe à ces réflexions. Le dernier groupe de travail a eu lieu ce mercredi. Nous avons abouti à la rédaction d'une délibération qui sera présentée et, je l'espère, votée au prochain conseil municipal du 27 juin.

Je tiens à saluer le travail, l'écoute et la qualité des débats qui ont eu lieu entre nous. Mme Brasier a, sur ce plan, joué un rôle très actif d'écoute et de respect de tous les élus, majoritaires comme minoritaires. Je veux saluer son esprit de conciliation et de débat.
Nous sommes donc arrivés à un dispositif qui, je le crois, fera l'unanimité parmi les élus. J'en suis personnellement très heureux.

Par respect pour le travail collectif mené dans un esprit de concorde et de consensus, je ne souhaite pas dévoiler le fond de ce dispositif. Il sera présenté en conseil municipal. Mais j'y retrouve beaucoup des points qui étaient contenus dans la motion que nous avions déposée en novembre dernier. Je ne peux que m'en réjouir.

Je remercie tous mes collègues pour ces bons moments de réflexion et d'échanges passés ensemble. Nous avons démontré que travailler ensemble est, bien évidemment, possible et souhaitable. Je salue l'esprit d'ouverture, sur ce point qui malheureusement reste l'exception, de notre maire qui démontre que notre groupe souhaite participer positivement aux réflexions (y compris en faisant des propositions) et que ce travail commun, loin d'être source d'inefficacité comme le pense certains, est au contraire source d'enrichissement et de solidité dans les projets présentés.

Rendez-vous le lundi 27 juin pour en savoir plus !

mardi 17 mai 2016

1ere édition du Festival "Transposition"



C'est l'histoire d'amoureuses du cinéma et de la tolérance, de ces femmes (bientôt rejointes par des hommes) qui ont envie que le monde devienne plus beau, plus ouvert, plus large d'esprit. Et qui un jour se disent : et si on faisait vraiment quelque chose, du vrai, du réel... mais aussi du beau et du sensible.

L'histoire du Festival Transposition est une histoire de cœur, celle d'une équipe qui a tout fait (même du crowdfunding) pour mener à bien son projet. C'est l'histoire d'une équipe qui veut casser les préjugés, ouvrir le débat et montrer des beaux films pour changer le regard de la société sur la différence, sur les différences.

C'est assez naturellement qu'Annecy a très vite été vu comme le lieu idéal : parce qu'ils y vivent, et parce qu'avec son Histoire d'amour avec le cinéma (d'animation, de freestyle, espagnol, italien...) et son rôle de préfecture, phare du département sur les questions d'ouverture vers l'homosexualité; Annecy devait relever le défi.

Appuyé, soutenu et finalement "poussé" par des salles locales, l'Auditorium, la Turbine et la MJC de Novel, le rêve d'un petit festival est déjà devenu grand : 11 jours de festivités, 51 films projetés, des dizaines de rencontres et de débats...

Oui le Festival "Transposition" est un petit nouveau à Annecy, sans prétention, sinon celle du coeur et de la bonne humeur.

Cette première édition s'annonce grandiose, joyeuse et belle. Elle commence ce soir. Elle s'adresse à tous, pourvu que vous ayez l'esprit disponible pour accueillir l'autre, l'Etrange étranger.

La belle histoire commence ce soir et nul doute que ce "petit" festival déjà si riche et si "professionnel" deviendra rapidement grand, très grand...

Longue vie à "Transposition" et merci à ses organisateurs et soutiens.

www.festivaltransposition.com

jeudi 12 mai 2016

Fusion des communes : le projet des élus majoritaires et la charte de gouvernance

Afficher l'image d'origine

Depuis des mois les élus majoritaires travaillent dans le plus grand secret pour élaborer entre eux un projet devant servir de base à la Commune Nouvelle.
Celui-ci a été distribué aux élus d'Annecy après le conseil municipal de lundi au cours d'un nouveau conseil privé (fermé aux citoyens et à la presse) que Claire, Evelyne et moi avons boycotté.

En effet, nous considérons que ces conseils privés sont :
- des simulacres de lieux de débats, puisqu'on nous écoute poliment mais rien n'est jamais repris.
- un non-sens démocratique. Pourquoi ne pas débattre au grand jour de ces questions ? Qu'a-t-on à cacher ?

Le projet politique de la commune nouvelle m'est néanmoins parvenu. Je vous laisse le consulter ICI.

Mon sentiment : un fourre-tout très vague pour ne froisser personne, qui fait la part belle au "maintien", la "poursuite", au "soutien" des politiques déjà engagées par chacune des communes. J'ai un sentiment d'assemblage, d'agrégation mais pas tellement de fusion.

Il s'en suit un projet de charte de gouvernance que vous pouvez retrouver ICI.

Une fois passé le blabla du début, on tombe sur l'article 1 qui pose peu de problème. En gros on garde ce qui existe même si on peut légitimement s'interroger sur les économies que cela va engendrer au niveau des élus puisque tous les maires-adjoints restent en place (ils deviennent maires-adjoints des communes déléguées). Quelle nécessite de garder un adjoint aux finances, un à la culture, à l'urbanisme dans chaque commune déléguée alors que c'est la commune Nouvelle qui décidera ?  Ah oui, c'est vrai distribuer des indemnités et "acheter" ainsi quelques récalcitrants.

On apprend aussi que JL Rigaut se verrait bien cumuler le mandat de maire délégué d'Annecy (commune déléguée, puisque les maires actuels deviennent de fait maires-délégués) avec celui de maire de la Commune Nouvelle et pourquoi pas président de l'agglo...

Dans l'article 2, en gros on garde tout ce qui existe. Les services, les locaux... tout est conservé alors qu'on nous promet des économies d'échelle... Un point intéressant et sur lequel il faudra être vigilant c'est la création de conseils de quartiers (obligatoires d'après la loi, donc ce n'est pas, je vous rassure, un élan de démocratie participative de la part de nos édiles). Il faudra bien réfléchir aux périmètres et aux compétences de ces instances.

Article 4: On apprend que la politique des investissements est confisquée par le maire et les maires-délégués (les 6 mousquetaires !) dans ce qu'ils nomment pompeusement une "conférence de programmation des équipements".

Dans la partie Fiscalité, on apprend que l'abattement général à la base passe pour les Annéciens de 10% (actuellement) à 0% au 1er janvier. Dit autrement la taxe d'habitation des Annéciens va augmenter de 10% dès le 1er Janvier !!! Merci pour le cadeau alors que l'on laisse aux communes à fiscalité plus faible 12 ans pour s'aligner... Eux ils ont le temps, nous on va payer tout de suite !

Enfin à l'article 6, sans aucune valeur juridique et démocratique, les élus actuels s'engagent pour ceux du mandat suivant ! C'est fort ! J'ai toujours dit mon opposition au maintien des communes déléguées après 2020 et je n'ai pas changé d'avis. Cet article doit donc être supprimé.

Ces textes forment le canevas de notre avenir. Ils sont très importants. Même s'ils ont été étudiés en dehors de toute validité démocratique, sans la populations, sans les associations, sans les élus minoritaires, ils s'adressent à vous, à votre quotidien futur.

Merci de les lire et de m'en faire vos retours. Je ferai remonter vos impressions (anonymées) aux intéressés. Le vote définitif aura lieu le 20 juin : un petit mois pour en discuter et essayer d'en débattre !

dimanche 8 mai 2016

Centre des congrès : l'incompétence au pouvoir

Afficher l'image d'origine

Revenons un peu sur le rapport et les conclusions de la commission d'enquête concernant le projet de centre des congrès sur la presqu'ile d'Albigny.

Il est temps à présent de rentrer dans le dossier lui-même. Il est effrayant tant il pointe du doigt l'amateurisme, les dysfonctionnements, et pour tout dire (car il faut appeler un chat, un chat) la nullité du projet porté par la C2A.

Evidemment, cela n'est pas une surprise pour moi qui me bat depuis Octobre 2010 contre ce projet sur tous ces éléments de fond (et pas dans une posture politicienne qui est celle des promoteurs de ce projet). Mais l'ampleur de l'incompétence des porteurs de ce dossier est ici clairement mise à jour. Ce n'est pas un "peut mieux faire", c'est un "n'a pas le niveau". Certes, on peut toujours avoir de l'ambition pour sa ville ou son agglomération. Il n'y a rien de fâcheux là dedans, bien au contraire. Mais encore faut-il avoir les compétences pour mener à bien cette ambition. Or, après les 30 millions d'euros d'argent public dépensés en pure perte (où sont les retombées promises ???) pour la candidature des Jeux Olympiques 2018, le dossier du centre des congrès aujourd'hui si sévèrement jugé par l'enquête publique et par la population a lui aussi apporté son lot d'argent public dilapidé en pure perte. 

M. Rigaut a-t-il les yeux plus gros que le ventre ? Est-il atteint de ce syndrome de la folie des grandeurs qui lui font oublier toute maîtrise de soi, tout bon sens ? Une chose est sûre: M. Rigaut rêve beaucoup... avec l'argent des autres, mais il n'a visiblement pas les compétences pour mener à bien ses rêves de grandeur.

Quelques extraits des conclusions du rapport d'enquête publique:

Pour commencer la plus invraisemblable et la plus problématique : "La nécessité du projet n'est pas démontrée" !!!!! Depuis 5 ans et demi on nous balade avec un projet dont la commission d'enquête dit : que sa nécessité n'est pas démontrée !! Je vous laisse méditer sur cette phrase tellement vraie et tellement forte.

Poursuivons sur l'amateurisme : "la plupart des études sont obsolètes ou citées de manière tronquée", "les perspectives de développement sont aléatoires", "l'argumentaire du maître d'ouvrage est grevé d'incomplétude", "les incertitudes concernant le développement du marché du tourisme d'affaires sont pour le moins peu encourageantes", "l'intégration dans le tissu urbain est extrêmement subjective" (ils n'ont pas dit juste "subjective", mais bien "extrêmement subjective"!), "les éléments financiers ne permettent pas de se faire une opinion raisonnable sur le cout prévisible du projet",  "le cout financier et humain des expropriations est élevé", "le cout du batiment est très élevé au regard de ses performances énergétiques", "les lourdes incertitudes qui pèsent sur le projet constituent un véritable risque pour les finances de la C2A", "les chiffres communiqués ne sont pas homogènes", "les éventuels surcoûts liés à l'emplacement du projet en bord de lac ne sont pas évoqués", l'"accessibilité de la ville d'Annecy présente de graves lacunes difficilement remédiables", "les préconisations de la loi littoral ne semblent pas respectées", "l'impact environnemental et paysager du projet est extrêmement prégnant".

Oui vous avez bien lu ! Et la commission d'enquête finit (en réalité elle commence même, ce qui est un signe fort) sur le manque de concertation avec la population : "La commission constate un grave déficit de concertation avec la population sur ce sujet".

Tout est dit. MM. Rigaut et Accoyer ont pondu un dossier pourri. Ca on le savait déjà. Mais c'est mieux quand c'est une commission d'enquête qui le dit car quand c'est Denis Duperthuy, ils ricanent. Ce qui est effarant c'est l'enfermement de ces deux personnages dans leur délire. Incapables d'écouter avec respect (moi je me souviens du mépris et des élus faisant le brouhaha pendant mes interventions à l'agglo, ou bien encore des interviews de M. Rigaut à des journaux disant que les opposants s'opposent c'est bien normal ils n'ont que çà à faire, mais que le dossier ira au bout et sera même fini pour 2020 !) pétris de leurs certitudes, isolés dans leurs tours d'ivoire, entourés de courtisans et de lèche-bottes qui forment leurs cours et qui les flattent, ces deux-là viennent une fois de plus de ridiculiser Annecy.

Ce dossier doit être abandonné immédiatement. Il faut arrêter les frais. Cette claque que viennent de prendre MM. Accoyer et Rigaut (mais je pense aussi à tous les élus qui ont suivi avec consentement et bienveillance depuis des années) doit les ramener sur terre. Sinon je prédis un recours au Tribunal administratif contre la DUP gagnant (car je vois mal comment une commission d'enquête dont les membres sont nommés par ce même tribunal, ne l'a pas consulté, notamment sur les aspects de la loi littoral, avant de rendre son rapport).

Et maintenant ?

1) D'abord arrêter les frais ! Vite.

2) Puis demander des comptes car ces élus qui dépensent l'argent public sans vergogne pour des projets bâclés doivent répondre de leur gestion auprès des citoyens. Si certains semblent déjà appeler à la mansuétude et au pardon, ce ne sera pas mon cas. Et ceci pour une raison bien simple : depuis des années j'alerte sur la nullité de ce projet. Je dis qu'il faut arrêter les frais car il n'est pas solide juridiquement, financièrement et environnementalement.

J'ai suffisamment alerté et mis en garde. J'ai offert des portes de sortie (comme le fait de saisir le tribunal en amont sur les notions de constructibilité). Ces élus doivent payer l'addition de leur arrogance et de leur incompétence. C'est quand même nos impôts qu'il dilapident sans scrupule. Faudrait-il leur pardonner ? Leur dire : "Oh ce n'est pas grave. Quelques millions ce n'est rien". Ne comptez pas sur moi. Car moi, je ne mélange pas tout : chaque dossier est indépendant et ce n'est parce que demain nous formerons une commune nouvelle qu'il faut absoudre toutes les fautes du passé. Et puis ne nous trompons pas de cible. Ceux qui ont porté ce dossier ce sont les politiques (MM. Accoyer et Rigaut) pas le Préfet (qui certes le soutient de façon incompréhensible mais n'en est pas l'instigateur). Je n'ai pas peur de me fâcher avec ces deux incompétents (c'est d'ailleurs déjà fait depuis longtemps), je n'ai pas à jouer les grands seigneurs du pardon, car je n'ai rien à négocier avec eux, ni place ni pouvoir. Leur incompétence mérite simplement leur départ et leur remplacement, pas leur absolution.

3) Et puis, une fois ce dossier soldé et les comptes payés, il faudra enfin se remettre au travail. Car oui, le tourisme d'affaire a des besoins. Nos professionnels, commerçants et hôteliers ont besoin que les collectivités se penchent sur leurs difficultés qui sont réelles. Remettons-nous autour d'une table pour discuter des VRAIES demandes, des VRAIS besoins du secteur. Des solutions existent (je les ai déjà largement portées) concernant d'autres lieux, d'autres aménagements... Il faut les travailler avec sérieux.

Trop de temps a été perdu par l'aveuglement de nos élus qui souhaitaient d'abord assouvir leurs égos avant de répondre aux besoins du tourisme d'affaire. 7 années pour rien ! Il faut savoir reprendre le chemin du dialogue et de la concertation pour trouver ensemble les solutions à l'amélioration du tourisme d'affaire qui est et reste une activité à accompagner, à soutenir et à promouvoir.

vendredi 6 mai 2016

Fusion de communes et autres informations : Grande interview au "Faucigny"

Vous trouverez ci-jointe l'interview parue le jeudi 28 avril dans le journal hebdomadaire "Le Faucigny".

Je la retranscris ici (après la fin de sa mise en vente en kiosques).

L'interview retrace à la fois ma pensée mais aussi (et c'est souvent difficile) mon état d'esprit sur la question de cette fusion des communes.

Et n'oubliez pas : le meilleur moyen de continuer à avoir des analyses indépendantes, c'est d'acheter la presse.


mardi 3 mai 2016

Centre des congrès : une immense joie

Résultat de recherche d'images pour "champagne"

Le rapport de la commission d'enquête publique vient d'être publié sur le site de la préfecture : http://www.haute-savoie.gouv.fr/content/download/20297/124155/file/conclusions%20motivees.pdf

Il est écrit : "La commission d'enquête considère que ce projet ne revêt pas un caractère d'utilité publique [...] Par conséquent elle émet un avis défavorable à la demande d'Utilité Publique formulée par la Communauté d'Agglomération"

C'est une joie immense ! Un bonheur total !

Je n'ai pas encore pris le temps d'éplucher les motifs de ce rejet mais je suis tellement heureux de vous faire partager cette information!

Certes l'avis de la commission d'enquête n'est que consultatif mais il pèse lourd, très lourd. Au Préfet à présent de prendre ses responsabilités.

Des millions de mercis à tous pour votre mobilisation. Vous avez été formidables.

Cet avis, il est là grâce à vous !

Champagne !

"On ne bâtit pas des parcs centenaires, c'est un héritage à transmettre" Dr Servettaz

Le collectif "Citoyens et Contribuables" fait un travail extraordinaire d'analyse et d'argumentation contre le projet de centre des congrès sur la Presqu'île d'Albigny. Sur leur blog : http://centrecongres-albigny.over-blog.com/ vous trouverez une mine d'informations toujours très pertinentes et des analyses précises et rigoureuses.

Je suis, pour ma part, très heureux de notre travail commun, régulier et enrichissant, contre ce projet de bétonisation des rives du lac qui, s'il allait au bout, constituerait à la fois un gouffre financier et une profanation de la loi littoral.

Le dernier article publié par le collectif (intitulé "Merci à eux") fait rejaillir de 1974 une interview du Dr Servettaz (alors maire-adjoint de Charles Bosson) réalisée par le Dauphiné. Je dois dire que je ne résiste pas à l'envie de vous la partager car c'est vraiment une archive qui mérite d'être connue, lue et partagée. Je crois qu'elle offre, d'une certaine manière, un parrainage très symbolique et oh combien prestigieux à notre combat actuel pour sauver ce site. Elle rappelle aussi que sans vision politique, sans valeurs humanistes, sans sens du bien commun; les élus se laissent attirer par la sirènes de l'argent, du prestige et des égos.

Le commentaire fait par le collectif "Citoyens et contribuables" parle de lui-même et ne mérite aucune correction.

J'ai en plus envie de relever la dernière partie de cette interview :
Bien sûr, le Dr Servettaz parle de la presqu'île. Mais je crois que cette merveilleuse phrase : "On ne bâtit pas des parcs centenaires, c'est un héritage à transmettre... ils sont ou ne sont pas, nous avons la chance d'en avoir un exceptionnel" si elle colle évidemment à merveille pour la presqu'île pourrait tout aussi bien s'appliquer au parc des Capucins. 

Aux capucins : "Qui bénéficierait de telles opérations de constructions? Quelques-uns." (Dr Servettaz)

"Et de la conservation d'un tel espace tel qu'il est? Toute la population et tous nos visiteurs." (Dr Servettaz.

Je n'ai rien à ajouter. Inspirés par ce bon sens et cette Histoire que nous sommes chargés de poursuivre pour continuer à faire vivre les valeurs d’Annecy, nous allons nous battre comme d'autres avant nous se sont battus. C'est tout de même comique (ou tragique) que ce soit ceux qui ont été élus sur une liste appelée "Portons haut les valeurs d’Annecy" qui aujourd'hui les mettent tant à mal.

Pour ma part, les valeurs d'Annecy ne sont pas un slogan. Elles sont mon combat et ma vision pour demain.

dimanche 1 mai 2016

Résultats de la votation

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse de l'association "Annecy citoyenne" suite à la votation organisée hier sur le projet de fusion des communes.

Mes impressions personelles:
-déception et amertume en ce qui concerne la participation
-remerciements très chaleureux aux bénévoles de l'association qui ont pris une demi journée de leur vie familiale pour venir faire vivre la démocratie  (et certaines valeurs) et en particulier sa présidente, Claire Lepan, dont le dévouement et l'énergie sont sans comparaison possible. Un très grand merci à  ceux qui se sont déplacés et ont ainsi marqué leur attachement à la démocratie.
-fierté : celle de faire vivre, de jour et debout, mes valeurs et mes convictions. Nous avons porté nos principes dans cette action. Nous avons fait ce que nous avions à  faire.

A présent,  je demande aux râleurs et aux donneurs de leçons, tous ceux qui râlent mais qui ne font jamais rien, d'aller se plaindre à d'autres (ou de passer leur nuits debout, entre autres, sans moi).

Votre élu dévoué.

Communiqué de presse d'Annecy citoyenne :

83 personnes ont affronté la pluie entre 14h et 17h pour venir déposer leur bulletin dans l’urne (64% d’entre elles sont venues d’une autre commune qu’Annecy, lieu du vote).

En réponse à la question : « Etes-vous POUR ou CONTRE le projet de fusion des 6 communes au 1er janvier 2017 ? » :
75,9% des personnes se sont positionnées CONTRE,
21,7% POUR
et 4,4% se sont abstenues.

Que peut-on dire de ce résultat ?

La participation est bien trop faible pour qu’il ait une quelconque valeur représentative de l’avis des habitant(e)s concerné (e)s.
Néanmoins, les échanges entre les votant(e)s et les élu(e)s municipaux Denis Duperthuy, Evelyne Marteau, Claire Lepan ont révélé un réel besoin d’information et de débat mais aussi de temps. L’urgence dans laquelle est mené le projet a fait l’objet de nombreuses remarques et interrogations. Ce résultat devrait plus globalement interroger tous les élus sur l'implication des habitant(e)s dans ce projet. Ce qui semble avoir déjà malheureusement gagné , c'est l'ignorance des citoyen(ne)s sur ce sujet et ses enjeux.

L’association Annecy citoyenne remercie toutes les personnes qui ont participé ainsi que ses bénévoles qui ont tenu les bureaux de vote.