samedi 17 octobre 2015

Bilan avant les vacances

Ce blog va rentrer en sommeil pour 15 jours. Je pars en vacances dans le grand Nord suédois retrouver mes 3 amours de neveux. (Ne vous inquiétez pas, en cas de nouvelles importantes, je pense notamment au lancement de la DUP du centre des congrès, Claire Lepan et Evelyne Marteau prennent bien sûr le relais. Nous avons tout préparé pour être prêts. Je pars donc serein, en leur faisant entièrement confiance. C'est si bon de pouvoir compter sur des collègues avec lesquelles nous partageons une même conception de la politique, nous avons les mêmes idées).

Afficher l'image d'origine

Avant de prendre ce repos, je voulais en profiter pour vous remercier, vous mes lecteurs, et tous ceux qui me suivent. Vous savez que j'ai passé un début d'année pas forcément facile avec les attaques que j'ai subies du PS qui ont conduit à mon départ. Il a fallu tenir bon alors que beaucoup (des anciens amis comme des adversaires) voulaient en profiter pour m'achever (le terme a été utilisé). Ce fût une des périodes les plus violentes de ma vie politique.
La période de perturbation est maintenant dans le rétroviseur. J'y ai gagné ma liberté et, je le crois, votre reconnaissance. Comment est-ce que je le sais ? Par votre présence nombreuse à nos réunions publiques (75 personnes au printemps, près de 40 à la salle Aussédat, et encore des dizaines hier aux Capucins) quand avant, estampillé "PS", on ne dépassait que rarement les 20...

Et puis il y a ce classement dans les vidéos les plus "populaires" de 8 Mont Blanc (http://replay.8montblanc.fr/topvideos.php) où je figure depuis un an (avec plus de 6300 vues pour mon passage dans l'émission d'Alexis-Olivier "Expression") dans le top 10 (seul politique présent ! Comme quoi on peut être politique et populaire). Ou bien encore mes 500 "followers" sur twitter...

Je le mesure enfin à la fréquentation de ce blog et au nombre de "bonjours" et d'échanges, parfois de quelques mots, que je peux avoir dans les rues de notre belle ville.

Certains trouveront là un peu de narcissisme. Il faut bien avouer que ces réalités réchauffent le cœur. Mais ces marques d’intérêt m'ont permis de rebondir, plus haut que jamais, pour continuer à porter une voix libre et indépendante. Je tire de cette année l'enseignement suivant : le monde des partis politiques est tout petit, très fermé, rabougri, recroquevillé sur lui-même. Il faut suivre le chef ou être viré. Moi j'ai choisi de partir, de sortir des partis qui ne voient plus la réalité des gens et la réalité des choses. Cette liberté je l'ai aussi gagnée grâce à vous. Oh, je sais que les choses ne sont jamais acquises et que les rancœurs de certains sont tenaces. Cela ne me fait plus peur. J'ai décidé de tracer une autre route, avec des gens de valeurs, des amis et des nouveaux, qui mettent l’intérêt de leur ville bien avant leur carrière personnelle. 

Ma seule ambition : faire réussir Annecy. Ma seule méthode : le travail, toujours du travail encore du travail. Mon lieu de prédilection: le terrain, au plus proche de vous.

Et pour vous en convaincre, vous trouverez ci-dessous le bilan de nos 18 premiers mois (avec les points principaux car nous sommes intervenus sur beaucoup d'autres points, notamment en commissions) de présence au conseil municipal et au conseil d'agglomération. Ce travail, il est celui d'une équipe et je sais que je ne remercierai jamais assez Claire et Evelyne pour leur dynamisme, leur énergie, leur sens du dévouement au bien commun, leur abnégation (il faut voir le temps qu'elles passent à leurs mandats !). A bientôt, dans 15 jours !





jeudi 15 octobre 2015

Centre des congrès : il en faut peu pour être heureux

J'ai oublié de vous parler d'un point qui figurait à l'ordre du jour du dernier conseil d'agglomération. Il portait sur la conclusion d'un avenant de la délégation de service public accordée par l'agglo à l'Impérial prolongeant l'exploitation de l'actuel centre des congrès.


Je vous en parle parce que cette décision montre l'aveuglement des promoteurs de ce projet qui ne sont même plus conscients du mal qu'ils font au tourisme d'affaire en s'obstinant à vouloir construire le nouveau centre des congrès sur la presqu'île d'Albigny. Par l'opposition qu'il suscite, le choix de ce lieu est contre-productif et amène plus de difficultés que d'avantages. 

Pourtant ce n'est pas faute de les avoir prévenus... Ils prennent ainsi la responsabilité pleine et entière du fiasco qui s'annonce.

Alors parfois certains me demandent encore si les recours, les manifs, les prises de parole sont bien utiles... si tout n'est pas déjà joué d'avance. Et bien non ! Cette délibération nous apporte la preuve que notre opposition collective porte ses fruits. Le nouveau centre des congrès devait ouvrir en 2015... Raté ! L'agglo prolonge donc jusqu'à fin 2018... et le dossier de DUP parle même d'octobre 2019... à croire qu'eux-mêmes ne sont plus très sûrs de savoir si ce bloc de béton en bord de lac ouvrira bien un jour...

Enfin pour l'instant ce sont déjà, à coups sûrs, 3 ans de gagnés ! Trois ans, peut-être 4, et j'en suis certain des dizaines d'autres car ce projet ne se fera pas à cet endroit. Il faut continuer à se mobiliser car çà paie.

Voilà à quoi sert notre travail, nos recours depuis 5 ans. Quand certains nous raillent, moi je savoure. Je savoure de voir que, à quelques milliers, nous sommes capables de faire reculer ce qui semblait inévitable. C'est dans ces moments que je sais que nous sommes utiles aux Annéciens !

mardi 13 octobre 2015

Allobroges vaillants, accordez-moi toujours asile et sûreté

Hier en rentrant de ma journée, j'ai feuilleté le bulletin municipal arrivé dans ma boite aux lettres.



Je dois dire que j'ai été effaré par la tribune publiée par le FN sur l'accueil des réfugiés syriens et irakiens. Cette tribune est une abomination et un scandale. Elle mélange tous les amalgames, toutes les peurs. A la lire, on comprend que ces réfugiés, qui je le rappelle fuient la guerre entre d'un côté Daesh et de l'autre les forces de Bachar El Assad (qui a gazé des villages entiers), sont potentiellement des terroristes ("garantir l’honnêteté des intentions des nouveaux arrivants").

Le lien est aussi fait entre immigration et insécurité.

Le lien est clairement établi entre immigration et chômage.

Toutes ces affirmations sont évidemment des imbécilités démenties par toutes les études. Il n'y a pas de lien entre immigration et insécurité, pas plus qu'il n'y a de lien entre immigration et chômage. Ce sont des vues de l'esprit. Pourtant à force d'être répétés, voire entretenus, ces mensonges finissent par faire leur chemin dans les têtes. C'est si facile de faire ainsi des immigrés (fuyant la guerre) des boucs-émissaires de tout.

Je regrette profondément que les partis de gouvernement, particulièrement de gauche et au premier chef le PS, aient baissé les bras sur ce combat laissant ainsi le champ libre au règne de l'émotion, des fausses évidences, plutôt qu'à celui de la raison et de la vérité.

Par ces frasques grotesques et malsaines, le FN essaie de faire oublier son absence de travail et de participation à la vie municipale. Jamais présent en commissions, rarement audible en conseil, le FN a trouvé son créneau : faire croire aux Annéciens qu'il travaille en éditant des outrances dans le bulletin municipal. Je trouve cela pathétique et clairement "petit bras". L'immigration est-elle le sujet principal d'interrogation des Annéciens ? Est-elle leur difficulté première ? Non bien sûr que non. Et pourtant par ces billets le FN local cherche à occuper l'espace médiatique.

Et cela marche puisque le groupe majoritaire lui répond (et que je le fais également sur ce blog). Pour notre part, nous ne pouvions pas répondre directement dans le bulletin puisque nous n'avons pas accès aux tribunes des autres groupes avant leur parution (contrairement à la majorité). Et quand bien même nous l'aurions pu, nous aurions néanmoins publié notre tribune sur le logement car, avec les discussions actuellement en cours, c'est l'avenir des prix de l'immobilier, c'est la possibilité pour nos enfants de se loger ici, chez nous, qui se discute.

Il me semble que c'est là un sujet bien plus important que celui d'accueillir deux ou trois familles fuyant la guerre et l'horreur sur une agglomération de 150 000 habitants. Familles à qui, et c'est bien pratique, les mêmes feront porter l'accusation qu'ils sont responsables du manque de logements pour nos enfants... Et ainsi la boucle est bouclée.

Au-delà du fond qui est à vomir tant c'est absurde, mais tant cela blesse des familles qui ont déjà tout perdu; c'est cette manière de faire de la politique en faisant le buzz qui m'effare. Un parti qui se sert de ses élus locaux pour parler non pas des vrais problèmes des Annéciens mais pour faire la campagne régionale de Mme Le Pen. Comment 17.61% des Annéciens ont-ils pu voter pour ces idées-là  et se laissent encore duper par cette politique spectacle ? J'avoue ne plus très bien comprendre...

Une chose est certaine, si Le Pen père a été mis sur la touche par sa fille pour faire croire que le FN avait changé, les militants et les élus de base eux n'ont pas changé, ils sont toujours aussi xénophobes.

Je ne sais si ces loustics sont de bons petits Français, bien blancs, comme ils le déclarent. Mais je suis certain d'une chose, ils sont de très mauvais Savoyards. Leur idéologie est une insulte à notre histoire.

Les Allobroges (Hymne de la Savoie)

Je te salue, ô terre hospitalière,
Où le malheur trouva protection !
D’un peuple libre, arborant la bannière,
Je viens fêter la constitution.
Proscrite hélas, j’ai dû quitter la France,
Pour m’abriter sous un climat plus doux.
Mais au foyer, j’ai laissé l’espérance,
En attendant (bis), je m’arrête chez vous !

Refrain :
Allobroges vaillants, dans vos vertes campagnes,
Accordez-moi toujours asile et sûreté,
Car j’aime à respirer l’air pur de vos montagnes :
Je suis la liberté, la liberté !

Au cri d’appel des peuples en alarme,
J’ai répondu par un cri de réveil :
Sourds à ma voix, ces esclaves sans armes
Restèrent tous dans un profond sommeil,
Relève-toi, ma Pologne héroïque,
Car, pour t’aider, je m’avance à grands pas !
Secoue enfin ton sommeil léthargique,
Et je le veux (bis), tu ne périras pas !

Un mot d’espoir aux peuples d’Italie :
Courage à vous, Lombards, je reviendrai !
Un mot d’amour au peuple de Hongrie :
Forte avec vous, oui je triompherai !
En attendant le jour de délivrance,
Priant les dieux d’apaiser leur courroux,
Pour faire luire un rayon d’espérance,
Bons Savoisiens (bis), je resterai chez vous !

Fils du Piémont et de la Ligurie,
Honneur à vous, intrépides guerriers !
En revenant saluer la patrie,
Sur son autel, déposez vos lauriers.
N’oubliez pas cette heure où la victoire
Vous conduisit sous des cieux inconnus.
Mais en ce jour, caressés par la gloire,
Avec la paix (bis), soyez les bienvenus !

Chez les humains, toujours je fais ma ronde :
Mon but unique est de tous les unir.
J’espère bien faire le tour du monde.
Et triompher dans un proche avenir ;
Je veux raser ces murailles altières,
Qui des tyrans abritent les courroux ;
Je veux bientôt voir tomber les frontières :
La terre doit (bis) être libre pour tous.

dimanche 11 octobre 2015

Un film émouvant pour lutter contre l'homophobie

Un ami m'a fait passer ce film sorti il y a un peu plus d'un an. Je ne résiste pas au plaisir de vous le faire partager.

L'émotion que l'on ressent vient de la justesse du traitement de ce sujet, sans revendications ni slogans, il nous parle d'une réalité à laquelle sont souvent confrontés les homosexuel(le)s : le temps de la découverte, puis celui des doutes, et enfin le coming-out plus ou moins voulu, plus ou moins accepté.

La force de ce film c'est qu'il est vrai et sincère. Je ne connais pas les réalisateurs (Raphael Gessier et Sully Ledermann) mais je veux leur dire toute mon admiration et mes remerciements. Le sujet qu'ils traitent est encore malheureusement trop d'actualité, mais ils le mettent merveilleusement en image.

Ce court métrage, réalisé en classe de 1ere "en cours de Travaux Personnels Encadrés", mérite largement d'être connu et vu, c'est pourquoi je le publie. Bravo à ces jeunes (et à leurs enseignants) ! 

"Faut pas penser" : oui quand on aime "faut pas penser". Même si les choses tournent mal (en famille ou ailleurs) tu n'es jamais seul. Il y a toujours des gens qui t'aiment et qui t'aideront. Promis !



Certains se lamentent de notre jeunesse et n'en montrent que les aspects les plus négatifs portés par quelques individus. Pourtant, quand on voit ce film et tant d'autres projets, on se dit qu'il serait temps de leur laisser la place, de leur faire confiance. Nous avons une jeunesse magnifique, intelligente et créative qui sait porter plus que quiconque les valeurs de vivre-ensemble qui font le socle de notre République.

Vive la jeunesse de France !

vendredi 9 octobre 2015

Apero-expo pour sauver le clos des Capucins

Venez débattre de l'avenir du couvent des Capucins. Il n'est pas trop tard pour arrêter les pelleteuses et les bétonnières ! Ensemble nous pouvons changer le devenir de ce parc et le sauver ! Nous serons présents entre 18h et 20h pour vous écouter et vous exposer le projet porté par la majorité et auquel nous nous opposons.

Rendez-vous vendredi 16 octobre de 18h à 20h directement devant la chapelle des Capucins. 

Seule une large mobilisation permettra de mettre en route des actions collectives efficaces pour sauver ce lieu (et puis on a prévu quelques bouteilles et biscuits pour discuter dans une ambiance détendue et chaleureuse). N'hésitez pas à partager l'information (si certains souhaitent distribuer le tract ci-joint en boites aux lettres autour de chez lui, n'hésitez à vous signaler auprès de moi). Tout le monde est bienvenu ! A vendredi !



mardi 6 octobre 2015

Aidez au financement d'un court métrage local

Il y a quelques jours, j'ai été contacté par Maxime Tonnellier, jeune annécien, scénariste, que j'ai eu comme étudiant à l'université (en licence pro "commercialisation des produits culturels").


Avec un copain, ils cherchent des financements pour réaliser un court métrage (environ 5 minutes) intitulé : "Maman ne m'a pas dit bonsoir". Ils ont posté leur projet sur la plateforme de financement collaboratif Ulule (à retrouver ICI).

J'accepte avec beaucoup de plaisir de relayer le message de Maxime car c'est un jeune annécien qui a fait son chemin, est devenu un vrai professionnel et qui a besoin de nous pour réaliser un film pro. En plus de cette "satisfaction" de voir d'anciens étudiants poursuivre leur route, ce film aborde une question qui me semble très intéressante : celle du transhumanisme. Bien qu'encore peu présente en France, cette question (éminemment éthique et donc politique) risque bien de nous tomber dessus rapidement, alors autant être informés.

Enfin j'avoue beaucoup aimer cet aspect à la fois très pro du projet, et cette sensation "amatrice" (au sens noble du terme) d'un financement collaboratif, avec des jeunes auteurs qui partent un peu à la pêche comme ils peuvent. Cet esprit de débrouille me plait beaucoup.

Alors il faut les aider en participant au financement de ce beau projet. Bon courage à vous deux, Maxime et Christophe !

dimanche 4 octobre 2015

Festival du cinéma italien : signez

Contrairement à ce qu'il m'a été répondu jeudi soir en conseil d'agglomération, il semble bien, d'après mes informations, qu'une décision ait été déjà prise en haut lieu concernant l'avenir du festival.

Les responsables de l'agglomération ont déjà engagé des actions en vue du rapprochement et de la fusion du festival du cinéma italien et de la biennale du cinéma espagnol. Ils souhaitent ainsi transformer le festival du cinéma italien (actuellement annuel) en une biennale (tous les 2 ans), en l'alternance avec le cinéma espagnol.

Si j'ai considéré à un moment donné qu'il ne fallait pas réagir "à chaud" sur ce thème en attendant d'en savoir plus, et en attendant le passage de cette thématique en commission "Culture" de l'agglo, je considère à présent que, puisque les responsables de l'agglo ont déjà acté dans leur tête ce passage, il ne reste qu'à mener la résistance, tous ensemble.

Car le passage en biennale signifie inévitablement la mort, l'asphyxie du festival. Un festival historique, reconnu aussi bien en France qu'en Italie, et surtout POPULAIRE.

Pour quoi une asphyxie ? 1) Parce qu'un passage en biennale coupe la dynamique d'un festival. Ces spectateurs, les cinéastes et jusqu'au financement oublient des festivals qui ne se produisent que tous 2 ans. 2) Parce que les financeurs (publics et privés) souhaitent une visibilité annuelle et vont arrêter de soutenir le festival. 3) Parce que le festival va disparaître de la tête des cinéastes italiens qui ne viendront plus.


Il est des changements à mener sur ce festival, c'est certain. Mais l'idée de la biennale est une erreur qui vaudra la vie du festival. C'est pourquoi je vous invite à signer la pétition lancée par www.librinfo74.fr et qui a déjà recueilli plus de 1000 signatures. Seule la mobilisation citoyenne, la pression des habitants pourra sauver notre politique culturelle de la vision comptable et financière que les responsables de l'agglo sont en train de lui faire prendre.

Mobilisons-nous ! Signez ICI

vendredi 2 octobre 2015

Soutien à Annecy Cinéma Italien


Le festival de cinéma italien d'Annecy vient de clore sa 33e édition. Comme chaque année, ce festival est un rendez-vous très attendu par de nombreux annéciens, aficionados du cinéma transalpin.

Depuis 33 ans, le festival du cinéma italien d'Annecy maintient le lien fraternel qui nous lit, par l'histoire, avec l'autre côté des Alpes. En 33 ans, ce festival a su s'imposer comme une référence nationale (c'est le seul festival de cinéma italien subventionné par l'Etat via le CNC) mais aussi comme une référence en Italie. C'est ce qu'on redit bon nombre de réalisateurs et professionnels du monde du cinéma italien au cours de cette édition 2015.

Pour affirmer ce lien, cette partie de l'âme d'Annecy qu'est devenu ce festival, la ville d'Annecy a même fait Ettore Scola (immense réalisateur) citoyen d'honneur de la ville.

Pourtant le festival est dans la tourmente. Un audit a été demandé par la ville et la C2A pour apporter des changements. Je suis de ceux qui pensent que les changements ne sont pas négatifs en soi. Il ne faut pas les craindre. J'ai d'ailleurs demandé à plusieurs reprises qu'un tel travail soit mené sur d'autres événements, comme la fête du lac. Sans résultats malheureusement.

Malheureusement, on connait aussi la méthode de nos élus politiques : concertation minimale. Tout s'est fait dans le secret. Et pourtant ce n'est pas faute d'avoir réclamer, par la voix d'Evelyne, à de nombreuses reprises des éclairages, des précisions sur cet audit...

Alors quand, en début de festival, des rumeurs se font jour, elles trouvent naturellement un terreau fertile, propice à toutes les exagérations ou bien encore à toutes les anticipations bienheureuses. Car aucun élu y compris moi (hormis le saint des saints) n'a encore eu accès aux conclusions de cet audit qu'elles fuitent déjà dans la presse. C'est une méthode fâcheuse et regrettable. 

C'est pourquoi j'ai attendu le conseil d'agglomération d'hier soir pour demander des explications, et apporter mon avis sur ce dossier, sachant que les préconisations de l'audit (si j'ai bien compris, il y a plusieurs pistes) seront présentées à la prochaine commission culture de l'agglomération.

Personnellement, je regrette le silence et l'absence de concertation qui a de nouveau entouré ce dossier. La mise sur la touche, au cours de cette réflexion, du directeur du festival est également un élément fâcheux. Sur le fond, je veux assurer les organisateurs du festival de mon soutien et de ma détermination à défendre le maintien d'une édition annuelle de ce festival car chacun peut comprendre qu'une biennale n'apporte évidemment pas la même dynamique et ne permettrait pas de maintenir des liens étroits avec les professionnels du cinéma italien, condamnant à terme ce festival.

De la même façon, je crois que ce festival devrait être porté par une association distincte de Bonlieu (bien que Bonlieu doive rester le lieu majeur de ce festival), constitué de professionnels et de militants, soucieux de régénérer ce festival et de le protéger.

J'en ai profité, hier soir, pour interroger l'agglomération sur la politique culturelle menée par Bonlieu alors que nous apprenions cet été la fin des Noctibules (car après des faux espoirs de changement de formule, il semble bien que cet événement soit condamné) et donc une remise à plat du festival. Ces deux événements populaires (l'un gratuit, l'autre très peu cher), pilotés tous deux par Bonlieu (l'un sous commande de la ville, l'autre de l'agglo) sont aujourd'hui clairement sortis du giron de Bonlieu. Nous sommes en droit de nous interroger sur la pluralité culturelle que souhaite proposer Bonlieu, qui semble vouloir se "resserrer" autour de sa programmation "scène nationale".

Je veux simplement rappeler à tous, que la rénovation de Bonlieu a couté plus de 30 millions d'euros à l'ensemble des contribuables de l'agglo et que cela n'a pas été payé par les seuls adhérents de Bonlieu. On peut donc légitimement attendre de Bonlieu qu'elle propose une offre culturelle pour ses adhérents, mais aussi pour l'ensemble de la population. C'est ce que proposait les deux événements cités. Je suis inquiet sur le virage que semble prendre Bonlieu en délaissant les événements hors les murs. Je l'ai donc dit  clairement (car j'aime la franchise) et publiquement hier au soir. J'espère pouvoir être rassuré rapidement sur l'orientation d'offre que souhaite prendre Bonlieu.