samedi 30 mai 2015

Fusion des communes : donnez votre avis

Je vous livre ici le témoignage d'un Annécien. Ayant appris qu'il y avait un questionnaire pour donner son avis sur le projet de fusion des communes, il s'est rendu à la mairie pour en récupérer un. Première surprise : à l'accueil visiblement personne n'était au courant et, en tous cas, pas de questionnaire disponible...
Après avoir rempli son questionnaire (je n'ai finalement pas pensé de demander comment il se l'était fourni...) il l'a donc ramené à la mairie. D'après le personnel, il était le premier... et cela s'est passé cette semaine.

Bref, autant dire que la consultation des citoyens, telle que menée par MM. Accoyer et Rigaut, est (pour l'instant) à l'image de leur vision de la démocratie participative : un fiasco.

J'avoue m'être beaucoup interrogé et avoir beaucoup hésité à en parler sur ce blog, tellement je trouve que cette consultation, telle qu'elle est menée, n'a aucun sens. J'ai demandé, exigé, une consultation de la population, parce que je suis convaincu qu'on ne peut prendre une telle décision (fusionner ou non) sans associer la population. Mais dans mon esprit, la consultation n'est que l'aboutissement d'un processus fait de débats, d'échanges contradictoires, d'informations... On ne balance pas un questionnaire comme cela, sans organiser le débat! Surtout on se donne les moyens de le faire naitre, puis vivre. Et moins d'un mois pour cela, c'est beaucoup trop court.

L'impression qu'il en ressort est qu'on fait semblant de consulter la population (pour éviter les critiques ? pour contenter les élus d'opposition ?) mais en réalité on en a rien à faire. D'ailleurs plusieurs communes n'ont même pas relayé le questionnaire auprès de leur population...

Finalement je vous donne le lien vers ce questionnaire (dans lequel on ne pose évidemment pas la question directe : êtes-vous favorable à la fusion des 13 communes ? Oui Non) histoire de donner un petit coup de main pour booster le nombre de participants.

A vous de voir si cela en vaut la peine ou non.

www.agglo-annecy.fr

jeudi 28 mai 2015

ETG en ligue 2

Résultat de recherche d'images pour "etg annecy"

La mauvaise nouvelle est donc tombée. La saison prochaine, le club de foot ETG sera relégué en ligue 2 après 4 années passées dans le top 20 des clubs français. Cette annonce a été pour moi une tristesse. Je pense à cette équipe qui nous a beaucoup fait vibrer, aux joueurs, et aux supporteurs qui ont été souvent nombreux à être présents au stade d'Annecy.
Je souhaite à l'ETG une saison prochaine pleine de plaisir, de bonheur et de succès même si cela se fait en ligue 2. Et je continuerai à les encourager de tout mon cœur.

Néanmoins, comme beaucoup d'Annéciens que je rencontre, je ne peux qu'espérer que, de cette relégation, sorte du positif. En premier lieu, que cette réalité du foot professionnel (des années çà marche et d'autres moins) fasse baisser la température de la tête de certains de nos responsables politiques. Dans ces histoires, il vaut toujours mieux garder la tête froide !

Je rappelle simplement les prises de position successives de la majorité actuelle sur ce dossier.

D'abord, lorsqu'ETG allait monter en ligue 2 et que cette équipe n'avait pas de stade, la réponse a été : "qu'ils aillent jouer à Grenoble ou à Genève, on ne veut pas du foot business chez nous".

Puis lorsqu'ils sont montés en ligue 1 et que le président de l'ETG a demandé un nouveau stade, JL Rigaut a foncé, proposant un terrain à Seynod et l'aménagement des VRD (pour plus de 10 millions d'euros d'argent public !). Face à l'hostilité générale (dont j'ai été l'un des artisans), le maire a fini par renoncer mais en proposant de totalement chambouler le stade d'Annecy. On a même évoqué la suppression de la piste d'athlétisme (club emblématique et historique du stade) avant de se raviser.

Et maintenant qu'ETG redescend en ligue 2, le maire annonce le gel des investissements sur le stade et l'ensemble du parc des sports.

Cette politique, extrémiste à chaque étape, du RIEN, puis TOUT, puis RIEN, n'est pas sérieuse. On ne décide pas d'une politique en fonction des résultats d'une équipe de foot, mais en fonction de l’intérêt général pour les Annéciens.

Pour ma part, je rappelle mes prise de positions, toujours plus nuancées et pragmatiques. D'abord, contrairement à la majorité, j'ai toujours été favorable à l'accueil de l'ETG à Annecy car j'ai toujours considéré que dans les valeurs haut-savoyardes, il y avait aussi l'accueil et l'entraide. ETG n'avait pas de stade, il était de notre devoir de les accueillir (mais c'étaient eux les demandeurs, pas nous).

Ensuite j'ai toujours défendu l'idée que si ETG voulait un nouveau stade, ils avaient qu'à se le payer mais aucun argent public ne devait participer. Je trouvais plus responsbale de rénover le stade d'Annecy AUX FRAIS de l'ETG car ce sont eux qui étaient demandeurs. Evidemment ces aménagements ne devaient pas se faire contre l’intérêt de nos clubs locaux, et en particulier j'ai toujours été très virulent contre la suppression envisagée de la piste d'athlétisme.

Aujourd'hui, je pense qu'il faut continuer à investir pour le sport et pour le parc des sports. Mais en ayant toujours en tête l'ordre des priorités suivantes : 1) nos clubs locaux, 2) les riverains, et 3) ETG. Dans ce cadre, on n'arrête pas d'investir quand l'ETG perd une division !

Je pense que trois investissements sont aujourd'hui prioritaires : rénover la piste d'entrainement d'athlétisme, construire une salle de dojo pour tous nos clubs d'arts martiaux, aménager une tribune et des vestiaires sur le terrain d'annexe utilisé par le FC Annecy. Ces trois points étaient dans notre programme électoral (avec en plus la rénovation du stade des Coteaux). Ce sont des investissements utiles à nos clubs, qui permettent une meilleure cohabitation entre ETG et les clubs, mais effectivement je n'ai jamais promis la lune, c'est-à-dire une rénovation totale du parc des sports dont le montant se chiffrerait en dizaine de millions d'euros.

Comme beaucoup j'adore le sport et je pense que la mission des élus est d'accompagner les clubs, car ce sont de véritables écoles de la vie, de l'effort, de l'humilité et de la joie partagée. Mais il faut toujours construire sur du solide, comme le prouve aujourd'hui le FC Annecy et son ascension en CFA 2. Je ne construis pas sur du sable, sur les aléas de résultats sportifs du foot professionnel. Je peux comprendre qu'en tant qu'ancien sportif, on s'emballe et on mette en place des politiques qui passent du Tout au Rien, sans véritable cohérence. Ce n'est pas ma manière de faire car il faut toujours savoir faire la part des choses entre les émotions parfois intenses qui naissent grâce au sport, et le sérieux nécessaire à la gestion de tels dossiers.

Personnellement, ma ligne a toujours été la même et elle le restera, dans une vision  qui sache prendre la distance nécessaire face aux paillettes et aux sirènes du sport spectacle. Gardons en tête notre bon sens savoyard, avançons mais avec le pragmatisme et le sérieux nécessaires.

mardi 26 mai 2015

Centre des congrès : entretien au Faucigny (14/05/2015)

Voici les deux articles publiés le 14 mai 2015 par le journal le Faucigny concernant le centre des congrès ; et l'échange entre le terrain Balleydier et le parc de Saint Joseph.



dimanche 24 mai 2015

Les classes moyennes auront finalement leurs logements sur le site de l'ex-école des Fins


C'est avec une grande satisfaction, au goût de petite victoire, que j'ai appris mercredi soir en commission "urbanisme" que le projet immobilier qui doit sortir de terre à la place de l'ancienne école des Fins (Rue Marc Leroux) avait été modifié.

Non pas dans son "enveloppe" externe, ni même dans son nombre de logements, mais dans la répartition de ceux-ci. Chacun se rappelle de notre intervention musclée en Conseil municipal le 03 novembre (cf. Intervention au conseil municipal sur le logement ) où, exemple à l'appui, nous avions dénoncé la vente d'une propriété publique pour construire 70% de logements privés à 4500€/m² et 30% de logements sociaux.



J'avais alors souligné que ce montage ne comprenait aucun logement intermédiaire (pour les classes moyennes), contrairement aux promesses de campagne de M. Rigaut de réaliser 1/3 de logements intermédiaires, 1/3 de logements sociaux et 1/3 d'accession libre. Ces logements à 4500€/m² s'adresseraient aux 5% de la population les plus riches.

J'ai donc appris ce mercredi que la répartition serait dorénavant :
- 72 logements en accession libre (49%)
- 32 logements à prix maîtrisés (logements intermédiaires) (22%)
- 42 logements en locatif social (30%)

Notre mobilisation aura donc réussi à arracher 32 logements pour des familles modestes de la classe moyenne qui pourront acheter leur logement à 3 600€/m² soit un gain de 900€/m². Ce n'est pas rien ! Sans changer le projet global, cette économie est donc faite sur les profits du promoteur immobilier, pour rester dans la poche des Annéciens ! Voilà une bien belle chose.

Cela signifie que ces 32 familles pourront acquérir (par exemple) un logement de 70 m² (avec garage à 17 000€) au prix de 269 000 € au lieu de 332 000€ soit une économie de 63 000€.

Oui cela reste cher, trop cher ! Oui le nombre de logements sociaux est insuffisant et le nombre de logements en vente libre trop nombreux (qui peut se payer celà ?). Mais nous avons fait notre possible pour modifier les choses dans le bon sens. Et je souhaite rester sur cette bonne nouvelle : 32 familles de la classe moyenne pourront peut-être enfin s'acheter un logement à Annecy. Voilà à quoi nous servons, nous les élus de la minorité, à défendre l'intérêt des Annéciens, et en particulier le logement (dont j'avais dit dans une interview au Dauphiné en début d'année que ce serait notre priorité n°1 à la mairie) !

Après nos interventions sur vallin-Fier qui avaient déjà conduit à une modification des logements prévus (cf. articles  Politique du logement à Vallin-Fier  de décembre et Logements à Vallin-Fier d'avril) c'est donc un second projet que nous arrivons à modifier.


Types de logements
Sans nous
Grâce à nous
différence
Vallin-Fier (1 100 logements)
sociaux
30 %
330 logts
33 %
363 logts
+ 33 logts
intermédiaires
9 %
100
27 %
297
+ 197
libres
61 %
670
40 %
440
- 230







Ecole des Fins (146 logements)
sociaux
30 %
42
30 %
42
0
intermédiaires
0 %
0
22 %
32
+ 32
libres
70 %
104
          49 %     
72
- 32

Au total ce sont 33 logements sociaux et 229 logements intermédiaires que nous avons arraché ! J'en suis très heureux pour les familles modestes qui pourront les acheter ou les occuper. Une ville est vivante quand les classes moyennes et populaires peuvent s'y loger.

Nul angélisme dans mes propos. Je sais que rien n'est jamais acquis et je vous rassure nous continuerons sans relâche à intervenir pour le logement de tous les Annéciens. Mais il semble bien que, grâce à nous, les logements intermédiaires (qu'on n'avait plus construits depuis 2009) soient de retour à Annecy. Espérons que çà durera... comptez sur nous pour y veiller !




vendredi 22 mai 2015

Centre des congrès à Albigny : réunion publique et vidéo pédagogique

Le collectif "Citoyens et contribuables" qui tient le blog http://centrecongres-albigny.over-blog.com/ a eu la bonne idée de faire une vidéo pédagogique, simple, sans polémique pour permettre aux citoyens de se poser les bonnes questions concernant l'implantation d'un nouveau centre des congrès sur la presqu'île d'Albigny. Sollicité pour participer à cette vidéo, j'ai accepté et je remercie ce collectif pour sa confiance.

C'est un outil précieux, accessible à tous pour ouvrir un débat qui malheureusement n'a jamais pu avoir lieu entre la population et la C2A. Je ne peux que vous conseiller de la faire circuler autour de vous.


De plus, les Amis de la Terre organisent le SAMEDI 30 MAI à 18h00 (salle des Eaux et Forêts, boulevard du Fier/avenue de Genève) une REUNION PUBLIQUE :


Venez nombreux et faites-le savoir !

Vous le voyez, le combat continue car rien n'est fait. Tous ensemble, nous pouvons faire échec au choix de ce lieu d'implantation et revenir à la raison financière !

MOBILISONS-NOUS !


mercredi 20 mai 2015

Elus annéciens et internet


Il n'est plus rare que je croise des Annéciens qui me disent lire mon blog, et l'apprécier. Les statistiques de consultation sont effectivement en hausse. Je vous remercie du fond du cœur. C'est pour moi un encouragement à poursuivre sur cette voie qui consiste à faire de la politique avec les gens et non pas à côté d'eux.

Certains me disent même ne pas pouvoir tout lire ! J'écrirais trop... Je leur réponds que ce n'est pas très grave et que de toute façon l'objectif est d'amener du fond sur les sujets qui intéressent les habitants d'Annecy et de l'agglo (et tous les sujets n'intéressent pas tout le monde, c'est normal).

Tenir informés les citoyens fait, de mon point de vue, partie du "travail" d'un élu. La démocratie nécessite des élus qui dialoguent avec les citoyens, qui les informent et les consultent, et interagissent avec eux.

Oui, cela prend du temps, de l'énergie et oblige à rester informé sur tous les sujets, à vérifier ses sources, à travailler son point de vue. Bref à faire son boulot d'élu. Parfois j'ai, comme d'autres, la tentation d'arrêter (surtout les soirs d'élections...) et puis je me dis que des Annéciens comptent sur moi et que, pour eux, il faut continuer.

Internet présente l'avantage de la simplicité, de la réactivité et de l'interaction. J'aime avoir un retour (positif ou négatif) de la part des habitants sur ce que j'écris. C'est important car je n'ai pas la science infuse et que je suis persuadé que c'est par l'échange que l'on peut apprendre et parfois revoir son jugement.

Il est important d'avoir le courage de ses opinions et de les exprimer devant ses administrés. (En plus, ils ne mordent pas !). La démocratie a besoin d'échanges, de confrontation d'idées et de points de vue. Chacun sait, en venant sur ce site, qu'il trouvera un point de vue (qui est le mien) et des infos (qui n'ont jamais été remises en cause, ce qui en fait un lieu d'informations sûres et vérifiées). Je sais que tous ne partagent pas toutes mes opinions. Ce serait trop beau... ou trop triste ! C'est aussi cela qui fait le piment de la politique et son intérêt : discuter avec les gens.

Internet n'est pas l'alpha et l'omega de la communication. Je préfère de loin les rencontres réelles avec les gens. C'est plus chaleureux. Mais pouvoir se poser pour réfléchir et écrire, c'est aussi important. C'est un temps de pause et d'analyse qui manque tant à nos élus locaux.

Je regrette simplement que si peu d'élus du conseil municipal (notamment parmi les "leaders") n'aient compris cette importance et se contente parfois de blogs de façades... ou de rien du tout.

Le blog du maire s'ouvre sur un article du 14 avril... celui d'Annabel Andre-Laurent du 01 Avril... celui de Pierre Herisson du 25 septembre... Le blog de Dominique Puthod affiche bien un article récent mais il n'aura échappé à personne que l'activité de ce blog s'est largement ralentie après sa dernière élection...

Pourtant tous ceux-là sont payés à des postes d'exécutifs, avec généralement cumul de mandats et de fonctions (donc d'indemnités). Ils font de la politique à temps plein... mais n'ont pas le temps de tenir informée la population. Ils ont pourtant tous promis plus d'échanges, de transparence et d'écoute. La réalité c'est que le cumul des mandats éloigne les élus des citoyens.

Les seuls à jouer le jeu sont : Thierry Billet, Lionel Tardy et Alain Bexon. A vous de chercher les absents de cette liste, notamment parmi ceux qui prétendent faire de la politique "autrement"... dans leur canapé ?

lundi 18 mai 2015

Pour des moyens en faveur du vélo


La ville vient de lancer une campagne de sensibilisation en direction des cyclistes afin de leur rappeler les règles de vie commune. En particulier, les vélos doivent rester sur les bandes cyclables ou sur la voirie mais pas sur les trottoirs. De même, ils doivent adapter leur vitesse lorsqu'ils cohabitent avec d'autres usagers (piétons, poussettes, etc...).

Ces règles de bon sens (inscrites dans le code de la route) permettent le vivre ensemble et il est utile de les rappeler notamment à ceux qui, en vélo, se prennent pour des Fangio. Je suis trop souvent interpellé sur ces comportements non-civiques. Ce n'est pas normal et je suis d'accord : il faut sévir.

Néanmoins, les règles seront d'autant mieux respectées que des alternatives réelles existeront pour permettre aux vélos de circuler en toute sécurité en ville. La ville et l'agglomération affichent des ambitions fortes en matière d'utilisation du vélo (doubler son utilisation). Mais en réalité, les moyens ne sont pas là. La ville d'Annecy consacre ainsi 30 000 euros par an à l'aménagement cyclable... Loin d'accompagner un véritable changement dans les comportements de transports des Annéciens, cette somme est ridicule. En cours de notre campagne pour les élections de 2014, nous avions promis de tripler cette somme afin de donner un coup de fouet à l'usage du vélo en modernisant et complétant les équipements de voirie. Les nouveaux usagers du vélo sont des personnes qu'il faut convaincre de laisser la voiture au garage pour prendre la bicyclette. Et l'un des premiers arguments, c'est la sécurité.

Pour venir de certains quartiers au centre-ville en vélo, c'est possible, mais pas très sécurisant, notamment avec des enfants ! L'exemple du quartier des Romains est assez frappant de ce point de vue: Avenue de Genève très dangereuse avec ses voitures garées des deux côtés, place des Romains, c'est le "bordel", boulevard du Fier, Serrez les fesses, etc... Mais d'autres quartiers sont dans des situations équivalentes.

Je sais que l'on ne peut pas aménager des pistes cyclables (séparées de la route par un rebord, on un obstacle physique) qui sont les plus sécurisantes, partout. Mais le parti-pris de ne faire plus que quelques bandes cyclables (tracées sans obstacle juste à côté des voitures) n'est pas toujours le bon. Quand on a des enfants notamment, c'est trop peu sécurisant... du coup certains prennent les trottoirs... Pourtant c'est à cet âge-là aussi que se prennent les bonnes habitudes...

Mais j'enrage quand je vois que même sur les nouveaux aménagements routiers (Crêt du Maure, bout de l'avenue de Genève, devant Carrefour...) on ne prévoit pas le nécessaire pour créer de vrais itinéraires sécurisés pour les vélos.

Vouloir un transfert de la voiture vers le vélo, DANS les DISCOURS c'est bien, mais mettre les moyens pour réussir ce changement DANS les ACTIONS, c'est mieux. La ville peut rappeler utilement les règles du code de la route, c'est très bien ! Mais qu'elle n'oublie pas non plus ses propres responsabilités...

vendredi 15 mai 2015

Echange terrain Balleydier / parc du couvent St Joseph

Lundi soir le conseil municipal était amené à se prononcer sur un projet d'échange entre le terrain Balleydier et le parc des Sœurs de Saint Joseph.

Je vous en avais déjà parlé dernièrement sur ce blog, et je vous avais appelé à me faire part de vos remarques. Plusieurs parmi vous ont répondu à cet appel et je les en remercie chaleureusement.

Notre groupe a donc décidé de voter contre cet échange. Je me suis exprimé pour rappeler les raisons de ce choix.

Sur la forme:
Ce projet a été mené en toute opacité et sans aucune concertation ni de la population, ni des élus. M. le maire a donc proposé un projet tout ficelé, sans possibilité ni d'amendement, ni de modifications. C'était à prendre ou à laisser. Nous avons laissé...

J'ai rappelé qu'en Juin 2013, la majorité avait fait voter un gel de tout projet urbanistique sur cette partie de la ville "le temps de réfléchir aux grandes orientations d'aménagement de l'entrée de ville par les Marquisats". Il n'a jamais été fait état d'une négociation en cours avec la congrégation de St Joseph. Or, nous savons maintenant que cette discussion était en réalité engagée depuis 2011 et que le gel avait pour objectif de maintenir le statut quo dans l'attente de la conclusion de ce contrat. En 2013, le maire a donc trompé le conseil municipal en ne dévoilant pas les VRAIES raisons du vote du gel. J'ai souligné que pour moi, c'est grave car les conseillers municipaux sont les représentants des Annéciens.

Entre temps, nous n'avons jamais eu à "réfléchir aux grandes orientations d'aménagement de l'entrée de ville par les Marquisats". Tout s'est fait dans notre dos, et dans le dos des Annéciens qui découvrent, comme nous les élus, ce projet, une fois que les choses ont été décidée.

Cette manière de faire n'est pas démocratique et montre toute l'opacité qui entoure toujours les projets défendus par M. Rigaut. Or, cet endroit est stratégique car il est à l'entrée de la ville et parce qu'il est sujet à de très forts enjeux (comme la réalisation d'un parking que nous exigeons de gestion publique pour les résidents de la vieille ville, les salariés du commerce et les visiteurs!)

Nous n'avons pas pu nous exprimer sur d'éventuels aménagements publics ou privés nécessaires à cet endroit, en proximité de la vieille ville.



Sur le fond :
Nous aurions préféré que la ville, qui dispose du droit de préemption sur tout son territoire, en use pour acheter le parc des Sœurs sans avoir besoin d'échanger des terrains. La ville aurait alors été propriétaire de plus de 14 000 m² constructible, sous maîtrise publique. Nous aurions alors pu discuter d'un projet pour le bien commun dans le cadre d'une ZAC (Zone d'Aménagement Concertée) par exemple, à l'instar de ce qui a été fait à Vallin-Fier ou à Galbert.


Au lieu de quoi, nous nous désarmons devant les promoteurs privés qui ne sont tenus à rien, sinon à respecter le PLU.

Si notre proposition de maîtrise publique de l'ensemble avait vu le jour, la congrégation aurait empoché un chèque de 4 M€. Le montage proposé leur permet d'espérer un gain supérieur par promotion privée. Les logements qui vont être construits auront un prix de vente supérieur à 8 000 €/m² soit du logement pour super-riches. Certes il y aura les 30% de logements sociaux réglementaires, mais quid des logements intermédiaires ? En maîtrisant le projet, la ville aurait pu construire moins cher et répondre aux demandes de logements des Annéciens de la classe moyenne.

Le montage financier proposé ne nous satisfait pas car il nous désarme face aux promoteurs privés. Le choix qui a été fait est celui de l'argent roi, pas celui de l’intérêt des Annéciens. La ville avait largement les moyens de préempter, d'aménager puis de revendre des logements à des prix plus abordables au lieu de quoi, elle laisse construire, après le projet de l'ancien hôpital, un nouveau lot de logements très chers.

La ville se transforme en Cannes à la montagne, une ville pour riches (souvent vieux). Le choix de cet échange montre bien cette volonté de la part de la majorité.

Même l'avenir du cloître n'a pas été discuté ! Quel dommage.

Le groupe d'élus que j'ai l'honneur de présider s'appelle "Avec vous, Annecy pour tous". Ce projet c'est tout l'inverse : "Sans vous, Annecy pour riches". 


mercredi 13 mai 2015

Mosquée de la rue des Alpins


Dans la nuit du 4 au 5 mai 2004, il y a plus de 11 ans, un "commando" de 4 pyromanes, inspirés par une idéologie d'extrême droite, avait incendié la mosquée d'Annecy sis rue des Alpins.

Leur objectif était de causer du tort à la communauté musulmane pour la stigmatiser et la "faire partir" d'Annecy.

Pour ces faits, les 4 pyromanes ont été renvoyés devant une cour d'assises (qui juge des crimes) et condamnés. L'un d'eux se faisait appeler le "SS" par ses amis, un autre recevait des revues d’extrême droite en prison, et tous, selon des témoins "baignaient dans une ambiance raciste".

Ces individus ont purgé leur peine face à la société. Mais leur acte continue à faire des vagues. Leur volonté de stigmatiser une communauté d'Annéciens a depuis été repris par d'autres qui s'en sont fait lundi soir les porte-paroles au conseil municipal dans un discours vomissant le racisme et l'intolérance.

11 ans ont passé. Les pyromanes ont-ils finalement réussi leur coup ? Je ne souhaite pas que l'avenir fasse de leur crime une réussite. Si la mosquée des Fins n'était pas reconstruite, la haine aurait alors gagné. Or, la haine religieuse n'a pas sa place à Annecy. Je rappelle que la mosquée des Fins a été la deuxième mosquée construite en France en 1978. Cela faisait donc 26 ans que la cohabitation était possible et paisible. Ceux qui pensent faire d'Annecy le théâtre d'un affrontement religieux à des fins politiciennes ne connaissent pas notre ville et ses habitants (normal ils n'y habitent pas) et se sont trompés d'endroit.

J'ai toujours défendu la conviction selon laquelle, les musulmans, comme tous les autres croyants, ni plus ni moins, ont le droit d'avoir un lieu de culte digne, en ville (et non pas dans des zones commerciales). Ils ont le droit de choisir l'endroit où ils souhaitent s'installer.

L'association Nouvel Avenir avait un projet pour son terrain, celui-ci a été jugé non conforme au PLU et a été cassé par les tribunaux. Nul n'est au-dessus de la loi et ses décisions sont justes. J'ai, sur ce blog, plusieurs fois, dit mon regret de la gestion de ce dossier par la mairie qui a signé des permis visiblement non conformes (et porte donc une part de responsabilité sur ces échecs) et qui n'a jamais organisé le dialogue et la concertation pour aplanir les tensions et faire retomber la pression.

Mais lundi, le maire a proposé une porte de sortie en mettant au vote la vente d'un terrain municipal de 293 m² le long de la voie ferrée (pour lequel la ville n'avait aucun projet) à l'association afin qu'elle puisse agrandir l'emprise foncière de son projet et proposer plus de parkings (conformément à la décision des tribunaux). Cette vente a été réalisée au prix de 175 000 euros, conformément à l'estimation de France Domaines auxquels il faut rajouter 124 000 euros au titre de la renonciation d'une servitude d'utilisation de l'ancien terrain de sport par la ville. Soit au total un chèque pour la ville de 299 000 euros.

Notre groupe a voté pour cette vente qui répond parfaitement au droit, aux prix en vigueur et au principe de laïcité. Elle permettra à l'association Nouvel Avenir de présenter prochainement un nouveau projet, qu'elle étudie plus petit et ayant le nombre de places de parkings nécessaires.

Je souhaite que la ville, tout en restant dans son champ de prérogatives, puisse accompagner ce projet par deux actions:
- une étude minutieuse et attentive du permis de construire qui sera déposé, et apportant les conseils et remarques nécessaires à ce que ce projet, cette fois-ci soit conforme au PLU
- l'organisation de la concertation et du dialogue entre tous les acteurs (musulmans, riverains, etc...) afin de recréer une harmonie dans ce quartier.

Je souhaite qu'Annecy retrouve le plus rapidement possible l'esprit de tolérance religieuse et de respect qui étaient les siens avant cette funeste nuit de 2004. Je souhaite que les musulmans puisse avoir de nouveau un lieu de culte digne, à l'instar de tous les autres croyants et que l'on tourne la page de toute cette histoire.

vendredi 8 mai 2015

La maquette du centre des congrès à Annecy

Résultat de recherche d'images pour "information"

A partir de lundi 11 mai, la maquette du nouveau projet de centre des congrès sera exposée dans le hall de l'hôtel de ville et visible par tous ceux qui le souhaitent aux horaires habituels d'ouverture de la mairie (du lundi au vendredi 08h30 à 18h30 et le samedi matin de 9h à 12h).

Comme nous en avons pris l'habitude avec cette majorité, la concertation n'existe pas (par définition une concertation avec la population se fait en amont des prises de décisions).

Je vous renvoie d'ailleurs à ce sujet à la réponse que M. Rigaut fait à l'essor savoyard pour justifier son absence de concertation sur le projet Balleydier/St Joseph. Il semble m'accuser de dévoiler des secrets hautement confidentiels lorsque je parle sur ce blog de ce projet. Pourtant, lundi soir, le conseil municipal vendra le patrimoine des Annéciens et nous ne devrions pas en parler, pas les informer ? Quelle est donc cette méthode qui vise à cacher aux habitants ce que l'on fait de leur argent et de leurs terrains ? Le tour de passe-passe pour me décrédibiliser dans ma démarche de transparence et de concertation est bien tenté, mais fait beaucoup rire les Annéciens que je rencontre depuis hier. "Je vends votre patrimoine, mais on en parlera après, une fois que tout sera signé !"

Pour revenir au centre des congrès, l'exposition de la maquette s'accompagne d'un cahier de remarques que chacun peut demander (à l'accueil) et remplir. Alors n'hésitez pas à dire (en des termes polis, lol) tout le bien que vous pensez de ce projet et surtout de son emplacement !

Ça ne changera pas les choses, mais parfois çà soulage !

mercredi 6 mai 2015

Fusion des communes : et les Annéciens là dedans ?

Nous avions lundi soir un conseil privé consacré à la fusion de communes. C'était la première fois que nous pouvions avoir un temps assez long pour débattre de cette question importante. Même si personnellement, je pense que la messe est déjà dite et que cette fusion de toutes les communes de l'agglo ne se fera pas. Mais bon, il est toujours intéressant de discuter.


Alors le maire nous a refait sa rengaine habituelle sur tous les multiples avantages de la fusion... qui sont en réalité uniquement financiers (ce qui n'est pas si mal, mais à mon avis pas suffisant pour emporter l'adhésion. On ne se marie pas pour l'argent, mais par amour).

Ce que l'on sait c'est que si les communes et l'agglo fusionnaient au 01 janvier prochain (!!!!) il n'y aurait plus qu'un seul conseil municipal (regroupant tous les conseils municipaux actuels) de 353 conseillers dont 45 Annéciens (Annecy pèserait alors 13% des voix pour 35% de la population) entre 2016 et 2020. Pour comparaison (je prends deux communes au hasard), Poisy +Montagny auront 44 conseillers... Par ailleurs, les adjoints resteraient tous adjoints de la nouvelle commune (économies ? Plutot armée mexicaine, mais bon fat bien contenter tout le monde en distribuant les indemnités...)

Chacun comprendra donc qu'avant de s'engager on ait quelques exigences sur la manière dont le service public annécien pourra être préservé par exemple. Quelles garanties a-t-on sur l'avenir du périscolaire ? des rythmes scolaires ? du maintien d'un service d'espaces verts (certaines grosses communes font appel au privé...) ? de l'accueil par les ATSEM dans les classes ? de politique jeunesse ? d'aides aux associations ? d'événementiel ? de soutien à la culture ? aux clubs sportifs ? etc ...

Alors certes, tout changement provoque des interrogations et je ne veux pas jouer les frileux ou les conservateurs. Vous savez que ce n'est pas ma philosophie. Néanmoins avouez que ce ne serait pas très responsable de se lancer dans une fusion sans avoir quelques réponses à ces questions, portant sur la vie quotidienne des Annéciens.

Le maire a répondu que cela donnerait lieu à l'écriture d'une charte... quand ? Mystère. Et que vaudra cette charte une fois la fusion réalisée puisque le conseil municipal (dans lequel Annecy sera très dilué) aura juridiquement et légalement le droit de voter ce qu'il voudra ?

Dans la présentation, le maire a insisté sur le fait que la fusion nous permettrait de réaliser tous les investissements portés par les différentes communes estimés à 70 M€/an. Je ne demande qu'à le croire, mais quand j'ai posé la question de ce que la ville d'Annecy avait fait inscrire comme investissements, le maire n'a pas pu me répondre.

C'est que, contrairement à ce qu'il est d'usage, depuis plus d'un an, le maire ne nous a jamais fait débattre de son PPI (Plan Pluriannuel d'Investissement), c'est-à-dire la feuille de route des investissements qu'il compte mener pendant le mandat. Annecy n'a pas de PPI. Nous n'avons donc pas pu transmettre la liste des investissements prévus puisqu'à ma connaissance elle n'existe pas et que l'on n'en a pas débattu. A moins que ce soit le maire qui ait fait sa liste dans son coin...

Fusionner pourquoi pas, mais pour réaliser quels investissements pour les Annéciens ? Combien d'argent pour les Haras? les Capucins ? les rénovations d'école ? les berges du Thiou ? les aires de jeux ? la sécurité ? etc...

Pour résumer, le maire vend la fusion comme un comptable, avec sa calculatrice entre les mains. Dès qu'il s'agit d'expliquer ce que cela veut dire pour les Annéciens, en terme de services publics ou d'investissements, il devient muet et se retranche derrière une charte hypothétique (qui n'aura aucune valeur) et une liste d'investissements que lui seul connait...

On dira ce que l'on veut, mais il fait vraiment tout pour nous dégoutter de ce projet... Surtout que je lui ai rappelé que ce serait bien, plutôt que de porter sa seule parole (celle du groupe majoritaire) sur un tel projet qui dépasse largement les antagonismes politiques, de consulter régulièrement ses oppositions afin de rechercher un consensus pour essayer de porter une parole plus large, celle de tous les Annéciens. Ce à quoi il a répondu : "je suis disponible pour toute information"...

Décidément, il ne comprend rien et s'entête à porter ce projet comme un politicien accroché à sa calculatrice.

Sur le calendrier, soyez prêts ! Le conseil d'agglomération serait amené à voter le mois prochain. Puis ce serait au tour des communes en septembre. Nous avons toujours exigé une consultation de la population en amont de toute décision. Le maire nous a juré que ce serait fait... Sauf que le conseil de juin de l'agglo c'est dans pas longtemps ! Donc les habitants devront prendre connaissance de ce dossier complexe (et qui engage largement l'avenir), débattre et se faire une opinion en moins d'un mois !!!!

C'est la démocratie citoyenne vue par M. Rigaut.


lundi 4 mai 2015

Les MJC sous surveillance

Résultat de recherche d'images pour "maison des jeunes et de la culture"

J'ai assisté lundi soir dernier à l'Assemblée Générale de la MJC de Novel. A cette occasion, j'ai appris que la ville avait décidé d'interrompre le processus de reconventionnement des MJC et centres sociaux d'Annecy avec la ville pour mandater un audit de ces structures.

En effet, les MJC (et centres sociaux) des Teppes, de Novel, du Parmelan, des Romains, Archipel Sud sont conventionnées avec la ville pour 4 ans (une convention est une sorte de "contrat" qui fixe des objectifs aux MJC sur certaines actions à mener au nom de la ville, en échange la ville fournit des moyens pour accomplir ces missions: subventions, locaux). La convention actuelle arrivera à échéance en fin d'année. Il s'agissait donc de passer en revue les missions, les objectifs, les résultats mais aussi les moyens à allouer pour re-signer pour la période 2016-2020.

Le maire a convoqué (en moins d'une semaine !) les responsables des MJC pour leur annoncer sa décision. Il souhaite prolonger la convention actuelle d'un an, le temps de missionner un cabinet d'audit extérieur (qui sera certainement payé chèrement) pour passer au crible les activités des MJC.

Pourquoi une telle décision (prise sans concertation) ? Pourquoi une telle précipitation alors que les MJC travaillaient à leur reconventionnement ? Pourquoi une telle défiance ? Cette mesure plonge les MJC dans une forme de précarité.

Les raisons avancées semblent parfois bien floues (et quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup, non ?). Il est vrai que deux directeurs de MJC viennent de démissionner de leurs fonctions. Mais cela regarde-t-il directement la ville ? Je rappelle que les MJC ont des conseils d'administration élus par des assemblées générales. Ce sont eux qui sont responsables de la vie de leur association. Alors certes, la ville participe au financement de ces postes (une bizarrerie dont je n'ai pas encore compris la raison, sinon à garder un œil sur leur travail...), mais elle n'a pas à s'immiscer dans la vie des associations. Cette réalité interroge les CA et certainement la fédération des MJC, pas nécessairement la ville.

Des structures ont quelques difficultés financières, c'est vrai (il ne faut pas non plus les exagérer). Au passage, je conteste la manière dont parfois certains élus parlent de ces administrateurs qui, je le rappelle, sont légitimes à leurs places car élus, mais qui ne sont que des bénévoles qui font le maximum dans des fonctions parfois complexes (être responsable d'une MJC c'est aussi avoir une fonction d'employeur toujours difficile). Ces difficultés financières doivent être corrigées. Mais une simple vision comptable, caricaturale, est souvent trompeuse. Il faut aussi avoir une lecture qualitative du travail fait. Et travailler des trajectoires de retour à l'équilibre sur plusieurs années.

Il ne faut pas non plus oublier le gel des subventions (alors que les dépenses mécaniquement augmentent de 2%/an). Il ne faut pas oublier, dans des comparaisons toujours discutables, que certaines MJC (ce qui n'enlève rien au mérite de leurs responsables) sont certes en équilibre financier confortable mais que ce sont aussi des MJC qui ont des missions de centralité payantes, "qui rapportent de l'argent". Ouvrir un espace d'art contemporain au public, prêter des jeux ou faire découvrir le conte dans les jardins de l'Europe, ça ne rapporte rien (tout en coûtant des frais de personnel). Attention aux comparaisons hâtives et donc aux jugements sur les qualités des responsables !

Enfin venir apporter comme argument pour cet audit, la possible fusion de communes (faut-il que l'on arrête de vivre en attendant ?), le déconventionnement du Conseil Départemental sur les centres sociaux (j'ai toujours pas compris le rapport...), la baisse des dotations de l'Etat (faut-il tout reporter sur les associations ayant du personnel ? Je ne le crois pas)... ce sont là des arguments qui ne sont pas recevables pour moi.

Cette profusion d'explications plus ou moins absconses me laisse pantois et sceptique. Que cherche réellement la mairie derrière cet audit ? Chercherait-elle à justifier des baisses de moyens à venir ? Cherche-t-elle à régler des comptes ?

Membre de la commission Enfance, Jeunesse, Culture (qui s'occupe des MJC), je n'ai jamais entendu parler de cet audit avant lundi dernier. Les membres de la commission n'ont pas eu à se prononcer ou à discuter sur ce fait du prince (à se demander à quoi cela sert-il que l'on participe à ces commissions...). Nous ne connaissons pas le contenu, le cahier des charges de cet audit. Quand, lors de la réunion de la commission mardi dernier, nous avons été quelques-uns à demander à pouvoir participer à la réflexion autour de ce cahier des charges, on nous a répondu par une fin de non recevoir. Pourtant nous demandions simplement à pouvoir participer, apporter nos expertises à la réflexion globale... Mais non.

Une fois de plus, quelques élus (qui ont la science infuse) feront tout, tous seuls. Ceci ne fait que renforcer mon sentiment : les vraies raisons de cet audit ne sont pas celles que l'on veut bien nous dire. Le maire (et quelques élus autour de lui) a pris ce dossier directement en main, dans l'opacité la plus totale. Il a décidé de mettre les MJC sous surveillance. Ce n'est pas très rassurant.


samedi 2 mai 2015

Nepal : La mobilisation à Annecy aussi

Nous avons tous été touchés par les images qui nous proviennent depuis plusieurs jours du Nepal. Après le tremblement de terre, le bilan (malheureusement encore provisoire) fait état de plus de 6 000 morts et de milliers d'autres blessés et/ou personnes logées actuellement dans des conditions précaires.

C'est aussi tout un pan du patrimoine de ce pays, du patrimoine mondial qui a parfois été rasé.

Ces images nous brisent le cœur, dans un pays classé parmi les plus pauvres du monde. Cette catastrophe nous touche d'autant plus qu'entre les Alpes et l'Himalaya, il y a comme un lien, celui des montagnards. Le Nepal vit, comme nous, de la montagne et du tourisme. Aujourd'hui ces populations ont besoin de nous.


Deux annéciens (qui sont aussi des amis) ont décidé de ne pas rester les bras croisés. Ils ont ouvert un site internet pour récolter des dons en faveur d'une ONG. Ils tentent actuellement de monter d'autres actions pour récolter des fonds (concerts...).

Je sais que chacun d'entre nous est souvent sollicité pour plein de bonnes actions. Mais si vous souhaitez agir pour le Nepal, je vous signale leur adresse internet.

www.annecynepal.org

Ils peuvent avoir toute votre confiance. Merci pour eux, merci pour les népalais.