mercredi 28 mai 2014

Beigbeder, Annecy, Bygmalion, JO 2018 : çà sent le soufre

Alors que l'affaire Bygmalion a explosé au niveau national, certains noms commencent à aiguiser ma curiosité.


D'abord, comme le relevait l'essor savoyard en mars dernier, la société bygmalion a travaillé "plusieurs années au total" pour la ville d'Annecy. Cette collaboration s'est terminée en décembre 2012 (un an après la débâcle Annecy 2018 mais j'y reviendrai).


http://www.lessorsavoyard.fr/Actualite/Fil_Infos_regionales/article_1806990.shtml


Début janvier 2011, Charles Beigbeder est élu président du comité d'organisation Annecy 2018 qui est en charge de préparer la candidature aux Jeux Olympiques. Il prend la suite d'Edgar Grospiron qui avait décidé de jeter l'éponge (et dont la femme a été recasée depuis sur la liste de l'UMP aux dernières élections européennes... entre amis un petit service).


Or, Charles Beigbeder est aujourd'hui largement cité par les média comme un des acteurs de Bygmalion.


La candidature aux JO 2018 a couté 30 millions d'euros au contribuable. Malgré nos demandes répétées, jamais nous n'avons pu avoir accès aux comptes. Le maire a également refusé que la cour des comptes y mette son nez.


A la lumière des révélations actuelles, surfacturation, fausses factures et autres détournements d'argent dont visiblement personne ne connait encore trop les bénéficiaires, il nous apparait important que l'on rouvre les comptes de la candidature d'Annecy aux JO 2018 afin que nous puissions vérifier le bien-fondé de toutes les dépenses.


La proximité manifeste entre Bygmalion, Annecy, M. Beigbeder, cette candidature, sent trop le soufre pour que toute la lumière ne soit pas faite. Les contribuables ont le droit de connaitre l'usage de leur argent!

mardi 27 mai 2014

Réforme territoriale : Quel avenir pour les Savoyards ?




Le Président de la République et le Premier Ministre ont annoncé un big bang territorial avec la suppression à terme des conseils départementaux et la fusion des régions pour n'en garder qu'une dizaine.


Sur le point concernant la suppression des conseils départementaux, j'applaudis des deux mains en souhaitant qu'en parallèle soit créée une nouvelle carte des intercommunalités plus grandes (je soutiens l'idée que 4 intercommunalités seraient suffisantes sur la Haute Savoie : 1 par arrondissement). L'efficacité passe par le regroupement de ces deux échelons et le transfert de compétences du conseil départemental vers les intercommunalités (transports, social, déchets...).


Sur la réduction du nombre de régions, je suis plus sceptique. Si certaines régions ont vocation à fusionner (Haute et Basse Normandie par exemple), toutes n'ont pas vocation à s'unir dans des redécoupages quelque peu arbitraires. D'ailleurs, je n'ai jamais été convaincu par l'argument des "grandes régions à taille européenne". En Europe, il existe aussi de toute petite région (Vallée d'Aoste, par exemple) qui s'en sortent très bien (je ne parlerai même pas des cantons suisses, puisque hors UE, mais bien dans l'Europe).


Pour moi, le seul motif de délimitation des régions doit rester le sentiment d'appartenance et la volonté d'avancer ensemble sur des projets d'avenir, confrontés à des thématiques communes. Cette question renvoie à celle de l'identité. La région doit être le niveau où les citoyens partagent une ambition commune pour leur vie quotidienne.


Dans ce contexte, j'entends les présidents des deux conseils départementaux de Savoie et Haute Savoie (départements créés en 1860, bien après les autres départements, donc avec une lecture historique qu'il ne faut pas négliger) s'émouvoir de la perte de notre identité savoyarde. Cette crainte peut s'entendre et peut être discutée. Là où le bas blesse c'est qu'aucun de ces deux présidents ne prend l'initiative d'ouvrir un réel débat sur ce point.


La question de la création d'une collectivité territoriale unique, regroupant dans une même institution les deux conseils départementaux et un conseil régional, pour la Savoie et la Haute Savoie est une question légitime. Nous partageons des problématiques spécifiques communes (tourisme, montagne, déplacements...) et nous avons un intérêt commun à agir pour conserver des centres de décision locaux (tribunaux, université, hôpitaux...). Nous avons une identité spécifique, tant recherchée par les touristes par exemple. Les identités locales ne sont pas une menace pour la République, mais une richesse, un plus, pour peu qu'une solidarité existe entre régions.


Il est clair que si l'Etat impose la création d'une grande région Rhône-Alpes-Auvergne, la question du statut de nos 2 départements sera définitivement tranchée. Or, je pense que nous devons avoir un débat sur ce thème: peser le pour et le contre, avec des experts, des universitaires, les partis politiques, les associations, les syndicats, les chefs d'entreprise... et les citoyens.


Un vrai débat serait salutaire pour trancher une fois pour toute. Je précise que, pour moi, la création d'une telle collectivité territoriale unique et la réforme territoriale, devraient s'accompagner d'un système de péréquation financière des régions riches vers les plus pauvres. Il ne s'agit pas de vouloir rester "entre riches": cela je ne le souhaite pas. Je suis républicain et continue à prôner l'égalité républicaine de tous les citoyens. Il s'agit de savoir si une collectivité territoriale unique de Savoie serait plus ou moins efficace que la présence de nos territoires dans une grande région Rhone-Alpes-Auvergne.


Personnellement je n'ai pas actuellement tous les éléments pour me faire une opinion claire, mais je sais que sous peu cette question sera tranchée par d'autres si nous ne nous en saisissons pas nous-mêmes. Je suis démocrate, je crois que les habitants de nos deux départements ont le droit de se faire leur propre opinion avant, grâce à un débat qui aborde toutes les facettes de cette question difficile.


Le Président de la République souhaite cette concertation et ces débats. Il souhaite que les citoyens puissent s'exprimer. Saisissons cette opportunité pour que les institutions ressemblent le plus possible aux attentes des habitants. Ce sera là un premier pas vers la réconciliation entre politique et citoyens.


Alors MM. Gaymard et Monteil, on lance un débat sérieux, serein et argumenté plutôt que des coups d'éclats médiatiques ?

lundi 26 mai 2014

Européennes : quelques réflexions personnelles

Les élections européennes ont vu une écrasante victoire du FN sur toute la France. Depuis de nombreuses années maintenant, le vote frontiste s'implante et constitue aujourd'hui une force politique qu'il s'agit de combattre mais aussi d'analyser pour mieux répondre aux attentes de ses électeurs.


Le vote FN, loin d'être un vote fasciste (même si une petite partie de son électorat adhère à des thèses fascistes) est un vote qui repose, je crois, sur deux ressorts:
- la peur de demain
- le rejet des institutions (au sens large, y compris la classe politique et ses méthodes).


La question de savoir si, une fois élus, les élus frontistes font autre chose que ce qu'ils sont sensés combattre est évidemment un autre débat. A Annecy, le FN combat l'UMPS (comme ils disent) tout en votant l'augmentation des indemnités du maire... Comprenne qui pourra.


Non, il faut s'arrêter sur les causes de ce vote.


La peur du lendemain


En période de crise économique qui n'en finit pas, dans un monde complexe, les solutions simplistes, portées par des partis populistes sont plus attractives. Sortir de l'Europe, sortir de l'euro : voilà pour ces gens-là la solution miracle. C'est compréhensible, simple et donc efficace. C'est le premier niveau d'analyse. Il en existe, de mon point de vue, un autre celui du rejet et de la peur de la mondialisation. J'ai soutenu en 2011, au moment de la primaire socialiste, un candidat PS qui parlait de "démondialisation". Je me souviens qu'à Annecy, au premier tour de ces primaires, 21% des votants l'ont soutenu. Les électeurs de ce premier tour étaient des jeunes, des couples, des salariés, des employés... bref des "petites gens". Un autre public est venu voté au second tour, un public beaucoup plus âgé et les premiers ne sont pas revenus choisir entre Aubry et Hollande.
Je garde de cette expérience (et peu importe les solutions à trouver) l'idée que dans notre département particulièrement, parce qu'il est frontalier, parce qu'il est industriel, parce qu'il connait la précarité de l'emploi, il faut parler de mondialisation et tenir un discours ferme sur ses ravages.
Le FN surfe sur cette peur en développant un discours simpliste de retour à nos frontières et de rejet de l'étrange étranger. L'Europe est vue, à tord ou à raison, comme l'instrument de cette mondialisation qui menace... Le PS doit retrouver un discours plus audible sur la mondialisation.
Enfin derrière ces analyses se cache le ressort le plus fort et le plus intense de la peur : la question de l'identité. La mondialisation donne l'impression aux Français de perdre leur identité, ce qui les rend singuliers. Les débats sur les racines chrétiennes de l'Europe et autres discours sur la "civilisation européenne", ou encore le ministère de l'identité nationale sont les expressions extrêmes de cette peur.


Les Français veulent faire l'Histoire demain comme ils l'ont fait hier. Ils sont prêts aux plus gros sacrifices pourvu que l'on donne un sens à leur vie collective. Ils se sont battus, ils ont adoré être la nation des droits de l'Homme, ils ont porté haut leur modèle social... Les Français veulent voir revenir la grandeur de la France, qu'on leur redonne la fierté d'être Français. Dans ce climat, l'Europe est vue comme castratrice, comme l'adversaire qui veut démanteler la France. Dans ce contexte, le PS doit retrouver les voies d'un discours patriotique, intégré à  un idéal internationaliste. Nous ne pouvons laisser prospérer les nationalismes (qui conduisent à la guerre) et nous devons reconstruire un discours sur : qu'est-ce que la France ? Quel projet commun ? L'Histoire du monde montre que cette question ne saurait être passée sous silence au risque de voir l'électorat s'en remettre à des femmes ou des hommes "providentiel-le-s" qui n'apportent jamais rien de bon.


Le rejet des institutions


Le discours du FN sur le "système" politico-médiatique trouve trop souvent du grain à moudre. Entre le cumul des mandats, les arrangements entre amis, les remises de médailles entre amis, les cocktails, les cumul d'indemnités, les affaires... le FN trouve trop souvent des exemples pour dénoncer les errements du système institutionnel (même si, lui-même n'est pas étranger à ces pratiques). Ces exemples sont les aimants qui captent l'électorat qui trouve que décidément les élus font partie d'une caste à part. C'est pourquoi je continue de penser qu'il nous faut rapidement revoir nos institutions en profondeur et aboutir à une 6e République plus proche des gens, moins centralisée, moins aux mains des partis politiques.
Les institutions rassemblent aussi les institutions économiques, les marchés, les banques... et donnent alors au rejet exprimé par le FN comme une odeur de révolution que l'on connait traditionnellement plutôt à l'extrême gauche, brouillant ainsi encore plus les cartes de son positionnement politique.


Ces questions, confrontées à la crise économique, trouvent un écho grandissant. Il faut rapidement leur apporter des réponses républicaines et en adéquation avec nos valeurs. Le pays connait indéniablement une crise de régime, une crise d'identité. Ceci n'est pas le fait de tel ou tel gouvernement mais le résultat d'une profonde angoisse des Français dont les deux thermomètres sont le taux de chômage et le sentiment d'insécurité.


Bien sûr, Annecy n'est pas épargnée et prend aussi de plein fouet la vague bleu marine. Quelques maigres consolations tout de même : la droite républicaine est en tête avec 21.65% et le FN plafonne à 18.8% soit 6 points de moins qu'au national. Le PS fait 12.54% (contre 12.69% en 2009 mais avec 38 voix de plus en 2014 par rapport à 2009) et les cantons d'Annecy sont (avec celui de Seynod : 12.68%) en tête au niveau départemental (Annecy Nord Est : 12.83% ; Annecy Nord Ouest : 11.56% ; Annecy Centre : 12%) pour le PS.


Oui, je sais, ce sont de bien maigres consolations.



vendredi 23 mai 2014

Européennes : précisions sur le vote blanc

Dimanche auront lieu les élections européennes. Les bureaux de vote seront ouverts de 8h00 à 18h00 à Annecy. Pour ces élections, il n'y aura qu'un seul tour (résultats à la proportionnelle intégrale).


La nouveauté de ce scrutin, c'est la reconnaissance du vote blanc, comme une expression à part entière. A partir de cette élection, les bulletins blancs seront "comptés à part" et signifieront quelque chose. Il est important de préciser néanmoins ce que la loi entend par "bulletin blanc".


Un bulletin blanc est:
- soit une enveloppe vide (sans rien à l'intérieur). Ca peut paraitre paradoxal mais c'est la loi.
- soit un bulletin blanc (pas gris, pas blanc cassé,...) sans rien dessus (ni écriture, ni rayures, ni tache...) au format A5 (soit la moitié d'une feuille A4 classique d'imprimante), dans un grammage classique (pas de feuille cartonnée).


Attention au format: il faut bien que vous découpiez un bulletin A5. Un A4 plié en deux ne comptera pas comme bulletin blanc.


A noter que vous devez préparer ce genre de bulletin à la maison, puisqu'aucun exemplaire ne sera disponible dans les bureaux de vote.


Tout autre forme d'expression : bulletin barré, griffonné, 2 bulletins différents, A4 blanc, etc... sera comptée comme NUL (et non pas BLANC).


Toutefois, je le regrette, mais les bulletins blancs, bien que comptés à part, ne seront pas intégrés aux suffrages exprimés au moment du décompte des voix. C'est pourtant ce qu'il faudrait. Il faudra un jour arriver à:
- liste A, xxxx voix, soit X%
- liste B, yyyyy voix, soit Y%
- bulletins blancs zzzzz voix, soit Z%


Petit à petit les choses avancent.

jeudi 22 mai 2014

Inscription Pole emploi

Ce matin j'avais rdv à Pole Emploi pour m'inscrire. L'accueil a été formidable et je veux saluer la gentillesse, la compétence, et le sérieux des personnels.


Deux hics néanmoins: d'abord l'informatique qui rame... et pourri la vie des conseillers. Ca rame, ca rame. Faudrait faire quelque chose.
Et puis la confidentialité des échanges. A deux demandeurs d'emplois avec deux conseillers dans un même bureau, simplement séparés par un panneau coupe vue haut d'1m60 environ, tout s'entend. Alors certes, personne n'a rien à cacher, mais étaler sa vie sous l'oreille d'étrangers n'est pas toujours très agréable.

Un point rose dans une mer bleue

Si certains ne savent toujours pas que je suis socialiste, c'est qu'ils ne lisent pas la presse !


Quasi-systématiquement mon nom est précédé de la formule du genre : "le jeune élu socialiste" Denis Duperthuy.


Cette tournure de phrase me fait rire. Elle signifie certainement que je suis considéré comme l'un des rares points roses au milieu de la mer bleue haut-savoyarde ! Cette formule journalistique vise, j'en suis convaincu, à souligner le courage qu'il faut pour porter des convictions de gauche dans ce département. C'est visiblement une marque de respect, un traitement de faveur. Car jamais M. le maire n'est décrit comme UDI, ou bien encore nos parlementaires comme UMP. C'est en vérité d'une banalité affligeante en Haute Savoie ! Tandis qu'être socialiste, çà en jette, c'est la classe.


L'adjectif "jeune" est tout aussi flatteur. En effet, si au conseil municipal j'ai laissé mon poste de benjamin, au conseil d'agglomération je reste dans les deux élus les plus jeunes ! Merci à tous de souligner cet engagement précoce, signe de convictions profondes et de maturité. A moins que ce ne soit qu'ils redoutent que je ne sois pas encore assez connu et préfère rappeler au lecteur cet engagement d'élu... jeune et surtout socialiste.


En tous cas, je remercie ceux qui systématiquement soulignent ces deux caractéristiques dont je suis fier : "jeune" et "socialiste". J'imagine que les autres élus doivent être jaloux, eux il ne sont jamais affublés d'adjectifs. Ils sont justes élus au service de leurs collectivités. Banal. Dommage pour eux !

mercredi 21 mai 2014

ETG, pollution, salle des eaux et forets... les sujets du dernier conseil municipal




Le conseil municipal de lundi 19 Mai 2014 a donné lieu à quelques débats.


D'abord l'adoption des comptes administratifs de l'année 2013 (bilans comptables), sur lesquels nous nous sommes abstenus.


Je suis intervenu, concernant le budget principal, pour regretter la faiblesse des subventions aux associations. Il avait été voté fin 2012, une enveloppe globale (en très faible hausse) de 5 709 729 €. Nous l'avions jugé insuffisante à l'époque. Or, sur cette enveloppe, seuls 5 515 679 € ont été consommés.
La différence (près de 200 000€) non consommés, sont liés à la non-distribution de 50 000 € en faveur des associations du secteur social (il faut croire que décidément, les Annéciens ne connaissent pas la crise... Ce n'est pourtant pas la réalité que je vois et dont on me parle sur le terrain !), et 100 000 € qui correspondent au montant de l'ancienne subvention au CPMA (Centre des Pratiques Musicales d'Annecy) qui n'a pas été consacrée, comme cela avait été promis, à un "nouveau projet structurant". L'abandon du CPMA a bien permis à la ville de faire une économie sur le budget "Culture" en 2013.


Claire est intervenue (c'était une première et elle s'en est très bien sortie, chacun peut se douter de l'appréhension face à cet exercice) plusieurs fois, d'abord pour obtenir des explications concernant l'utilisation des fonds genevois (toujours concentrés sur la voirie, alors qu'ils pourraient servir d'autres secteurs comme le social ou la famille), ensuite concernant l'accueil d'urgence des jeunes dans les foyers jeunes travailleurs.
En effet, en 2013 (sur 9 mois), ce dispositif a permis d'accueillir 12 jeunes pour une durée moyenne de 3 mois. Ce dispositif est cofinancé par l'Etat (8 000€) et la ville (3 100€). Il existe malheureusement plus de jeunes en besoin que cela. Claire est donc intervenue pour savoir si ce dispositif pouvait être renforcé.


Autre point : un avenant à la convention de mise à disposition du stade par la ville à l'ETG. Cet avenant ne concerne que des points budgétaires. Or, j'ai rappelé à M. le maire qu'il avait tenu le 13 janvier dernier une réunion publique avec les riverains au cours de laquelle il avait pris des engagements en matière de stationnement, de circulation et de propreté urbaine. Nous nous attendions donc à voir ces promesses traduites en actes dans cet avenant pour exiger de l'ETG des améliorations (mise en place de parkings périphériques et de navettes, WC extérieurs, ouverture du stade quelques heures avant les matchs...). Paroles, paroles... Pour la saison qui va s'ouvrir, rien ne va changer (comme depuis 4 ans maintenant) malgré les promesses du maire. Les riverains vont continuer à subir les mêmes désagréments. Il aurait fallu étoffer la convention en ajoutant des obligations supplémentaires en direction de l'ETG. Pour marquer notre mécontentement et celui des riverains nous n'avons pas voté cet avenant.
Je passe sur la volonté de certains conseillers municipaux qui, bien que chefs d'entreprises ne maitrisent visiblement pas leur sujet, souhaitent s'ingérer dans les comptes de l'ETG qui est, je le rappelle, une entreprises privée pour obtenir des chiffres sur les gains des matchs... C'est une idée qui n'est pas possible. Je me demande pourquoi ce genre de prises de paroles qui sont impossibles à mettre en œuvre, trouvent un tel écho notamment dans la presse. Une ville, je le rappelle, ne peut pas avoir accès à la comptabilité d'une entreprise privée et ne peut donc pas savoir combien rapporte un match... Agiter la population sur des fausses solutions, mais ne rien dire sur un renouvellement de convention qui lui est concret, c'est une posture bizarre.


Evelyne est intervenue sur la mise en accessibilité de la ville. En 2013, la ville a dépensé 300 000€ pour les travaux de mise en accessibilité (personnes en perte d'autonomie, poussettes...). Or, la programmation ne prévoyait que 230 000€. Nous avons donc souligné cette hausse qui nous semble salutaire (nous la réclamons depuis des années) pour accélérer la mise en accessibilité dans la ville (trottoirs, parcmètres...). Nos prises de parole répétées et appuyées sur ce point ont semblé porter leurs fruits... Nous voulions encourager la ville à poursuivre dans cette voie. Malheureusement, nous avions oublié que 2013 c'est juste avant 2014 et que ce coup de pouce n'avait qu'une visée électoraliste. Dès cette année, l'enveloppe redescendra à 230 000€. Dommage.


Enfin le maire est revenu sur l'étude de l'OMS qui classe Annecy comme la 2e ville la plus polluée de France (aux particules fines 2.5). Il a, comme à son habitude, minimisé l'affaire, soutenu en cela par son adjoint à l'environnement et sa caution médicale (M. Poles) qui, ni l'un ni l'autre, ne trouvent qu'il y a là un sujet à débat. J'ai, pour ma part, regretté cette attitude désinvolte et rappelé que le sujet n'est pas nouveau. J'ai rappelé qu'au cours de la campagne municipale nous avions déjà pointé du doigt cette réalité en nous appuyant sur un rapport de l'ADEME qui classait Annecy en 9e position (sur l'année 2009, avec l'indice ATMO). Il y a donc tout lieu de s'inquiéter et d'agir plutôt que de plonger la tête dans le sable. Agir cela signifie mettre l'accent résolument sur les transports en commun (et non pas la construction d'un nouveau tunnel sous le Semnoz) et sur l'isolation des bâtiments. Une réunion va être organisée. Espérons que cette fois, le problème sera enfin pris à bras le corps. C'est une question de santé publique, d'image (donc de toursime et d'économie) et de respect de notre environnement. Affaire à suivre.


Enfin, nous avons voté les tarifs de location de la nouvelle salle des fêtes dite des eaux et Forêts, au nord du boulevard du Fier (quasiment en face de Carrefour).





lundi 19 mai 2014

A la recherche d'un emploi

Depuis presque 2 mois et la perte de mon emploi de directeur de cabinet à Albertville (avec le basculement de la ville à droite), j'ai toujours le même rituel du matin, devant mon ordinateur. Après avoir consulté mes mails et la presse du jour, je me retrouve sur indeed.fr, pole emploi, qapa, jobup.ch, etc... pour regarder les annonces d'emplois.


Quand je pense que certains traitent les demandeurs d'emploi de fainéants...


Et depuis 2 mois, toujours les mêmes réponses : "trop qualifié", "vous faites de la politique, écoutez nous on ne veut pas de problème", "vous êtes élu, serez-vous toujours totalement disponible? Notamment en soirée?", etc...


J'ai donc deux handicaps : être titulaire d'un Bac + 8 (doctorat) et avoir fait le choix de consacrer un peu de temps à la vie collective de la cité...


Sinon je ne suis pas difficile, je postule dans de nombreux domaines : aussi bien en administration des entreprises (cadre), comme chargé de mission (stratégie, développement, qualité, management), porteur de projet, formateur...
Niveau salaire, pas mieux : je n'ai jamais été très regardant de ce côté-là, pourvu que le métier m'intéresse.


Alors un peu en désespoir de cause, et parce que financièrement les fins de mois sont vraiment de plus en plus dures, je ne résous à publier mon CV sur ce blog. Si par hasard quelqu'un peut être intéressé par mon profil... Gardons espoir !


Mon CV disponible ici !



dimanche 18 mai 2014

"Vous êtes pour quoi en Europe ?"




A toutes ces listes qui sont contre Schengen, contre l'euro, contre Hollande, contre le GMT, contre l'entrée de la Turquie... :
"Vous êtes pour quoi en Europe ?"


"Qu'est-ce que vous voulez faire de l'Europe ?"


Pour tous ceux qui ont fait du traité de Grand Marché Transatlantique (GMT) le seul sujet de cette élection en disant que voter pour eux, c'est voter contre (EELV, Front de Gauche, extrême gauche... ) : "Le GMT çà va être uniquement un vote sur une mandature de 5 ans !"


Enfin pour reprendre une question de la salle : Pourquoi les anti-européens vont au parlement européen ?
"Ils disent NON à l'Union Européenne, mais effectivement ils disent OUI aux indemnités de député européen"

samedi 17 mai 2014

Allez l'ETG




Ce soir, l'ETG joue son maintien en ligue 1 de foot face à Sochaux. L'enjeu est simple: surtout ne pas perdre.


Comme beaucoup de haut-savoyards, je serai ce soir devant mon écran pour soutenir les roses. Certains disent que le capital sympathie est en faveur de Sochaux, je crois qu'ils ne sont pas venus faire un tour en Haute-Savoie... Ici on soutient notre équipe.


Allez les Roses

vendredi 16 mai 2014

Dire Oui à l'Europe du progrès


J'ai assisté hier soir à un débat sur les prochaines élections européennes à Annecy. 8 listes étaient représentées.


Ce qui m'a frappé c'est l'obstination de beaucoup de ces listes à être CONTRE: contre l'euro, contre le Traité de Grand Marché Transatlantique (GMT), contre l'entrée de la Turquie, contre les accords de Schengen, contre Hollande...


Vouloir sortir de l'euro, c'est jeter le bébé avec l'eau du bain. L'euro n'est pas un objectif, c'est un moyen qui doit être au service de l'économie réelle. Il faut absolument réformer les statuts de la Banque Centrale Européenne pour revoir ses objectifs et ajouter à l'objectif de maitrise de l'inflation (son seul et unique objectif actuel) celui de l'emploi et du soutien à l'économie (comme cela est le cas pour toutes les autres banques centrales du monde). Ce n'est pas parce que la banque centrale ne fonctionne pas bien qu'il faut supprimer l'euro ! Voilà pour cette stupidité simpliste.


Le GMT : voilà de nouveau l'arlésienne. C'est "le plombier polonais" de cette élection. Cheval de bataille enfourché par l'extrême gauche, ce traité (qui est toujours en négociation dans une opacité que je condamne) est un sujet important, mais il ne peut être l'alpha et l'omega d'un programme électoral. Être député européen c'est siéger pendant 5 ans et voter des lois. Parmi celles-ci il y aura le GMT mais c'est loin d'être le seul sujet ! Je ne suis pas un libéral et un mondialiste. Mais je préfère l'encadrement du commerce international par des règles communes de juste échange plutôt que le laisser-faire. Défendons le point de vue de la France et de l'Europe et puis si les négociations tournent mal, il sera toujours temps de voter contre. Mais je refuse les tragi-comédies de certains et la théorie du grand complot des multinationales contre les peuples.


Moi, je veux voter POUR un projet européen. L'Europe n'est pas l'eldorado. Elle a énormément de défauts qu'il faut corriger. J'avais voter contre la constitution en 2005 parce qu'elle n'était pas assez sociale et démocratique. Aujourd'hui, les candidats du PS et du PRG, autour de Martin Schulz, portent des propositions d'harmonisation sociale (smic européen...), d'unification fiscale pour éviter le dumping, de transition énergétique, de régulation de la finance, de projets de grands investissements d'avenir pour relancer l'emploi, de défense des droits des personnes...


https://www.choisirnotreeurope.fr/propositions


Beaucoup de raisons pour lesquelles j'avais dit non en 2005 se trouvent aujourd'hui dans le programme des socialistes. Nos candidats sont les seuls à pouvoir faire avancer l'Europe qui est à l'arrêt depuis 10 ans de suprématie de la droite. Le PS Européen a un programme commun pour tous les candidats. Nos députés seront entendus et soutenus par ceux des autres pays et seront là pour dire OUI à l'Europe du Progrès.


Vous savez l'importance du parlement européen qui légifère aujourd'hui sur beaucoup de sujets qui touchent à notre vie quotidienne. Le 25 Mai prochain, au-delà de ce que je peux penser de tel ou tel candidat, je voterai pour la liste PS et je vous invite à glisser ce bulletin dans l'urne. Changeons l'Europe !

jeudi 15 mai 2014

Pollution à Annecy : Rigaut continue à faire l'autruche








Le Dauphiné d'aujourd'hui lance un pavé dans la mare. Selon l'OMS (Organisation Mondiale pour la Santé), Annecy est la 2e ville la plus polluée de France ! (donnée sur les particules fines de 2011).







Certains s'étonneront et feront semblant de s'étonner de ces résultats. D'autres trouveront toujours à redire sur la méthode utilisée. Pourtant la vérité est là ! "L'air pur de nos montagnes" n'est plus qu'un lointain souvenir. D'ailleurs de nombreux médecins tirent depuis longtemps la sonnette d'alarme sans jamais avoir été entendus.








Pour ma part, cela ne m'étonne pas. Dans le programme que j'ai porté avec mes colistiers aux dernières élections municipales, voici ce que vous pouviez lire:












http://www.annecypourtous.fr/denis-duperthuy/blog-annecy2014/160-air-pur-annecy.html


Moi, je ne découvre pas le problème ! Je porte ces thématiques à la ville et à l'agglo depuis des années. Aujourd'hui, l'OMS montre que j'avais raison.










Ce chiffre "Annecy fait partie des 10 agglomérations les plus polluées de France" provenait du rapport 2009 de l'ADEME (http://carfree.free.fr/index.php/2010/11/23/le-palmares-de-la-pollution-2009-dans-les-agglomerations-francaises/ ). Selon cet autre institut sérieux, sur des données un peu plus larges, la qualité de l'air à Annecy était déjà moins bonne que celle de Grenoble, pourtant souvent cité comme l'exemple de la ville polluée...




Beaucoup ne nous avaient pas cru. "Vous exagérez le problème" pour faire des voix. C'est bien mal me connaitre. J'ai une formation de scientifique, et j'avoue que j'aime la vérité, surtout des chiffres. Aujourd'hui, cette réalité éclate enfin au grand jour. Pis, on voit qu'année après année, Annecy remonte dans ce sinistre classement.




Face à ce constat, on pourrait imaginer que les élus majoritaires réagissent. C'est une question de santé publique, d'image et d'attractivité, mais aussi de protection de notre environnement. Et bien non ! M. Rigaut nous explique que c'est comme ca, qu'il ne peut rien faire. Il fait l'autruche et plonge la tête dans le sable en attendant que çà passe. Ce comportement n'est pas à la hauteur du problème, pas à la hauteur de notre ville. Il n'a jamais voulu voir le problème, pourquoi le verrait-il mieux aujourd'hui ? Pis, il continue sur son chemin du tout routier et du tout béton en continuant à promouvoir un tunnel sous le Semnoz dont chacun sait qu'il augmentera le trafic routier et donc la pollution !




Pour ma part, j'avais proposé 2 axes forts pour lutter contre les sources d'émission des polluants atmosphériques :
- favoriser les transports en commun et mettre en place un moratoire sur la construction de nouvelles routes. particulièrement mettre le paquet sur un transport efficace, rapide et pas cher de Faverges à la Balme de Sillingy et d'Alby-su-Chéran aux Glaisins (puis Thones).
- éco-rénover l'habitat et les bâtiments publics : éco-rénover 3 groupes scolaires et le bâtiment des services techniques ; et multiplier par 4 les aides à la rénovation thermique des logements anciens.




Les Annécien(ne)s ont choisi le 23 puis le 30 mars dernier de reconduire des élus qui n'ont consacré aucune ligne dans leurs documents de campagne à la question de la pollution de l'air et qui promeuvent le tout-voiture.




J'ai envie de dire : il fallait s'en préoccuper il y a 2 mois. Maintenant c'est un peu tard et je ne suis pas d'humeur à plaindre les Annéciens qui n'avaient qu'à lire les programmes.











mercredi 14 mai 2014

Un nouveau blog pour un nouveau mandat




Un nouveau mandat vient de commencer. Après 6 ans (2008-2014) comme conseiller municipal PS d'Annecy et conseiller d'agglomération à la Communauté d'Agglomération d'Annecy, me voici reparti pour 6 nouvelles années (2014-2020) au service des Annécien-ne-s dans les mêmes mandats.


Il y a quelque temps (au cours de la campagne électorale) j'ai décidé d'arrêter le blog Annecy Horizon Solidaire qui nous servait pour communiquer sur le net. Le temps d'Annecy Horizon Solidaire était derrière nous. Fidèle rendez-vous durant 6 ans, il fallait passer à autre chose.




Durant la campagne, nous avons communiquer grâce au site www.annecypourtous.fr qui reste actif. Mais ce site sera animé par l'association de soutien aux élus dont je suis, qui se met en place pour réunir amis, sympathisants, personnes issues de la société civile etc... souhaitant s'impliquer à nos côtés.




Après ces expériences bloggeuses, j'ai éprouvé le besoin de créer un blog plus personnel pour y partager mes analyses, mes convictions, mes coups de gueule, mes envies, etc... Tous les textes publiés ici m'engagent donc que moi et moi seul (sauf mention contraire). Ce besoin, je l'ai ressenti plusieurs fois durant la campagne : les Annécien-ne-s veulent en savoir plus sur moi, mes idées personnelles. On me dit parfois distant, trop sérieux. Il est certain que sur le blog d'un groupe politique, on se doit de publier des choses sérieuses. Mais grâce à ce blog personnel, je pourrai être plus libre dans mon expression.




Une nouvelle aventure commence, riche des expériences passées et de l'espoir en l'avenir. Vous pouvez aussi me suivre sur twitter @denisduperthuy et sur Facebook. Allez on y va, c'est parti !